Céder ?

Le doute m’assaille. Dois-je céder ?

Quelque chose en moi me dit « non, petit scarabée. Quand tu arrives en haut de la montagne, continue de grimper… ».
Quelque chose d’autre me dit « vas-y R., fais pas ta mijorée, et si tu veux le garder, laisse-le entrer. »
Et surtout, quelqu’un que je connais bien me dit « alleeeeez quoi, une petite sodomie ? ».

Mais bon… putain, j’y peux rien, j’ai juste pas envie.

Pas d’attirance particulière pour la chose, d’abord. Mon entre-fesses se sent assez bien dans sa fonction initiale, merci. Et pour avoir goûté aux joyeusetés de la grossesse tu vois les lèvres gercées ? Eh ben tu vois…, je ne te cache pas que la douleur anale ne m’est pas apparue comme LA chose qui manquait à mon palmarès.

En plus on m’a raconté quelques histoires sur le sujet, à base de retrait un peu trop rapide et… enfin t’as compris.

Pourtant j’ai des copines qui kiffent, et je les envie. J’ai beau être une coincée du cul au sens littéral vu que pour tout le reste, je suis là et bien là à base de popopopo, j’aimerais vraiment aimer. Un peu comme le vin et le café. Que je n’aime pas mais que j’aimerais aimer. Je vais même te dire, si je pouvais jouir par le coude, je serais la plus belle pour aller danser heureuse du monde. Seriously.

Yes, but no.

Et puis en plus, l’homme qui partage ma vie a plutôt genre une énorme bite un sexe conséquent. Et si j’écoute Ioudgine, c’est pas compatible. Même si j’ai beaucoup ri.

Aussi, il s’y est pris comme un manche pour mettre le sujet sur le tapis : il a essayé de m’avoir à l’usure et l’homme est tenace dans le genre. Je lui ai suggéré une autre voix pour m’y emmener : être sexy. Il a éclaté de rire… Pas son truc. Je crois que je vais aller me petit-suissider…

J’ai proposé qu’il aille vivre ça avec une autre, si vraiment ça l’obsédait. Tu me connais, je ne suis pas très jalouse. Il l’a mal pris… Alors que 97 % de mes potes rêvent que leur nénette leur dise ça.

Au bout de quelques mois, lassée de ce point qui crispait nos ébats, je me suis dit que « la porte la mieux fermée est celle qu’on peut laisser ouverte ». Proverbe chinois qui semble avoir été inventé pour mon dilemme, non ?

J’étais persuadée qu’on écrivait « dilemNe » mais apparemment non… et j’ai du mal à y croire, un peu comme si il y avait eu un complot mondial et qu’en une nuit, des petits lutins avaient changé tout l’internet intersidéral et même mon bon vieux Robert pour me faire croire que ça ne s’est jamais écrit comme je l’imaginais. Troublée je suis…

Bref, j’ai cédé. Une fois. Pour noël… En positionnant ma main de façon à créer une butée pour pas que dans le feu de l’action, l’homme oublie que là, juste derrière, c’est mon estomac. Ou un truc dans le genre, je suis nulle en anatomie. Et qu’autour, c’est une chose bien utile que j’aime garder en bon état. Rapport à la perméabilité, mais surtout à l’inévitable sollicitation du lieu. Donc si ça peut ne pas être douloureux, c’est mieux.

Bref, on ne peut pas dire que je me sois vraiment lâchée, pas rassurée que j’étais.

On ne peut pas vraiment dire non plus (du coup ?) que j’ai pris mon pied. Je l’avoue, ça fait moins mal que je ne l’imaginais vu que j’ai fortement limité l’amplitude et que le lubrifiant est mon meilleur ami. Même si on sent que certaines veines ne sont pas bien loin ces bitches. Par contre, je suis désolée de casser le délire, mais… ça donne envie de faire caca ! Et… ça déconcentre un p’tit chouïa, crois-moi.

Après cette première et dernière fois que j’ai élégamment ponctuée d’un « Joyeux noël ! Alors, heureuse ? » (on peut avoir envie de faire caca ET garder son humour), j’ai eu droit à quelques mois de répit. Mais récemment, j’ai senti que c’était la fin de la trève.

