Hacker

C’était un peu le début des chats. Enfin, des « t’chats »… Caramail, pour te dire à quel point ça ne nous rajeunit pas.

Je bossais dans une start-up qui se cassait la gueule (pléonasme), nous étions donc assez désœuvré. Alors je m’amusais à papoter avec des inconnus. Jamais pour les rencontrer, juste pour le goût des relations épistolaires. J’étais claire dès le départ : c’était juste histoire de tuer le temps.

Et puis un jour, Princehak vient me parler. Jolie entrée en matière, je rebondis, lui aussi, la discussion s’enclenche agréablement. Il est un des rares à avoir une photo de profil. Pas mal… Alors, je ne sais pas pourquoi même si j’ai ma petite idée, quand il me propose un rendez-vous pour le samedi suivant, j’accepte.

Le jour arrive, je ne me démonte pas, et je me rends devant la librairie de la place Clichy à l’heure dite. Il arrive en même temps que moi, et nous nous sourions, amusés. Il est moins beau que je ne l’imaginais, forcément. Lui semble rassuré, vu qu’il n’avait pas demandé à voir ma photo. Il devait avoir la dalle, quand même…

En parlant de dalle, il me propose un McDo… J’éclate de rire, mais le suis, dubitative. Je me sens comme dans une expérience : j’attends de voir.

Il est assez franc du collier, parle crûment, ça ne me déplait pas. Nous embrayons sur un cinoche, La squale, puis je le convie chez moi. Il me raconte des histoires dingues : il a été dépucelé à 10 ans par la mère de son ami d’enfance, il a causé la mort de son meilleur pote en jetant la drogue que ce dernier vendait, il nique à tour de bras sur caramail, il est hacker, il participe à un réseau de gang bang…

Je ne suis pas vraiment fascinée, il ne me plaît pas assez. Mais intéressée, indéniablement. Si tout ce qu’il dit est vrai, c’est une vie étonnante. Je lui pose plein de questions.

Une chose en amenant une autre, nous couchons ensemble, et l’homme s’y prend plutôt bien. Il est très libéré, c’est plaisant. Alors, on remet ça tout le week-end, passant des heures nus à nous envoyer en l’air. Mais plus ces heures passent, plus l’évidence m’apparaît : il est un peu bête.

Il se met à me faire des déclarations enflammées, essaye de me faire rêver en me proposant un week-end à Eurodisney, ce qui fait étrangement écho à son invitation chez Ronald. Il me trouve formidable, il s’attache. Nous nous connaissons depuis moins de 72 heures…

Il m’appelle « ma petite salope à moi », persuadé que c’est un compliment. Et mes objections n’y changent rien.

Je crois qu’il est vraiment bête.

Je réussis à le faire rentrer chez lui, mais comme il n’est pas méchant (et comme je ne le suis pas assez), j’accepte de le revoir le lendemain soir. Je lui laisse une chance.

Au travail, je le vois sur caramail. Alors me vient cette idée : je me reconnecte avec un nouveau pseudo, Rachel, et l’aborde. Sans le draguer. Pour voir si LUI le fait.

Au début, il est courtois, rien de plus. Je m’astreins à ne pas l’allumer, mais je m’arrange pour coller à ce que j’imagine de son idéal. Et ça prend. Merci le minitel rose.

Il propose à Rachel un rendez-vous le vendredi soir suivant. Je me gausse.

Le soir même, il arrive chez moi. Je réprime un sourire et fais comme si de rien n’était. Puis, je lui propose une sortie. Vendredi soir.

Je me dis que s’il se rend disponible, je lui accorderai une chance encore de me montrer qu’il n’est pas si bête. Juste attendrissant. Et pas une lumière.

Il hésite, sourit, et me dit… qu’il a déjà quelque chose de prévu.

Je jubile. Il regarde ailleurs pendant qu’il me brode son histoire, je laisse passer quelques secondes :

« Avec Rachel ? »

Soufflé. Il se retourne offusqué :

« La saloooooooooope ! »

J’explose de rire. Le hacker a été piégé, et sa « petite salope à lui » s’en est bien tirée.

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Hacker

  1. Lib' dit :

    Les histoires d’arroseur arrosé, de farceur farcé, de trompeur trompé, j’adooore! Une part d’enfance qui ne veut pas mourir: l’espoir que les gentils gagnent à la fin du film… (aidés parfois par un peu de duplicité adulte, parce qu’on le sait, on ne vit pas chez les bisounours) 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s