Coulis de framboise

C’est le jour de mes 21 ans.

Je me suis couchée tard la veille, dans mon petit appartement au fond du couloir du 6e étage, suite à une ènième soirée entre potes. Alors quand j’entends la porte toquer au lever du jour, j’ai un peu de mal à émerger et à retrouver mes esprits.

Je vais ouvrir, c’est M.

M., l’homme dont j’ai été très amoureuse quelques années auparavant, avec qui j’ai eu un semblant d’histoire. En vrai, un peu un connard, de ceux qui prennent beaucoup, qui donnent peu, qui pensent que tout leur est dû, qui utilisent quand ça les arrange.

M. exerce encore sur moi un certain pouvoir. Pas sexuel, car nos quelques ébats étaient vraiment décevants. Mais un pouvoir d’autorité.

Il a du brown sugar et de la coke. Il est 7 h du matin, c’est mon anniversaire – mais il l’ignore -, et il fait huit traits sur ma table.

Je ne réfléchis pas, je m’exécute. Malgré le repas prévu chez mon père en mon honneur quelques heures plus tard.

M. essaye de me sauter, et j’ai beau être un peu droguée, je me refuse. Je lui dis non, pas comme ça, pas droguée, pas en m’utilisant pour clore sa nuit de défonce.

Ca le vexe, mais il insiste.

Ma porte toque à nouveau.

Le pote d’un pote, que je connais très peu, me tend une enveloppe, bredouille quelque chose, fait volte-face et part.

Je rentre interloquée. C’est une déclaration d’amour totalement inattendue. Il ne sait pas lui non plus que c’est mon anniversaire.

Drôle de journée…

Après un déjeuner raté chez mon père, dans une ambiance tendue, je retrouve mes potes à Montmartre.

Un ami s’est suicidé quelques jours auparavant, alors nous sommes, mon amie Vi. et moi, un peu choquées. Et je suis encore sous l’effet de la drogue prise ce matin.

Assis sur les marches, prenant le soleil, nous discutons de tout et de rien. Nous sommes deux garçons, Ha. et Ni., et trois filles, Sa., Vi. et moi.

En fait, c’est surtout Sa. qui parle, beaucoup… Elle essaye de se faire câliner par Ha., Ha. dont Vi. est aussi un peu amoureuse. Ha. qui joue un peu avec Sa. et Vi. depuis quelques mois, lançant un regard de biche à l’une, faisant un sourire enjôleur à l’autre… Mais Vi. est timide, beaucoup plus que Sa.

Et donc, ce jour là, Sa., qui ressort de deux nuits passées avec deux hommes différents, n’a de cesse de demander à Ha. si à cause de ça elle n’est pas « un peu une salope ». Avec l’air de vouloir qu’on lui dise « mais non », mais aussi un peu « oh oui »…

Personnellement, à cette époque de ma vie, j’étais déjà bien loin de considérer quiconque comme une salope. Ou alors j’étais la première à l’être. En tous les cas, je crois que j’aimais déjà les filles qu’on appelle « faciles« .

Désireux de fumer quelques joints, nous allons tous les cinq chez Ni., notre QG. Sa. continue de minauder, et revient de la cuisine avec une bouteille de coulis de framboise et un sourire lourd de sous-entendus. Elle lance à la cantonade :

« Hey, les garçons, si j’en verse un peu sur moi, vous êtes cap’ de le lécher ? »

Etincelles dans leurs yeux. Ca faisait plusieurs fois qu’après des nuits fêtardes et substancées, des idées de sexe à plusieurs avaient été balancées, toujours sur le ton de la rigolade. Genre « c’est pour riiiiiiiiire, n’empêche que si quelqu’un ose se lancer… ». Ha. et Ni. semblent se dire qu’on y est enfin. Moi, j’attends de voir.

Sa., très fière de son audace, se verse du coulis de framboise… sur le bras. Je souris intérieurement. Ha. et Ni. s’exécutent, et lèchent l’épais liquide rouge, de bas en haut. Sa. ricane, se retourne vers Vi. et moi :

« A vous, les filles… ».

A suivre

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour Coulis de framboise

  1. Irmazinha de coração dit :

    Plus je te lis et plus je me rends compte qu’en fait je ne sais pas TOUT de toi, grosse remise en question ;0)
    Et surtout, moi qui pensais avoir quand meme un peu vécu et fait des trucs inracontables a mes enfants (ou a d’autres), je m’aperçois que ma vie a été « bien rangée » jusqu’à présent!(surtout que pour les quelques écarts que j’ai pu faire, j’ai été bien engrainee Faudrait dire ça a mes parents…

    • R. dit :

      Ça tombe bien, je vois ton père vendredi… mais si je lui raconte tout tout TOUT, est-ce que tu crois que tes parents m’aimeront toujours…? 🙂

  2. Arnaud dit :

    Captivant, j’attends la suite. Quant à « est-ce que je suis un peu salope », je dirais juste qu’une salope c’est une femme avec la morale d’un homme 🙂

    Il n’y a rien de mal à passer deux nuits avec deux homme différents. Là où ça me gêne c’est quand c’est fait pour obtenir quelque chose (autre que le plaisir que peuvent prendre deux – ou plus – personnes consentantes). Mais si c’est juste pour le sexe et le frisson, j’appelle ça vivre, personnellement.

