Moonlight

Depuis que je t’ai rencontrée, tu as changé ma vie… Au moins autant que la découverte du riz pilaf. Et ça n’est pas rien.

Du coup, je vante tes mérites partout, dès que je le peux, mais va savoir pourquoi, les filles résistent. Faut croire qu’elles n’aiment pas trop changer leurs habitudes. En même temps je les comprends, j’ai moi-même mis plus d’un an avant de vouloir t’essayer.

La première fois qu’on m’a parlé de toi, je t’imaginais bizarre, limite un peu sale, voire douloureuse. Heureusement, une amie à su trouver un argument de taille : tu n’assèches pas. Alors j’ai commencé à te regarder d’un autre œil, et je me suis lancée.

Au début, il a fallu t’apprivoiser, trouver le bon angle, la bonne méthode, la bonne introduction. J’ai lu des forums, j’ai parlé avec mes copines que tu accompagnais déjà depuis quelques années, notamment une qui m’a convaincue de persévérer. Qu’elle a bien fait !

Et puis j’ai pris le coup de main, et je te dois une chose assez dingue : tu m’as fait découvrir mon intériorité. Oh, je la connaissais un peu quand même, je ne suis pas née de la dernière pluie et j’avais déjà fouillé mes coins et replis. Mais là, j’ai fait la rencontre de cette masse chaude et fluctuante logée au fond de moi, mon col, comme on l’appelle. Depuis, j’ai découvert toutes ses facettes, et ça a été très instructif.

Ensuite, j’ai eu la joie de constater tous tes avantages. Tu n’assèches pas, ça s’est vrai, et parfois, c’est bien utile. Tu es aussi économique et écologique, et ça ne gâche rien, même si ce n’est pas vraiment ça qui m’a donné envie de te connaître. Mais surtout, tu es invisible. Et ça, c’est vraiment agréable. Bains de minuit, séances de massage, nuits nue, oral sexe et j’en passe… avec toi, tout est permis.

J’ai tendance à penser que dans quelques années, plus de la moitié des femmes te pratiqueront. Il faut juste qu’elles s’y mettent. Aucune de celles que j’ai convaincue de t’essayer n’est revenue en arrière, si ça c’est pas un signe ? Alors je bosse, je bosse pour toi, ma petite, gratos en plus. Mais c’est parce que je crois en toi.

Mon cher en tendre ami K. t’appelle « moonlight », et ça te va assez bien je dois dire… Ton vrai nom me fait penser à du champagne, c’est pas mal aussi. Alors à ta santé… et à la nôtre !

Pour en savoir plus :


Cet article, publié dans Du sang, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Moonlight

  1. J’ai écrit une note sur ce sujet (oui, une note d’homme, comme Martin Wincler, mais avec un regard – comment dirais-je ? – moins professionnel !) et j’ai au moins converti une lectrice.

    • R. dit :

      Je suis moi aussi très prosélyte sur le sujet… Lentement, mais surement, je convaincs mes amies, et aussi mes potes d’en parler à leur chérie. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s