La trembleuse

Mon corps parle souvent pour moi.

Pourtant, je ne suis pas du genre à me taire. Plutôt débridée, presque incapable, même, d’auto-censure… Je dirais même que je suis transparente. Pas dans le sens insipide, parce que pour le coup, je ne crois pas l’être. En général, on m’aime, ou on ne m’aime pas. Pas de juste milieu.

Non, je suis transparente dans le sens où on peut (presque) toujours lire en moi comme dans un livre ouvert. Je réponds à (presque) toutes les questions qu’on me pose. Je suis une bien mauvaise menteuse, même s’il m’arrive de mentir et même d’être crue. J’ai peu de pudeur, trop peu pour certains, d’ailleurs. On m’a déjà reproché de dire des choses de mon intimité qui ont gênées les gens à qui je les ai dites. En général, c’était des choses un peu tristes, un peu dures, un peu tabou, un peu « ça serait mieux qu’on n’en parle pas, qu’on laisse la poussière sous le tapis, ça encombre vite les fêlures des autres… ». Pourtant, je ne les avais pas dites pour être plainte, mais pour illustrer un propos que je tenais dans une discussion assez générale.

Parfois on m’a aussi reproché de parler de mes histoires de cul sans retenue. C’est vrai. Et parfois j’ai du mal à percevoir que mon interlocuteur n’a pas la même « liberté de ton » que moi.

Souvent j’ai constaté que je n’aurais pas dû dire ci ou ça, qu’en faisant cela je me tirais une balle dans le pied, que j’étais trop franche, surtout sur moi-même, et que je ne savais décidément pas me protéger.

Mes ami(e)s proches m’ont souvent dit que je donnais le bâton pour me faire battre. Ce à quoi j’ai toujours répondu que c’était aussi une bonne façon – bien que parfois très douloureuse – de faire le tri dans ses connaissances : il y a ceux qui prennent le bâton et qui me battent, et il y a ceux qui sont touchés de voir que je me livre à eux sans fard, et qui m’ôtent le bâton des mains pour me faire un câlin. Et de toutes les façons, je ne sais pas faire autrement.

Bref. Malgré le fait que mes pensées débordent de ma bouche sans cesse, mon corps a aussi besoin de parler pour moi.

Je passe sur le fait que le stress, l’angoisse, l’énervement ou le chagrin me coupent toutes capacités à manger et dormir. Plus rien ne passe dans mon œsophage, mon corps ne m’envoie même plus de signaux de faim. Il m’envoie par contre des signes d’épuisement, mais se plie devant les tours de vélo que fait mon cerveau. Donc je ne dors presque pas. Ce qui est un bon cercle vicieux.

Quand je suis maintenue en état d’excitation sexuelle longtemps, j’ai des fourmis dans les mains, les poignets qui se bloquent et les doigts qui se recroquevillent. Étrange manifestation.

Parfois, aussi, quand j’ai des discussions qui me troublent, je suis prise de tremblements. Ça peut être pendant les discussions houleuses dans lesquelles il se joue quelque chose de fondamental, pour les ruptures, pour les tentatives de réconciliation dont je crains l’issue… Ou alors quand je parle des choses que je n’ai pas encore réussi à digérer, que je ne sais pas comment agencer mes mots pour faire comprendre mon propos, ou alors quand je prends mille précautions pour ne pas blesser l’autre que je sais susceptible.

Je peux même me mettre à trembler quand je suis à ce point de bascule, face à un homme qui me plait mais qui m’effraie un peu, quand les choses n’ont pas encore été dites, quand on ne sait pas si le sentiment est partagé, mais qu’on sent que la tension est à son comble et que tout peut s’enchanter ou s’écrouler dans les prochaines secondes.

Dur d’essayer de mentir ou d’être stratège quand tout le corps avoue la profondeur du trouble.

Parfois, j’aimerais être plus forte et gagner contre moi.

Cet article, publié dans Du sang, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La trembleuse

  1. Fabien dit :

    Ooo 😮 non ne soit pas trop forte, c’est tellement attachant toute cette sensibilité en liberté.. on a envie de te prendre dans les bras pour recevoir le trop plein trembler avec toi.. :-*

  2. Irmazinha de coração dit :

    Oh ma sista, tes mots me parlent plus que jamais.
    Suis atteinte de Parkinson depuis un peu plus d’un mois et ce n’est pas en train de s’arranger…
    Notre lutte continue.

  3. Lib' dit :

    Même si je ne tremble pas, je ne sais pas mentir (plus par conviction et par éducation, je pense. Et puis, il est plus simple de dire la vérité… et je n’aime pas me compliquer la vie).
    Par contre, je sais très bien paraître indifférente quand il le faut et ça… c’est quand même très pratique!!! [parce qu’on sait toutes (désolée les garçons!) que ça fonctionne très bien] 😉
    R., le vie m’a appris à maîtriser des parts de moi trop excessives et aujourd’hui, je me demande si ces victoires sur moi-même ne seraient pas en fait des défaites… (A méditer avant d’entreprendre toute tentative de domptage de toi-même…) 😉

    • R. dit :

      Intéressant… Je vais méditer dessus, mais ma première réaction est de me demander si c’est pas comme les cheveux : quand on les a raides, on les voudrait frisés, et vice-et-versa (ça marche avec plein d’autres trucs) (et dans mon cas, c’est la merde, parce que mes cheveux ne sont ni raides ni frisés, mais un peu tout à la fois, parfois même crépus, bref, je te laisse imaginer le désastre… 🙂 ) !
      J’imagine qu’il faudrait trouver ce foutu juste milieu.
      Quant à paraître indifférente, j’adorerais en être capable, mais d’abord, je ne sais pas faire, et en plus, même quand j’ai envie d’essayer, une petite voix me dit « arrête, R., la stratégie, c’est pas ton truc… »
      🙂

  4. Sky dit :

    Toute ma vie j’ai eu la même stratégie : ne pas en avoir ! Rester spontanée, à fleur de peau, désespérément honnête… je ne tremble pas mais je rougie, parfois je bégaye, je me dévoile comme un livre ouvert, comme un défi… et tant pis pour les coups de bâton, j’aime trop être comme ça… et j’aime bien les gens comme ça 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s