Pffffff

Tu dois bien te demander ce que je vais raconter avec un titre pareil, hein…

Eh bien ami pouèt bonsoir, aujourd’hui je te cause d’un problème fondamental dans le monde, j’ai nommé…

Roulements de tambours…

C’est relou, hein ?

Surtout que mon pauvre, tu risques d’être déçu, du coup…

J’ai nommé, donc…

Le pet de zézette !

Et là, laisse-moi te dire, toi, là-bas, qui te fend la poire quand ça arrive à ta meuf : tout ça est entièrement de ta responsabilité.

Enfin partiellement du moins.

Certes, si ta nana a un périnée en chewing-gum, tu n’y peux rien. Mais rien ne t’empêche de lui glisser deux trois conseils à l’oreille sur le sujet : « cocotte, au lieu de chercher à perdre 200 grammes, muscle ton périnée c’est très utile et génial pour mon ustensile. Et tu me remercieras quand tu seras enceinte, quand tu accoucheras, quand tu viendras d’accoucher et quand tu seras un peu vieille, ce qui fait quand même pas mal de fois. »
Mais même si elle a un périnée en béton armé, ça peut lui arriver, vois-tu… belieeeeeve-me.

Donc c’est de ta faute… Non parce que si tu arrêtais un peu d’aller et venir, comme ça, à l’intérieur d’elle, hein ? Enfin, je veux dire, non, bien sûr, tu DOIS continuer à aller et venir, sinon, à quoi bon survivre…? Mais si tu pouvais éviter de sortir COMPLETEMENT avant de re-rentrer, ça serait fort urbain de ta part, merci. Parce que d’une part, et là je ne parle qu’en mon nom, le moment où tu franchis la porte n’est pas le plus agréable (par contre, une fois que tu as les deux pieds dedans – façon de parler -, c’est soupère vas y baby avec ton Seine St-Denis fonk). Mais parce que – surtout -, à chaque fois que tu fais ça, tu fais entrer de l’air dans la zézette de la demoiselle. Et… faut bien qu’il sorte après, la-dite zézette n’étant pas calibrée pour être une réserve à oxygène.

Alors peut-être que tu apprécies vachement, toi, de franchir le pas de porte. Tu as bien le droit, ma foi rapport que c’est plus serré, et si ça peut sauver ma face nord, je veux bien. Mais fais-le en connaissance de cause. Et ne viens pas te plaindre après des bruits douteux consécutifs à ta sortie de piste. Ou rigole, mais gentiment.

Parce que c’est moche de se moquer. Pfffff…

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Pffffff

  1. Alex dit :

    J’aime bien ta façon de faire durer le suspens… 🙂

  2. Irmazinha de coração dit :

    Ah ouais, décidément vraiment AUCUN tabou!!! J’admire… Je médite… J’admire encore…
    Et ça me rappelle quelqu’un qui, quand j’avais 13 ans et que je racontais mes premiers flirts, me demandait: « t’as mis la langue », « il t’as mis une main aux fesses? » et « un doigt…? » ;0)))
    Je ne savais plus ou me mettre mais ça a fait mon éducation sexuelle et il fallait bien que ça vienne de quelque part quand on vient d’un milieu ou meme les règles sont tabou…

    • R. dit :

      Ca devait être une trèèèèèès bonne amie, je pense… de celles qui sont encore là 25 ans plus tard, et qui ne te lâcheront pas tant que t’auras pas passé l’arme à gauche. Et si elle n’était pas si mécréante, elle te dirait qu’elle est là pour l’éternité… Mais rien ne l’empêche de te dire à quel point elle t’aime.
      A bon entendeur…
      🙂

  3. Alex dit :

    Mais alors les pets de nunus…..ah je comprends mieux maintenant 😉 !!!

  4. Zoulmi dit :

    Je n’ai jamais pratiqué le « je sort totalement pour mieux rentrer ». Ils font ça dans les porno et ça a l’air moche à l’écran. J’avoue l’avoir fait une fois ou deux pour le fun, quand la fille était très large à l’entrée, mais c’est super chiant de devoir se concentrer pour viser à chaque coup de rein.
    Ouais, quand je baise, je pense à autre chose qu’à bien viser (je le fait pour le cunni ou ce genre de choses, mais pas quand on passe au mode « je t’ai donné ton orgasme, à mon tour, et tu me supplie de te baiser, je ne saurais que me soumettre à vos demandes… »)
    De mes expériences personnelles, le pet de fouffe n’a pas de rapport avec le fait de sortir ou non, mais plus avec la position et la largeur de l’entrée (pas exactement les sphincters vaginaux, donc ; et les contracter en permanence me semble chiant au possible.), ainsi qu’avec l’anatomie de la personne. Certaine ne pètent pas malgré tous mes efforts (enfin, on se comprend, disons « même dans une positions qui devrait éviter ça »), certaines pèterons malgré tous mes efforts (enfin, on se comprend, disons « même dans les positions qui, en général, font entrer de l’air »)

    J’ai une autre histoire rigolote, mais je vais couper mes commentaires.