  3. usclade dit :

    Je rejoins Arnaud dans son regard posé sur la question de la salopitude, et encore que les comparer à des hommes n’est pas très flatteur pour les personnes concernées 🙂
    La seule chose éventuellement blâmable dans les actes de Sa. est sans doute d’avoir fait croire à deux mâles distincts qu’ils étaient l’élu unique sans faire mention de l’existence de l’autre. Faire illusion est-il blâmable ? On peut déplorer un manque de courage tout au plus..
    Sinon si elle disait ça simplement pour caractériser la débauche que sous entend une vie sexuelle débridée, alors je dirais simplement que c’est une débauchée, et moi j’aime ça quand la débauchée est maître et libre de ses actes, qu’elle peut les assumer sans se mettre en danger…
    Enfin pour en revenir à ton texte, et au suspense prometteur sur lequel il s’achève, je me demande simplement si je ne vais pas voir les framboisiers de mon jardin d’un autre oeil dorénavant 🙂

    • R. dit :

      Moi je crois qu’il n’y pas de salope. Il y a des connasses, des saloperies – à la rigueur -, qui peuvent faire des choses pas correctes, pas dans le sens de la bonne marche du Monde, parfois en utilisant le sexe mais en utilisant aussi plein d’autres vecteurs…
      Ce qui était drôle, là, c’est que pour avoir juste eu deux amants différents en 36 heures (ce qui est somme toute banal, non ???), elle nous a saoulée pendant des heures, pour qu’on la plaigne (de quoi ?) mais aussi pour flamber d’être une femme si libérée.
      Personnellement, je ne me suis JAMAIS posé la question de savoir si j’étais une salope, même après avoir enchaîné des amants… Je ne me suis jamais vue comme telle.
      Par contre, il m’est arrivé de me demander si je n’avais pas été « utilisée », « consommée ».
      Dernière chose, je ne veux pas vendre la mèche, mais je crains que vous ne soyez déçus, avec mon histoire de framboise… 🙂

      • usclade dit :

        Je ne me fais pas d’illusion, j’ai lu dans les tags un indice éloquent : « lancer une partouse et se rétracter, »
        J’imagine donc que cette histoire va se finir en eau de boudin, pour ne pas dire en jus de chaussette, ce qui immanquablement me rappelle les chaussettes maculées de rouge desquelles suintait un jus de framboise à l’odeur très dense avec lesquels on faisait les meilleurs coulis dans ma jeunesse (si, si ! 🙂

  4. Zoulmi dit :

    Une salope, c’est une fille qui couche avec tout le monde mais pas avec moi.
    (Ceci était une blague, mais c’est un peu vrai quand même.)

    Je me languis de lire la suite !

    • Arnaud dit :

      Ah ah, c’est très bon ça 🙂

    • R. dit :

      Assurément, c’est comme ça que certains hommes réagissent. Quant à leurs consœurs, elles pensent qu’une salope c’est une fille qui couche avec tous ceux avec qui elles auraient envie de coucher, et même pas elle le regrette !
      Je sens que je vais faire des déçus, à part ça… 🙂

      • Fabien dit :

        Hé dit R. tu veux pas faire 2 versions : la vraie qui sera un peu « décevante » comme tu as l’air de le dire.. ou plutôt « réaliste » j’imagine, on t’en voudra pas, la réalité a tellement tendance à être « banale » 😥 ..
        Mais après, une version en forme de petite vengeance sur cette réalité ingrate 😉 une fiction en free style où tu lâche un peu la bride et le délire 🙂 youhouu 😀

    • BaggerFred dit :

      Comme a dit Frédéric Dard (in. « Les Pensées de San-Antonio « ) : « les salopes couchent avec tout le monde sauf avec toi, les emmerdeuses ne couchent qu’avec toi » …

  5. Lib' dit :

    Intéressant:
    http://dict.xmatiere.com/wiki/salope

    Amusant:
    http://www.nanarland.com/glossaire-definition-190-S-comme-salope.html

    Mignon:
    « Pourquoi une femme qui a plein d’hommes est une salope ? Et pourquoi un homme qui a plein de femmes c’est pas moi ? » Patrick Timsit.

    R., tu nous tiens en haleine!!! 😉

  6. dita dit :

    mais ça s’écrase pas de la framboise!!!! ça s’éclate en bouche….
    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s