Cuisine

Samedi soir, nous allons boire un verre.
F. et moi sommes amis depuis plusieurs années, et nous avons couché quelques fois ensemble. Mais ça n’a jamais été simple. Une tendresse infinie nous lie, et j’ai toujours regretté ce petit grain de sable dans la mécanique de nos ébats. Pourtant tous les éléments sont réunis : il est beau, il est cool, il est drôle, il est mon ami, il a un joli sexe à la taille parfaite, il est érotique, expressif, il me désire ardemment et moi aussi. Mais nos histoires compliquées l’une comme l’autre grippent les rouages.

Ce samedi, en me préparant, je me demande ce qu’il va se passer. Longtemps après, allons-nous succomber à nouveau ?

Dans un bar bruyant du Xe arrondissement, nous sirotons un mojito. En fait, deux mojitos. Chacun. Ca n’a l’air de rien pour toi, mais pour moi qui ne bois jamais, vraiment jamais, ça fait son petit effet.

La discussion dérive, et la tension monte. Vraisemblablement, son désir croît aussi vite que le mien. Il dépose un baiser qui effleure à peine mes lèvres, mais en faisant cela, il donne le top départ : nous sommes sur la même longueur d’onde…

Nous sortons du bar. Seulement, aucun de nous deux ne peut recevoir l’autre. J’héberge mon père pour quelques jours, il loge chez un pote pendant les travaux de son appartement. Pas de bol.

Nous sommes dans la rue, comme deux cons, piétinant de ne pas savoir où nous étreindre quand me vient une idée : il est minuit, un week-end, il a une voiture et moi les clés de la petite boîte dans laquelle je travaille aux portes de Paris.

Je lui propose, il me regarde interrogatif :

« C’est toi qui vois… »

Je souris :

« Roule ma poule ! »

Nous arrivons sur place et l’agence est plongée dans l’obscurité. Je commence par rouler un petit joint, sur mon bureau. F. est derrière moi. J’allume le joint, F. m’allume. Collé contre moi, son ventre contre mon dos, il m’entoure de ses bras et hume mon cou. Je frémis…

Encore quelques taffes voluptueuses, et je m’abandonne. Je saisis sa main et l’amène dans la pièce la plus lointaine de l’entrée : la cuisine.
On s’embrasse, on se palpe, on se frotte. Nos habits tombent un à un et nos peaux frissonnent au contact l’une de l’autre.

Je le retourne, le plaque contre le plan de travail, et baise chaque centimètre carré de son cou à son sexe, que j’enfouis dans ma bouche. Il gémit…
Je vais, je viens, et entendre ses soupirs me transcende.

Puis il saisit ma nuque et l’approche de son visage. Il la mord. Je transpire.

Il me colle à son tour au plan de travail, me soulève, y pose mes fesses et écarte mes jambes. Puis me pénètre lentement.
Des ondes me traversent. Mes jambes se replient sur lui et le ballet de nos hanches démarre. Onctueux, chaud, puis plus soutenu… Sauvage.

Je nous sens prêts à exploser, alors de mes deux doigts humides, je déclenche le feu d’artifice.

Les mains se crispent, les ongles s’enfoncent, les gorges s’ouvrent et les râles s’unissent.

Puis le silence… Nous restons l’un dans l’autre, haletant, dégoulinant. Un baiser d’une douceur absolue.
Nous sommes repus.

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Cuisine

  1. Rod dit :

    J’ai faillit attendre 😉
    Et je viens d’y croiser Y., justement ce matin, c’était beaucoup moins torride nos échanges de regard que ta p’tite histoire… et pour infos la clef a changée ^^

  2. BaggerFred dit :

    Et ce fut sûrement un « délix » pardon, un délice …

  3. Fabien dit :

    Wouaa bravo.. c’est vivant, brûlant, sans complexe… Ca me fait drôle parce que je viens juste d’écrire un article sur le même « sujet », le Chapitre 4 consacré à leurs première fois, et du coup je le trouve moins bien, trop « gentillet », pas assez « cru » maintenant que j’ai lu le tien.. 😥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s