Périnée, mon amour

Le périnée est l’ensemble des parties molles fermant le détroit inférieur du pelvis. Il est généralement défini comme la région entre la symphyse pubienne et le coccyx ce dernier étant un super mot pour le scrabble.

T’as rien compris ? C’est normal.

Le périnée, donc, c’est un muscle au niveau du bassin qui maintient la vessie,  l’urètre, l’utérus et le rectum… Un peu la base de notre dignité, en fait.

Et si j’avais une fille, je lui en parlerais très tôt vers 8 semaines. Je lui dirais qu’elle doit apprendre à maîtriser ce muscle pour tout un tas de bonnes raisons.

On me dit dans l’oreillette que c’est aussi hyper bien pour les hommes, donc je vais en toucher un mot à mes fistons… (ou ça craint ?)(que ça soit moi, je veux dire… leur mère ?)

La première, et non des moindres, c’est que ce muscle permet de se retenir d’uriner et même de faire caca. D’ailleurs, le bon moyen de l’identifier est de stopper la miction pendant l’écoulement. A ne faire qu’une fois, juste pour ressentir où se trouve ce petit coquin. Ca a l’air con comme ça, mais attends d’avoir 9 kg de plus dans le ventre et 10 autres répartis sur les cuisses, le cul et… les cuisses, dont 3 appartenant à un marmot baptisé Cassius Clay qui te martèle la vessie, et de partir en fou rire ou en quinte de toux, et on en reparlera.

Deuxième raison, le jeu sexuel. Oui mesdames, en contractant votre périnée autour du sexe de monsieur pendant qu’il entre et sort et entre et sort et entre et sort et eeeeeeeentre en vous, vous lui procurez un effet de massage parait-il fort plaisant. Un peu comme une gorge profonde zézettale, en somme. Vous pouvez aussi le faire quand il vient d’éjaculer mais qu’il n’a pas encore repris ces esprits : en général, ça relance un frisson. Vous pouvez même le faire plusieurs fois, mais je vous préviens, au bout d’un moment, ça les énerve.
C’est plus dur à faire sur un gros sexe et je sais de quoi je parle, parce que la latitude de mouvement est moindre. Mais ça se tente.
En prime, ça peut aussi augmenter l’orgasme de la détentrice du-dit périnée et parfois c’est bien utile, je dis ça je dis rien.

Dernière raison, les joies (mouah ah ah ah ah) de l’accouchement et du post-partum. Apparemment, avoir un périnée musclé permet de raccourcir la durée de la poussée et chaque seconde est bonne à prendre. Je ne saurais vous expliquer pourquoi (et j’adorerais que Dix lunes ou Knackie me répondent, mais en même temps je ne leur ai pas posé la question et elles ne lisent pas ce blog, donc c’est mal barré), mais le bébé sort plus vite quand on maîtrise la chose.
Mais, surtout, avoir un périnée musclé permet de raccourcir la durée de la rééducation périnéale. A moins d’apprécier particulièrement d’avoir les doigts d’une charmante sage-femme plantés dans son intimité, et de répondre à des consignes telles que « serrez à gauche, serrez à droite, et maintenant on braaaaaaaque », ah non pardon je m’égare ça c’est pour garer la bagnole, donc, disais-je, des consignes telles que « serrez à gauche, relâchez en 3 fois, contractez doucement au fond… »*, la rééducation périnéale n’est pas le meilleur moment d’un début de vie de mèrede. C’est pas le pire non plus, mais je vous laisse découvrir.

En ce qui me concerne, deux grossesses, deux accouchements par voie basse, pas d’épisiotomie**, deux lardons et jamais eu besoin de rééducation du périnée, dixit la sage-femme. My name is « magic zézette (d’acier) ».

Ouais je me la pète… alors merci maman.

* Ca me rappelle cette fois où un échographiste qui me faisait une échographie (logique) endovaginale (en passant par la zézette) m’a dit que j’étais « très photogénique »… Vue la position dans laquelle j’étais, je n’ai pas osé répondre, alors j’ai gloussé comme une godiche.

** Je conseille l’utilisation de l’huile de massage du périnée dans le dernier mois de grossesse, pour assouplir le périnée, et réduire le risque (ou l’ampleur) de déchirure et d’épisiotomie… Mais t’emballe pas, c’est vraaaaaiment pas une partie de plaisir.

Cet article, publié dans Du sexe, Et du lait maternel, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Périnée, mon amour

  1. Knackie dit :

    En fait, ton lien wikipedia le montre bien, le périnée n’est pas UN muscle, c’est une zone anatomique composée de tout plein de muscles ayant pour but de donner de la gueule à la statique pelvienne (du genre ne pas te faire pipi ou caca dessus, ne pas voir tes organes sortir par le vagin etc…).
    Avoir un périnée tonique ne raccourcit pas la naissance. Les multipares ayant un périnée en chewing-gum accouchent plutôt bien et sans lésion, vu qu’il est tout mou, il laisse facilement passer l’enfant (après je ne garantis pas la qualité de vie de femme). Par contre avoir « conscience de son périnée » (phrase à la mode) et comprendre qu’il y a des muscles là, sert à la poussée, on peut apprendre à le relâcher tout ça tout ça. D’ailleurs tu nous parles à la fin de l’article « d’assouplir » le périnée, ce qui est l’inverse d’un périnée tonique.

    Pour finir, je pense que la rééducation périnéale avec une sage-femme peut être un moment très agréable voyons ! (oui bon je rigole… puis la rééduc je n’y connais pas grand chose à part « votre vagin est une grotte » ou « faites la vague », malheureusement).

  2. R. dit :

    Ouaouh, merci m’dame d’avoir répondu…! Bon, j’avais conscience de prendre le risque de dire beaucoup de conneuuuries dans cet article, c’est très gentil d’avoir rectifié. Et je tiens à dire que j’aime beaucoup ta prose. 🙂

  3. Yimei dit :

    Avec ce genre de billet, tu es un peu peu notre mère à tous!
    Merci merci

  4. Gawel dit :

    (pourquoi est-ce que je retombe dessus maintenant ? Hmm, la procrastination ? Connais pas)
    Moi j’avais plutôt apprécié les massages du périnée… En fait j’aurais préféré que mon Nours participe, parce qu’en cette période de disette sexuelle (non pas qu’il ait jamais refusé, mais je restais à chaque fois très frustrée) ça me faisait pas mal d’effet. Mais vu qu’il n’était pas intéressé par le job de masseur périnéal, je me suis débrouillée seule et avec des résultats satisfaisants : à long terme (pas d’épisio non plus les deux fois) et à court terme (avec le ventre qui prend la forme d’une pyramide sous la puissance des contractions de l’orgasme onaniste).

    Nan, moi je dis vive le massage du périnée (quand on arrive encore à l’atteindre avec ses propres doigts 😉 )

  5. Bastoun dit :

    Arf,à la lecture du dernier paragraphe, je comprends mieux pourquoi ça arrange Madame que je garde les 2 petites à la maison pendant qu’elle se rendra à sa première séance de rééducation… Je pensais naïvement qu’il s’agissait d’exercices gentillets, genre on s’assoit sur un swiss ball et on serre les fesses…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s