I love bitches

J’aime les putes.

J’aime les salopes, les bitches, les filles faciles… Enfin, celles qu’on nomme comme telle. Et je ne comprendrai jamais pourquoi ces termes sont des insultes.

Toujours cette idée que les femmes ne sont pas – ne doivent pas être – trop maîtresses de leur sexualité. Qu’il est de bon ton d’être « difficile d’accès » pour être une respectable princesse.

Je déteste les princesses.

C’est quoi une pute ? Une fille qui fait beaucoup de bien au Monde pour quelques billets.

C’est quoi une fille facile, une salope ? Quand je demande ça à ceuss’z- et-celles qui utilisent ces expressions, ils me répondent généralement que « c’est une fille qui couche dès le premier soir, avec n’importe qui ».

Coucher le premier soir… Je sais que fleurissent sur la blogosphère moultes billets expliquant que jamais ô grand jamais il ne faut se laisser aller à ce genre de choses… Imaginez, comment peut-on respecter une meuf qui s’est adonnée à la fornication alors qu’elle n’a pas encore rencontré l’arrière-mère-grand de ce mec délicieux croisé quelques heures auparavant ? Alors qu’elle ne sait même pas qu’il a été opéré d’un phimosis à 2 ans et demi, et qu’il adore les paupiettes de veau. Non mais sérieusement, c’est quoi le fuck ?
Depuis quand faut-il connaître la pointure de son amant pour prendre son propre pied ?

Coucher avec n’importe qui… Personne ne couche avec n’importe qui. On ne couche qu’avec ceux avec qui on a envie de coucher. Et on a plus ou moins envie. Avec plus ou moins de personnes. Certaines ont des critères absolument rigides : pas trop poilu, plus d’1m80, moins de 22 cm, les dents blanches, plus de 36 k-euros annuels, une fidélité absolue, un aspirateur dyson et une amex, sinon rien.
D’autres ont des critères plus souples : ok pour les poils, mais non à la bedaine, ok pour les assedics, mais seulement s’il en a une grosse.
D’autres enfin, n’ont pour seul critère que leur envie E au moment M (pourquoi tu me regardes comme ça…?).  Et grand bien leur fasse, ainsi qu’à leurs partenaires d’un soir.

J’aimerais comprendre qui ça dérange en fait ? Va falloir que je briefe sérieusement mes fistons sur le sujet. Leur expliquer que life is a fuckin’ bitch so love and respect her, the bitches too, and don’t believe the hype : les filles faciles, c’est de la balle.

Photo : Don’t believe the hype – Public Enemy

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour I love bitches

  1. Irmazinha de coração dit :

    Et meme qu’après on peut etre rangée a vie (ou presque)… Et si un jour on se de-range, pourquoi faire semblant?
    N’empêche que n’ayant que des filles, je me demande ce que je serai amenée a leur dire a ce sujet…
    Gros dilemme!!!!

  2. usclade dit :

    J’ai beaucoup d’admiration et de respect pour les filles qui n’écoutent que leur raison, qui savent s’affranchir du regard des autres pour décider et vivre ce qui leur semble juste. J’aime l’audace et la liberté, quand elles sont le fruit de la lucidité.
    J’ai toujours pensé que les filles faciles sont celles qui choisissent la facilité de jouer les difficiles pour inspirer le respect. L’orgueil est la carapace des gens fragiles, la simplicité est la force des courageux. Les deux ont leur charme, même si je dois bien avouer que très souvent, les divas me font fuir…

    • usclade dit :

      petit rectificatif parce qu’en me relisant ça me semble ambigu : « J’ai toujours pensé que les « vraies » filles faciles sont en fait celles qui choisissent la facilité de jouer les difficiles pour inspirer le respect.  »
      mais c’est pas toujours clair ce que je dis… J’ai mal dû doser mon café 🙂

    • R. dit :

      Je suis absolument d’accord avec toi… Malheureusement, le Monde n’est pas encore prêt à l’entendre. Et c’est bien dommage pour les filles « simples » (dans le bon sens du terme)… Heureusement, avec l’âge, on est de moins en moins confronté à ceux et celles qui les jugent, ou alors on passe son chemin. 🙂

