Juste une dernière baise

La dernière baise… Pire qu’un shoot, meilleure qu’un shoot.

Il y a celle qui suit la rupture, quelques minutes après. Délicieuse et sombre à souhait. Les anciens amants s’aimantent, l’émotion se mue. La tristesse assaille, l’intensité croît, les caresses s’assouplissent, puis se durcissent… les baisers se salent, le désir rend saoul, les têtes se cognent, les doigts s’étreignent, les frissons se frôlent et courent d’un corps à l’autre…
Je l’aime, je n’arrive jamais à m’en passer. Impossible de m’arracher sans cette dernière fusion avant l’inéluctable fission. Besoin de mêler larmes et spermes, spasmes et lèvres.

Il y a aussi celle qui sert à boucler la boucle. Avoir eu cet homme dans la peau, et coucher avec lui une dernière fois, quelques mois après, pour s’assurer d’être guérie… constater que celui qui nous faisait trembler rien qu’en nous effleurant il y a peu n’est finalement « qu’un » amant convenable. Banal. Remplaçable. Le sentiment d’être mieux sans lui qu’avec lui.
Je la pratique aussi, elle m’a rendu possible de très belles amitiés. Débarrassée de l’amertume, de la blessure dans la peau, redevenue maître de moi, elle m’a permis de conserver le nectar du lien sans les affres de l’amour douloureux.

Et puis il y a celle que tu ne sais pas être la dernière. Tu pensais que c’était la ènemoinzunième, et, donc, tu as été un peu routinière. Son seul avantage, à celle-là, c’est qu’elle ne laisse pas de place au drame, puisque tu ne sais pas encore qu’il va arriver. Par contre, elle laisse un goût amer, un sentiment d’inachevé.

Finalement, la dernière baise, je suis pour. Pour vivre une effusion d’adieu, s’enivrer une dernière fois de l’odeur de l’autre, goûter chaque recoin, jouir entre ses mains… Et puis partir, serein ou pas, mais avec le sentiment d’avoir adoré cette dernière clope du condamné. Et d’avoir clôt le compte joint.

Le problème de la dernière baise, c’est que parfois, l’autre ne veut pas. Il a bien raison, tu me diras. Et je suis la première à dire qu’IL NE FAUT PAS. Mais je  n’y peux rien, je n’y arrive pas… J’ai besoin de cette jolie fin, sentir une dernière fois l’autre couler de moi.

Photo prise rue du Chevalier de la barre – Paris XVIII.

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Juste une dernière baise

  1. Rod dit :

    Ok mais vraiment la der alors…. ou pas… dur de le savoir à l’avance…

  2. jo dit :

    J’approuve ! et quelle finesse dans la dernière phrase, hé hé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s