A nouveau, cette petite voix qui me chante « Résiste ! Prouve que tu existes ! » avec la tête de Sabine Azema. Puisque tout le monde dit « qu’il ne faut pas se forcer, que le sexe est un chemin pavé de pétales de roses où le dialogue éradique la faim dans le monde… ».

D’accord, mais comment on fait DANS LA VRAIE VIE ? Celle qu’on ne partage pas forcément avec un adepte de la parlotte. Celle où l’autre à vraiment envie de te la mettre alors que toi, tu as vraiment envie de sauver cette petite part de ton intimité, pour le moment en tous les cas ?

Parce que la vérité, c’est que je me suis toujours dit que je me réservais cette pratique pour mes plus ou moins 40 ans, rapport qu’il faut en garder sous le coude, quand même…

Mais c’est dans 7 ans…

Du coup, je me tâte. Dois-je ou ne dois-je pas céder ?

Photo : La face cachée des fesses – Caroline Pochon et Allan Rothschild, Arte éditions.

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour Céder ?

  1. Zoulmi dit :

    Je dirais que tu dois céder. Parce que j’ai connu pas mal de filles qui aimaient ça, et parce que moi j’adore ça (mais j’ai une prostate, ça aide.)
    Sache que, si ça fait mal, c’est que tu t’y prend mal. Je sais, « tout le monde » dit que ça fait mal, c’est une conspiration.
    Il faut décontracter les muscles, pas en étant zen ou en prenant du poppers, mais plutôt avec un massage. De l’anus, ce qui permet au passage de mettre le plus de lubrifiant possible à l’intérieur (c’est là qu’il sert, mais c’est pas facile de l’y mettre.) (Attention, les doigts souvent ça fait mal, ça a plein d’ongles et de peau sèche sur les bords ces trucs là. Un ça va, deux à la limite, mais pas plus. 3 doigts ça veux dire que tu peux prendre une bite grosse comme 4.)
    Ensuite, des tonnes de lubrifiant, il rentre juste le gland et ne bouge plus pendant une minute, sans débander (ça devient plus technique), puis il rentre très lentement et ne bouge plus (pareil), jusqu’à ce que tu soit habituée à sa présence dans tes fondements. Là, il devra probablement lentement sortir et rajouter du lubrifiant (il s’est étalé sur toute la longueur à l’intérieur et a séché aussi, il n’y en a donc plus assez.)
    A partir de là, il doit y aller super lentement. Mais vraiment super lentement, genre une minute l’aller-retour, avant d’accélérer petit à petit.
    Donc ça prend 10min – un quart d’heure avant qu’il puisse se lâcher. (Et donc l’idée de la pipe jusqu’à ce qu’il soit sur le point de jouir pour que ça dure moins longtemps ne marche pas top, surtout que si c’est bien fait, tu criera « oh oui c’est trop bon, prend moi plus fort » (c’est arrivé à toutes les filles qui me disaient « j’aime pas ça, mais je veux bien pour te faire plaisir » plus tôt.))

  2. dit :

    céder :
    Une fois l’an, sans douleur mais sans plaisir, c’est finalement comme faire du sexe cezarette…
    c’est intellectuellement jouable.
    Un peu d’oral pour pallier la frustration ça aide.
    Passer par devant pour arriver derrière rend la chose plus douce et la vue plus agréable…

    ne pas céder :
    Après tout, manger une huître à Noël depuis un certain nombre d’années parce que j’aimerais aimer, ne m’a jamais ôté l’impression que ça équivalait à boire la tasse.

    note orthographique :
    Véridique, depuis la réforme de 1990 ou quelque chose comme ça, on écrit ognon. sans i.

    • R. dit :

      Tu viens de me tuer avec ta note orthographique ! Incrédibeul… 🙂
      Et puis bon, noël arrive bientôt, je vais la retenter, j’espère juste ne pas avoir l’impression de boire la tasse ! 😀

  3. Lib' dit :

    Zoulmi, excellente note technique mais à mon avis, ça se discute… (suis plutôt adepte d’une méthode sans retrait; l’introduction étant délicate, toute sortie peut s’avérer définitive).

    R., je pense qu’il n’y a pas de solution à ton problème (désolée, je sais, c’est triste 😉 ): une seule condition pour que ce soit vraiment bien, il faut que tu en aies ENVIE!!! (Mais tu as jusque Noël pour te motiver!!!)