  3. Sir John dit :

    J’ai vécu de nombreuses années avec des filles « faciles ». Faciles, Exquises, Douées…un bonheur. Elles avaient un point commun, cette fragilité mais poussée à l’extrême. La Vie n’a pas voulu que j’en épouse une, bien que ce fut très près pour l’une d’entre elle. Je ne vois pas commun il serait possible de « condamner » celles qui n’ont pas de barrière au partage de leur âme quant tant de gens sont si renfermés actuellement. Et dans les faits, je pense que ce sont elles qui en prennent le plus plein le coeur…

    S.J.

  4. Sir John dit :

    Fragiles assumées ET généreuses : deux qualités rares qui exposent…C’est pour cela qu’on vous aime aussi.

  5. audren dit :

    Il y a celles qui couchent le premier soir pour pas vexer parce que le pauvre chou, ça a l’air de lui faire plaisir, mais qu’en fait bon, à part être un chou il a pas grand chose pour lui. Donc OK pour coucher le premier soir, mais uniquement si on est bien entraîné(e) (oui, c’est aussi valable pour les mecs) à dire « oui, ça va, mais non merci. Bonne nuit. Non je n’ai pas de portable 🙂 »

  6. Sky dit :

    Chez un homme le mot « salaud » signifie celui qui se comporte sans scrupule et sans respect pour autrui. Basta, ce n’est pas forcément sexuel. Le terme « salope » a une connotation sexuelle évidente, à croire que c’est par le biais du sexe que la femme exprime toute sa perversité –autrement, elle n’a rien à se reprocher, bien sûr…- et forcément si elle couche avec le premier mec qui l’attire sans se poser plus de questions, c’est que sa nature est mauvaise !!! Quand va-t-on en finir avec ça ? Des salopes, malheureusement ça existe, tout comme les salauds, mais si on pouvait arrêter de faire l’amalgame avec le sexe ce serait sympa… et qu’une femme puisse librement donner cours à ses envies si ça ne fait du mal à personne, quand tout le monde prend son pied 😉

    Moi aussi j’ai connu les coups d’un soir, pas beaucoup, mais bon, ce n’est pas le qu’en-dira-t-on qui m’arrêtait. Juste l’envie n’y était pas vraiment, le plaisir sexuel n’a jamais été quelque chose de transcendant –mon terrain hormonal n’est pas aussi déluré que le tien ;)- et, toute jeune, je ne trouvais pas ça normal –comme quoi les pressions sociales sont partout-… et je forçais un peu le jeu ! Pour tout dire, ma vie est un long fleuve tranquille dans lequel je m’épanouis plutôt bien ; le sexe a pris toute sa dimension avec l’apparition de la tendresse qui fait que je m’en lasse pas, pour ce qu’il vaut… et le mariage au long cours me réussit bien –à quelques points près, mais qui ne sont pas d’ordre sexuel !- J’aime bien que le sexe soit plus abordé dans son aspect naturel et moins dans son aspect culturel… Quand tu parles de tes envies c’est globalement ce que tu fais, et c’est bon !

    Je tiens à dire ceci car ça permet peut-être de mieux comprendre les échanges. Je tiens à préciser que je ne juge pas –du moins j’essaye, si tu te sens jugée par mes propos n’hésite pas à le dire, parfois on ne s’en rend pas compte- Le fait est qu’autour de moi c’est très proutprout 😉 on beigne à fond dans les vieilles normes. A travers internet j’ai croisé beaucoup de monde qui pense différemment et vit différemment. Toutes ces différences sont à mes yeux essentielles pour l’équilibre. Bref, c’est un plaisir de croiser ton chemin… 

    • R. dit :

      Merci merci, ça me fait toujours plaisir de contribuer à peut-être changer un peu les perceptions du monde sur ces sujets. Et non non, je ne me sens pas jugée. Enfin, pas par toi, en te lisant ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s