Particularité

Je l’avoue, la première fois avec lui (entre autres), je n’avais pas remarqué… Il faut dire que j’étais dans le noir complet, et un peu déboussolée.

C’est après, quand on a remis ça juste à deux, et en plein jour. J’ai vu ce que je n’avais jamais vu… Oh non, je ne vous parle pas de taille. De ce côté là, je crois que j’ai vu une palette assez large (hu hu hu…).

Non, je vous parle de ça :

Et encore, si ma mémoire est bonne, le fruit était encore plus courbé (l’intéressé confirmera…).

Dingue. Un sexe qui, au repos, ne laissait pas croire une seconde qu’une fois déployé, il serait… si particulier !

Ce qui était appréciable, c’est que son propriétaire vivait la chose très bien. Aucun complexe « d’anormalité », d’ailleurs, il l’appelait affectueusement « canard wc » (rapport au bec toussa toussa…).

Je me demandais d’où pouvait venir cette franche courbure : déficit de peau sur la partie inférieure du sexe (car la courbure allait vers le bas), brièveté du frein, maladie de La Peyronie ou encore déformation due à une masturbation récurrente dans un objet coudé, genre ça :

En même temps, quel intérêt de se masturber dans un tuyau de robinet quand on n’a pas DÉJÀ la bite tordue ?? Tu me diras, il y a bien des gens qui ont des goûts décalés, alors plus rien ne devrait m’étonner (ne me remercie pas)…

Finalement, constatant que je ne trouverai pas la cause de la chose, constatant en plus qu’on s’en foutait comme de l’an 1, j’ai entrepris de me pencher – si j’ose dire – sur la meilleure façon d’en profiter.

Mon esprit mathématique en bandoulière, je m’armais de règles et compas pour élaborer moult schémas.

Je ne vous cache pas que la pipe était un peu épique, obligeant mon cou à s’adapter à la nouveauté. Je ne voulais pas prendre le risque d’érafler cette rareté.

Après avoir testé plusieurs position, j’en suis arrivée à ce constat : il fallait l’utiliser comme un sextoy coudé, avec un maximum de maniabilité. Le plus simple étant, il me semble, d’allonger sur le dos le propriétaire de l’outil, et de jouer à la toupie, moi sur lui.

C’était un peu Disneyland pour mes bulbes vestibulaires que j’aime d’amour. Option grand huit. Avec attrapage de la queue du Mickey à l’étape « look at my lovely back ». Le tout gratos et sans se fader le RER jusqu’à Marne-la-Vallée. Bon plan, quoi…

Conclusion : sexe coudé, femme comblée. CQFD.

PS : si quelqu’une est intéressée, le propriétaire est actuellement disponible et disposé. Soit dit en passant. Et en plus il est riche.

NB : A., je t’envoie mon RIB pour le virement…

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Particularité

  1. Cath dit :

    Ma porte d’entrée sur le monde des blogs coquins : une simple requête google relative aux sexes courbes (« sexe coudé » ?) et me voilà propulsée, façon Space Mountain, dans un univers fabuleux. Conclusion : la curiosité est un très joli défaut.

    PS, je n’ai toujours pas de réponse : pourquoi les sexes coudés le sont-ils ?

    • R. dit :

      Chère Cath joyeusement curieuse, je ne sais malheureusement toujours pas d’où vient cette courbure, tout comme le seul spécimen que je connais… Mais si tu as la réponse, je suis preneuse ! 🙂

  2. PazzO dit :

    Je suis dans la même situation que ce Mister, et mes partenaires que j’ai pu avoir ne s’en plaignent pas. « au contraire ».

    Je suis du nord si vous voulez tester mdr.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s