  5. Zoulmi dit :

    Donc, je suis sorti un moment avec une meuf. Une histoire assez horrible (trompé 7 fois en 3 mois en ne comptant que les hommes), et les détails de ce qu’elle m’a raconté avoir fait sont à la limite de la légalité. Disons qu’elle était complètement nympho et que son vagin était assez large pour baiser un cheval. Littéralement, au sens propre.
    Elle m’a aussi fait découvrir le yôga (avec un accent circonflexe, CE yôga : http://www.youtube.com/watch?v=Z2RJ9AN3MV4 pas celui de mémé ou du hippy défoncé.)

    Un jour en cours de yôga, (après qu’elle m’aie largué parce que j’étais jaloux qu’elle baise ailleurs, (totally logical)), pendant que nous pratiquions nos asanas (ça se fait les yeux fermés), j’entends un pet devant moi et le premier truc que je me dit c’est « tiens, on dirait un pet de fouffe d’Isis ». J’ouvre les yeux, et devant moi je vois Isis dans un asana qui fait se contracter les abdos.
    J’ai passé le reste du cours à me retenir d’exploser de rire parce que j’avais réussi à identifier SON pet de fouffe. (NB : Elle a pété occasionnellement pendant 30 minutes avant de se poser en mode « et merde » de tout expulser, ce qui a duré 5 bonnes minutes. Elle devait au moins avoir un demi litron d’air dans son vagin en arrivant. Même quand j’étais pusseau et que je soufflait pendant les cunnis, j’ai jamais vu ça.)

    • R. dit :

      Bon, alors tu mets toute ma théorie par terre, là… 🙂 Pourtant, d’après mon expérience et ce que j’ai pu lire sur le sujet, c’était vraiment le faite de sortir complètement avant de re-rentrer (multiplié par beaucoup de fois…) qui provoquait ces mélodies. Je suis qualifiée de « petite zézette » par les hommes avec qui j’ai couché, alors peut-être que c’est pour ça que ça m’arrive très rarement. Je te l’accorde, en faisant mon enquête (extrêmement poussée, tu t’en doutes) pour rédiger ce billet, j’ai lu sur des forum que des filles étaient sujettes à cela MÊME sans avoir niqué juste avant. Serait-ce donc que tu as raison ??? 🙂

      • Zoulmi dit :

        Dans South Park, il y a une fille qui arrive a faire des pets de fouffe volontairement. (Épisode « Eat, Pray, Queef »)
        Dans la vraie vie, c’est possible aussi, comme de roter. Ça demande probablement de l’entrainement, il y a quelques pr0n fétichistes sur le sujet sur certains tubes.
        En fait, ça me fait penser… J’ai eu des hémorroïdes, je mettait de la crème sur mon anus, qui était vierge. Le simple fait de marcher faisait rentrer de l’air et je pétais longuement, sans odeurs puisque c’était de l’air, uniquement après avoir marché (ou fait du sport ou m’être agité.) (Ça marche aussi avec du lubrifiant…)
        Je pense que ça dépend de la largeur naturelle des différents sphincters et muscles du périnée, ainsi que de la forme du vagin ; le tout dépendant du hasard plus que des entrainement sportifs de la zézette. Étroit à l’entrée et large après, ou entrée pas circulaire laissant une entrée d’air dans certaines positions, etc.

  6. C’est bête que le moment précis de l’entrée dans le vagin ne soit pas super agréable (si j’ai bien compris) parce que, pour le pénétrant (en tout cas, moi), c’est très agréable. Je n’avais pas franchement fait de lien de causalité avec les pets vaginaux, mais c’est pas non plus comme si j’étais un inconditionnel (ni de l’un, ni de l’autre)…

    • R. dit :

      Disons que c’est un passage délicat… Que parfois, dans l’élan, ça peut coincer un peu.
      Quand c’est moi qui joue, qui fais entrer et sortir le gland de l’homme en me focalisant sur cette zone, c’est très plaisant, cependant, et je le fais volontiers.
      Mais c’est si bon de vous avoir au fond de nous… 🙂

  7. Voui mais des fois, ça fait mal (surtout quand on n’est pas « normal » :$ )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s