101

Oh ! J’ai publié mon centième billet sans même m’en apercevoir…

Moi qui voulais faire une cérémonie en grande pompe (hu hu hu), je me suis loupée sur ce coup-là.

N’empêche que… je suis drôlement contente d’avoir ouvert ce blog même si ça m’a apporté quelques menus soucis. Heureuse d’écrire, d’abord, mais surtout, j’avoue, d’être lue et appréciée. « Narcisse, sors de ce corps ! », me direz-vous, et ça n’est pas totalement faux.

Mais il est indéniable que moi, la petite scientifique qui a longtemps cru qu’elle n’aimait pas lire ni écrire, qui a surtout pensé qu’elle ne SAVAIT pas écrire, probablement « écrasée » par un père hyper intellectuel, certainement l’homme le plus cultivé qu’elle connaisse (et elle en connait…), moi disais-je donc (Narcisse, je te dis…), je suis très émue de m’apercevoir que non seulement mon style plait à certains, mais qu’en plus mes mots touchent et parviennent à transcrire une petite part de l’universel.

Beaucoup de personnes qui lisent ce blog me connaissent dans la vraie vie, et il est drôle de constater les différences de goûts et de perception. Alors que certains adorent « mes histoires de cul », d’autres préfèrent quand je parle moins de moi, et plus de sujets généraux. Certains commentent, en se livrant eux-même un peu, d’autres restent dans l’ombre. Certains ne me disent rien, je ne sais pas ce qu’ils pensent, ni même s’ils reviennent. D’autres sont gênés et préfèrent ne pas me lire, trop craintif de ma relative mais néanmoins indéniable absence de pudeur…

Et puis il y a ceux qui ne me connaissent pas. Et c’est très étrange, ces passerelles qui se créent. Très étrange, mais tellement plaisant.

Merci donc, d’être derrière votre écran. Je vais tâcher de conserver un certain niveau, même si je me sais irrégulière.

J’espère que vous serez encore là pour le millième billet. Ce qui, si mes calculs sont bons, devrait nous mener au 13 novembre 2017. Si je compte mes potentielles vacances, disons 5 semaines par an, pendant 5,7 ans, à raison d’un seul billet ces semaines-là au lieu de 3, je dois rajouter 57 semaines, ça nous mène donc au 17 décembre 2018. Je vous attends de pieds fermes.

Quand je vous disais que j’étais une matheuse…

Cet article, publié dans Et du lait maternel, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour 101

  1. Fred dit :

    Pour ma part, je ne dis pas forcément grand chose mais je te lis, toujours avec réel plaisir et intérêt.

    En fait d’histoires de cul, ce sont surtout des ‘tranches de vie’ sexuellement explicites où tu te dévoiles un peu. Il serait intéressant de regarder en en arrière et de vérifier s’il n’y a pas des points récurrents (isotopies narratives ou énonciatives) dans tes histoires ici narrées (à lire vite, hé, hé). Au hasard : souffrance, frustration dans la relation, expérience sans engagement dans la durée, problématiques de timing-synchro-volonté, …

    Par contre, je ne te dirai pas “Narcisse, sors de ce corps !” car un blog implique une volonté de son auteur à être vu et lu. La bonne nouvelle est que tu es lue, et non pas ignorée °=)
    –> Auquel cas ton narcisse t’aurait fait mal à l’égo …

    A très bientôt en ligne.

  2. Fabien dit :

    Non tu n’es pas narcissique, j’ai essayé de lire d’autre blog, même de mecs mais ça ne me touche pas, ça m’ennuie, et souvent parce que c’est du vrai narcissisme là, des blogs à la gloire de ceux qui les écrivent.. ou alors des blogs sans aucun « fond »…

    Toi tu n’essayes pas de te faire « belle », mais tu l’es franchement parfois, dans toute ta « crudité » ( 😮 ), sincèrement donc et c’est chouette. J’avoue que ça me rend un peu triste parfois car tu as l’air d’avoir vécu des choses assez fortes, et je les compare forcement un peu à ma vie 😦 (mais bon ça va hein, d’abord la différence n’est pas si énorme et pi.. c’est pas fini ! à la limite ça me donne plus une motivation pour me bouger l’cul et foncer vers l’infini et au delà ! 😀 on est qu’a la moitié du chemin n’est-il pas ? 😉 )