    • R. dit :

      Le truc c’est que j’ai très envie d’avoir envie (aucune référence à Johnny, encore moins à qui-tu-sais-qui-vit-à-l’Élysée). Vraiment, ça m’ouvrirait des voix, si tu me passes l’expression, et ça rendrait ma vie conjugale plus simple ! 😀
      Je crois juste que c’est l’idée de céder à sa pression (indéniable, à chaque ébat, pendant plusieurs mois) qui me chiffonne. Pas envie de me sentir obligée… Mais je vais y revenir, c’est sûr.

  4. Ju dit :

    J’adooooooooore ça, mais mon cher et tendre bof bof…. La technique de Zoulmi est PAR-FAI-TE, si c’est en plus en position classicos missionaire qui dérape, là je défaille. Joyeux noël alors 🙂

    • R. dit :

      OK, donc je constate qu’apparemment, la position de la levrette n’est pas la mieux… Hautement instructif, j’étais loin de m’en douter.
      Bon, promis, je vous fais un débrief fin décembre ! 😀
      (et merci pour vos conseils et encouragements !)
      🙂

  5. Zoulmi dit :

    Je conseille la position des cuillères. Je ne sais pas si elle marche mieux, mais elle évite d’être déséquilibré et d’avoir le réflexe de donner un grand coup de hanche pour pas tomber. Sinon, toi dessus (cowgirl ou reverse cowgirl pour une meilleure vue de l’action) pour gérer la vitesse et la profondeur toi-même, (avec une cravache pour être sure qu’il ne bouge pas, il aura tendance à s’exciter…).
    Je pense qu’une bouteille de champagne peut aider, mais pas forcément, faut voir quels effets relaxant, aphrodisiaques, et déstabilisant ça a sur toi. Si tu ne te la siffle pas toute seule, il faut aussi voir ce que ça fait sur ton mec. Un petit pétard aussi, éventuellement (mais uniquement si c’est légal par chez toi, je n’encourage pas la consommation de drôôôgues illégales.)
    Je ne m’y connais pas en poppers, mais ça peut aider. Il y en a qui font plutôt tourner la tête et d’autres qui sont plus pour la sodomie, demande conseille à ton vendeur de sexshop.

    • R. dit :

      Malheureusement, je n’aime pas l’alcool, même pas le champagne. Par contre, j’adore les pétards, mais ça a un peu tendance à m’ôter l’endurance nécessaire aux ébats avec mon mec (du genre trèèèès résistant). Et ça ternit mon envie, parfois, aussi. 🙂
      Le poppers, non vraiment, je m’en passerais bien.
      Mais je me dis qu’une nouvelle position + ma bonne volonté devraient être un bon début… 🙂

  6. Irmazinha de coração dit :

    Marrant, j’ai eu le meme « dilemme » avec ce mot très récemment pour un texto!!…
    Pour ce qui est du reste, tu connais mon point de vue…mais le premier commentaire est TRÈS judicieux… Un qui sait s’y prendre apparemment.

    • R. dit :

      C’est justement parce que TOI tu y es venue, et apprécies la chose à présent (et pourtant, c’était pas gagné, rappelle-toi…! :)), que j’ai envie de m’y coller (et aussi parce que mister qui-tu-sais est au taquet sur le sujet). Je t’envie d’avoir un homme qui a su t’y emmener… 🙂
      Mais je vais relancer le débat par chez moi, je crois, avec deux-trois propositions d’amélioration… 😉

  7. Zoulmi dit :

    Je suis content de voir que (presque) tout le monde me recommande. Je savais que j’étais le Dieu Absolut du Sexe (et plutôt pas mauvais à la cuisine, et j’ai le poil doux), mais ça me fait vraiment plaisir de voir que mes conseils (et méthodes IRL) sont recommandées par des gens qui ne me connaissent pas.

    Merci Libellule, Ju et Irmazinha de coração. Je vous fais tous de gros bizoux en vous enculant avec tendresse.

