Au pays des Bisounours

Au pays des Bisounours, on trouve son chéri, on fait l’amour avec lui, c’est délicieux et ça nous comble jusqu’à la fin de notre vie. Et tout le monde il est content, surtout Benoit et ses amis.

Au pays des Bisounours…

Manque de bol, ici, on est au pays des vrais gens. Ceux qui sont changeants, complexes, obscures, instables… Fais pas genre, on l’est tous. Plus ou moins, mais crois-moi, c’est pas ceux qu’en n’ont pas l’air qui sont le plus clairs. Et ça, je l’ai compris tôt. Et même plus tôt encore…

Et au pays des vrais gens, parfois, souvent, on a des envies, des pulsions, qui ne vont pas forcément avec ce qu’on a promis devant le maire. Malheureusement.

Ou pas.

Parce que plus j’y réfléchis, moins je comprends le principe d’exclusivité sexuelle absolue.

Oh ne te méprends pas, hein… je pense que c’est ce qu’il y a de plus simple pour tout le monde. Pas d’homme cocu, pas de femme coupable, pas d’amant transi (ça marche aussi dans l’autre sens). Je ne suis pas CONTRE la fidélité, et d’ailleurs, j’ai toujours envié mes amies qui semblaient n’avoir aucun démon à combattre de ce côté là. Car tu l’as compris, la fidélité me coûte parfois.

Et j’imagine, donc, qu’elle peut aussi coûter à ma moitié. Je ne sais pas si c’est le cas, mais en tous les cas, je m’y prépare. Et ça ne me semble pas insurmontable.

Ce qui constitue le couple, selon moi, c’est le triptyque « amour-désir-bienveillance »… Ce qui m’importe, c’est que mon homme m’aime, ait envie de me faire l’amour, de vivre avec moi, de me faire des enfants. Qu’il s’offre des parenthèses ne me dépossèderait de rien (tu notes l’emploi du conditionnel…). Je préfère mille fois qu’il souhaite vieillir à mes côtés dans un bonheur complice, tout en allant parfois voir ailleurs (protégé, et en s’arrangeant pour que je ne l’apprenne jamais), plutôt qu’il soit scolairement fidèle mais plus amoureux de moi, et pas assez courageux pour avoir le respect de me quitter.

Certes, la fidélité est plus simple, à tout niveau : logistique, moral, social… Mais je préfère un homme toujours heureux de revenir vers moi pour se fondre dans mes bras à un homme frustré par ses désirs inassouvis qui se ternirait au fil des jours, des mois, des années…

Certains me disent que je tiens ce discours parce que mon mec n’est pas un queutard, et que donc, c’est pas demain la veille que j’aurais des cornes. Je leur réponds : « méfie-toi de l’eau qui dort… ». Même les timides et réservés peuvent avoir leur part d’ombre.
Je crois que la clé, c’est plutôt que je ne suis pas très jalouse. En tous les cas, quand je le suis, j’arrive à me raisonner.
(Je te rassure, j’ai plein d’autres névroses que je ne contrôle pas du tout…)

Et puis, mon mec n’est pas ma propriété. Et inversement.

Le problème, c’est que quand je dis ça, le monde entier pense que je m’envoie un l’air toutes les 10 minutes avec un nouvel inconnu et ma belle-soeur est au bord de l’infarctus. Désolée de te décevoir, mais… ben en fait non.
Cependant, que les choses soient claires : je fais ce que je veux avec mes cheveux. Et si ça te défrise, va t’acheter de la Elnett. Je n’ai aucun contrat avec toi.

Ça va mieux en le disant.

Le deuxième effet kiss cool de mon positionnement intellectuel sur le sujet, c’est que certains gens pensent que « je ne peux décemment pas être fiable, vu ce que je défends moi, Satan ».

Parce que, vois-tu, ta fiabilité dans son ensemble ne se mesure qu’à l’aune de ta capacité à ne pas frotter ta bistouquette ou ta zézette à quelqu’un d’autre que ta moitié. Le reste c’est rien que du pipi de chat.

Ben on n’est pas rendu. Je crois que je veux un bisounours…

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Au pays des Bisounours

  1. Justine dit :

    Bon bon bon, je te lis depuis quelques jours, et je suis à la fois ravie et effrayé à la lecture de chacun de tes billets: je m’entends, j’ai l’impression que j’aurai pu écrire chacune de tes lignes. Tu écrits à la fois tout ce que je pense, mais aussi ce qui est mon vécu passé. Pfiou effrayant limite! En fait non je n’aurais pas pu écrire ces billets parce que je ne l’aurai pas fait aussi bien que toi. Alors merci, j’adore, et du continue 🙂
    Bonne journée!

    • R. dit :

      Touchée dans le mille… 🙂 Et tu me rassures, nous sommes donc plusieurs à penser ainsi ?
      Merci, et bonne journée à toi aussi.

  2. Bloublou dit :

    clap clap clap!!
    Moi aussi je découvre juste ce blog, j’ai l’impression de me reconnaitre dans ses pensées mais en vachement mieux dit et raconté, en plus mature et moins égocentrique (j’arrête sinon je vais me sentir nulle, ….mais réalise que je ne peux pas être nulle en me reconnaissant dans quelqu’un d’aussi intelligent !
    Merci!

  3. audren dit :

    J’arrive après la bataille, mais évidemment que ce billet résonne avec mes thèmes d’écriture. Je veux ajouter une chose géniale qu’apporte la non-exclusivité : c’est que quand ta femme te veut, tu sais que c’est de toi qu’elle a envie – pas juste faire l’amour avec le seul qu’elle a le droit. Et ça, ça c’est formidablement valorisant, et ça rebooste l’amour carrément.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s