  3. zoumpapa dit :

    Tiens, et donc tu as suggéré la lecture de ton blog à certains amis, et ce faisant en prenant le risque qu’eux-mêmes en parlent autour d’eux (et ainsi de suite): serais tu partie du postulat que si tu n’avais rien à cacher à des inconnus….alors pourquoi le cacher à ses amis? 🙂 (le terme « rien » est évidemment limité à ce que tu acceptes de dévoiler)
    Pour le reste, continue, l’authenticité et la qualité de ton écriture paient: let’s go to 2018 ! 🙂

    • R. dit :

      Pire que ça, j’en ai parlé à mon père, quelques autres de ma famille, mon mec, quelques ex-amours, quelques ex-amants, la plupart de mes ami(e)s proches, et même quelques potes et collègues ! 😀 Il m’est arrivé de le regretter, je ne te cache pas…

      • zoumpapa dit :

        Hahem…bon…ais-je bien lu ?
        Je reprends:
        – des COLLEGUES ? ( aaarghh…..)
        – ton PERE ? (là c’est le sommet, elle est définitivement cinglée)
        -> je ne vois qu’une explication: parler urgemment de ton addiction aux substances illicites à un spécialiste! Y a surement un moyen d’arrêter, si, si 🙂

        • R. dit :

          Bon, alors pour les collègues, c’est uniquement ceux que je considère comme ami ou « pote que ça va faire rire et pas rougir ». Je me suis ptet un peu loupée sur ce coup-là… 🙂
          Pour mon père, j’ai longuement hésité à lui dire. Mais j’avais tellement envie qu’il sache que je m’étais remise à écrire (comme lui), que ça me faisait beaucoup de bien et que ça avait l’air de plaire à certaines personnes. Du coup, je lui ai dit, il m’a demandé quel était le thème, j’ai rigolé en disant « le cul et la maternité, en gros ». Nous avons convenu que je ne lui dirais pas le titre du blog. Sauf qu’un jour j’ai rigolé sur une requête gogol, il m’a demandé laquelle, j’ai répondu, sans me rendre compte que je lui donnais ainsi accès au blog.
          Il n’a pas pu s’empêcher d’aller lire quelques billets. Il en a même commenté un, en me rouspétant un peu. Tout en me disant en parallèle qu’il était fier de moi.
          Depuis, je crois qu’il y va de temps en temps, et qu’il trie les textes qu’il lit. Il ne m’en parle plus trop… 😀
          Et rien à voir avec les substances illicites, je crois juste que j’ai été livrée sans l’option « instinct de protection », ce qui est parfois un GROS handicap… 🙂

          • zoumpapa dit :

            tu as déjà parlé de ta mère, et sauf erreur, pas de ton père.
            vous avez l’air de partager beaucoup de choses (c’est le moins que l’on puisse dire), en tous cas d’être très complices…Ce qui me fait dire que je serais curieux de voir comment je vais réagir dans…près de 30 ans, si ma fille me parle d’un blog dans lequel elle conte ses histoires de cul :-)…ta réponse a le mérite non négligeable de m’y préparer…au cas où… (je m’y prends un peu à l’avance, mais faudra que je reste zen comme ton père) 🙂

            • R. dit :