  8. pillowjutsu dit :

    J’ai pratiqué avec toutes mes copines parce que j’aime ça et qu’elles l’ont compris. Comme tout le monde, je rejoins Zoulmi. Avec deux notes :
    * On fait ce qu’on peut pour être propre (et tant pis si on reste un quart d’heure, apres l’acte, sur le trône en tentant de faire la part des choses entre ce que ton rectum explique sur ce qu’il ressent et ce que ton cerveau sait)
    * les premières fois, ça commence en cuillère et c’est la femme qui bouge

  9. Y. dit :

    L’estomac faut peut-être pas pousser (c’est le cas de le dire), je veux bien que Monsieur soit gâté par dame nature, mais entre les deux, il y a quand même quelques mètres d’intestins.

    Ça ne fait pas avancer le débat, mais c’est important de le dire. Ou pas.

    • R. dit :

      Je reconnais là ton sens de la précision, cher Y. 😀 Mais psychologiquement parlant, du moins, cet estomac ne semblait pas bien loin… Cependant, j’ai ouïe-dire que la-dite dame nature ne t’avait vraiment pas oublié et que tu avais un gros point commun avec mon mistalovalova. Alors si tu as un conseil supplémentaire pour faire passer la pilule, n’hésite pas… 😉

  10. Y. dit :

    Ben pour la pilule, oui, essaie par l’autre côté pour voir …..

  11. Y. dit :

    Je me suis immédiatement rendu compte que ce message pouvait induire en erreur, mais après tout je laisse à chacun le choix de faire ou de ne pas faire ses expériences personnelles en la matière.

  12. Céder ou pas céder, pour moi il n’y a pas de réponse univoque. Qu’il ait, lui, envie, je le conçois, mais si tu n’en as pas envie (et puisque ça te va), qu’il aille enculer ailleurs !
    Après, si toi, tu n’as pas spécialement envie, mais que tu veux lui faire ce plaisir, la méthode de Zoulmi me paraît très adaptée. Il y a en d’autres (Google est ton ami), l’essentiel est de « préparer ». Mon expérience montre que le plaisir de la sodomie varie beaucoup d’une partenaire à l’autre, depuis celles qui acceptent en serrant les dents (moi, je n’ai pas sodomisé toutes mes amantes, juste celles qui étaient d’accord, c’est la moindre des choses) jusqu’à celles qui prennent ta queue pendant que tu prends leur chatte pour l’introduire manu militari dans leur cul, celles qui ne jouissent jamais, celles qui jouissent en se caressant le clito en même temps, celles qui jouissent rien que par la sodomie.
    Bref.
    Et puisque le trou du cul est la chose la mieux partagée dans le monde, moi, je proposerai à ton copain qui a tellement envie de te prendre le cul de se faire prendre le sien… pour voir si ça lui fait du bien (et ça le fera peut-être réfléchir à la façon dont il doit s’y prendre pour te rendre la pareil).
    Le plaisir de la sodomie est un plaisir qui s’apprivoise ; perso, je n’ai pas encore tout à fait à l’apprivoisé pour moi (mais j’adore qu’on me mette un doigt dans le cul).

    • R. dit :

      Ah ah, j’y ai songé, je lui ai suggéré, mais étonnamment, l’homme n’a pas l’air chaud… 😀
      Alors qu’il parait que c’est un plus absolument non négligeable…
      Et sinon, même si je pense que le plaisir de la sodomie s’apprivoise, j’ai l’impression d’être de celles dont l’anus n’est pas la partie la plus érogène de leur corps. Mais bon, peut-être que dans 1 an, je serai une folle du cul qui raffole de cette pratique, qui sait ?

  13. Y. dit :

    Bon alors, ce joyeux Noël ???

  14. Y. dit :

    Ohoho, je pensais que peut-être après coup tu avais l’intention de garder ça pour toi, alors je trouvais ça drôle de relancer, mais je vois que c’est bien mal te connaitre 😀

  15. Bloublou dit :

    Zoulmi: Merci merci merci !!
    Je ne suis pas très open de l’anus et me reconnais très bien de la situation de R. (dont je découvre juste le blog et à qui je dis un grand bravo et merci aussi).
    Mais ton commentaire vient de me mettre en tension sexuelle majeure !, surtout la chute. Bref, j’ai de plus en plus envie de ré-essayer (après une seule fois avec un partenaire à petite bite, celle de mon copain me faisait encore plus peur… mais là, là…ça me donne envie et je te remercie!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s