Sweet dreams

Je suis une grande rêveuse.

Au sens littérale du terme. Eveillée, je suis absolument terre-à-terre. Mais la nuit, tout est permis, et mes neurones s’offrent de belles échappées, depuis toujours.

J’ai eu un long épisode de cauchemars. Sept ans pendant lesquels haches, couteaux, sang, persécution, nazisme, angoisse et tétanie habitaient chacune de mes nuits. Mais j’en suis sortie.

Je fais aussi beaucoup de rêves érotiques. Rarement pornographiques, mais souvent orgasmiques. Car dans mes songes, il me suffit de serrer très fort quelqu’un pour jouir. Le bonheur…

Plusieurs fois, j’ai rêvé d’hommes qui me laissaient assez indifférente. Je me réveillais alors haletante, humide, troublée par l’extase onirique qu’ils m’avaient provoqué, alors qu’il me semblait ne les avoir jamais désirés. Images entêtantes, scènes incandescentes, ces hommes sans saveur prenaient d’un coup une consistance toute neuve, et devenaient l’objet de mes fantasmes. S’ils m’avaient fait jouir dans mon sommeil, c’est qu’ils avaient du potentiel. Ne restait qu’à le sublimer.

Evidemment, je me demandais qui de la poule ou l’oeuf… L’inconscient est joueur. Et aujourd’hui encore, je ne sais pas.

Comme je suis presque incapable de censure, j’ai souvent raconté à ces hommes l’effet qu’ils m’avaient fait, à l’insu de mon plein gré. Et pas à chaque fois, mais bien souvent, le rêve s’est réalisé.

J’ai aussi rêvé de femmes. Toujours extrêmement belles, un corps athlétique, des lèvres douces, des seins généreux, une chute de rein à faire tomber par terre, un visage fort et lunaire à la fois (si j’étais un homme, je serais donc un gros cliché). Et de la même façon qu’avec les hommes, je jouissais rien qu’en me frottant à elles.

Je me souviens de ce rêve avec Missy Elliott. Je l’avais vue 5 minutes à la télé la veille, et elle parlait des sextoys. Avec un air enchanté… et coquin. Je la rêve donc dans mes bras, petite et menue, très sexy, moi en costard blanc ajusté, front contre front, hanches contre hanches, ondulant les yeux dans les yeux, tout sourire… Elle était mon amoureuse, ma petite meuf, et le simple fait de la tenir contre moi m’a fait exploser.

Le lendemain, j’ai regardé des vidéos d’elle sur youtube toute la journée.

Je me suis demandé si finalement je n’avais pas envie de coucher avec une fille… Je ne sais toujours pas, mais me connaissant, je me dis que le fait que ça ne me soit jamais arrivé est un premier indice. Vraisemblablement, j’ai plus d’élans vers les garçons. Mais je ne dis jamais fontaine…

Dernier rêve trouble en date : les yeux de chat de C., une copine aimant les filles, dans le corps de Maïa Mazaurette, sex-blogueuse sexy, m’écrivant qu’à la lecture de ma prose, elle avait eu très envie de me faire l’amour.

A part ça, tout va bien, je ne suis PAS DU TOUT obsédée par ce blog…

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s