              Hum, « zen » n’est pas vraiment le mot que j’emploierais pour qualifier mon paternel ! C’est plutôt un hurleur colérique provocateur, caractéristiques qui cachent malheureusement ses grandes qualités humaines.
              Quant à notre complicité, elle existe indéniablement aujourd’hui, mais est assez récente. Jusqu’à mes 18 ans, j’ai eu très peur de lui, je pleurais dès qu’il me parlait, puis de 18 à 26 ans, ça a été la rébellion, mais comme nous n’étions pas à armes égales (en niveau de culture, de décibels et de mauvaise foi), je pleurais encore beaucoup, et à l’aube de mes 27 ans, je crois que j’ai réussi à le libérer de son fardeau de père tyrannique, et alors nous avons pu nous découvrir avec plaisir.
              Aujourd’hui, j’ai appris à choisir les sujets à ne pas aborder avec lui, et le cul n’en fait pas parti (la politique, beaucoup plus, tout ancien hippie soit-il…). Même si évidemment, je n’en parle pas avec lui de la même façon que j’en parle avec mes potes.
              Et ne t’inquiète pas, d’ici les 33 ans de ta fille, les blogs n’existeront plus ! 😉

  4. Du vieux de la vieille ayant atteint les 1000 après un peu moins de 6 ans, ce conseil : peu importe la quantité des écrits, ce qui compte, c’est le plaisir d’écrire, et le plaisir de faire plaisir à ses lecteurs. Bref, que ton blog ne soit jamais une galère, un fardeau, mais un ami, un confident, et pourquoi pas une passerelle, comme tu le dis avec justesse.

  5. dita dit :

    Je suis allée voir mon compte du coup ^^ 410 trucs que j’ai mis … un réel plaisir de retourner en arrière et de relire… J’espère que tu auras le même.
    Très juste commentaire de CUI… le plaisir, rien que ça…

  6. ouplala dit :

    je confirme les inconnus qui s’y retrouvent.
    je me demandais d’ailleurs une fois à quel point ton blog était connu de tes proches, mais alors là, les ex-amants… le mec…le père..tu fais fort! … de mon point de vue égoïste d’inconnue qui se (re)trouve tellement, j’espère que ça ne te censurera pas (trop) 😉

  7. Marie dit :

    D’accord avec CUI et Dita : d’abord le plaisir d’écrire et de découvrir que tu es lue, que du monde y prend plaisir et participe. Je découvre tout cela depuis quelques mois seulement et je suis scotchée par les liens virtuels qui se créent et qui finissent par devenir réels, enfin une certaine forme de réalité. Quant à partager cela avec des proches genre famille, mari, ou amants, ou ex… Je trouve ça compliqué. J’ai trois ami(e)s dans la vraie vie qui sont au courant, qui me lisent et m’envoient des petits commentaires par texto parfois. Ils ne se connaissent pas d’ailleurs, venant d’horizons et d’époques différents de ma vie. Et si! J’ai laissé une allusion à « Eyes wide shut »… Mais j’ai aucune nouvelle… Pour le reste, c’est chez moi, « a room of my own »… Longue vie à ton sang, ton sexe et ton lait maternel!

  8. Lib' dit :

    Pas de doute, tu écris vraiment bien, R.
    Incroyable ce rôle des parents dans tout ce que nous faisons à l’âge adulte… Ils nous ont modelés sans même sans rendre compte comme nous modelons nous-même nos enfants: on souhaite leur ressembler ou en être totalement différent, être meilleur ou ne se sentir jamais à la hauteur, penser à eux nous freine ou nous permet de nous dépasser… Quoi que nous fassions, nous le faisons toujours dans ce rapport à eux.
    Pfiou…. vu sous cet angle, élever ses enfants prend une toute autre dimension.

  9. zut dit :

    Le 17 décembre 2018 je peux pas, j’ai piscine.
    Tu peux pas avancer ton 1000 ème billet au 16.
    Là j’ai rien de prévu.
    Avant non plus.

  10. Y. dit :

    Ah non, pas le 16 non plus, je suis en tournée, je rentre le 21 …

  11. R. dit :

    Z’inquiétez pas les gars, on va trouver une solution qui convient à tout le monde… 🙂

  12. Y. dit :

    On a le temps de s’organiser, en même temps !

  13. Marc T. dit :

    Happy blogday !
    Et merci de partager tout ça avec nous de ta belle plume.

  14. Anna dit :

    Bonjour
    Juste pour te dire que je fais partie des ‘anonymes’ qui apprécient énormément de te lire.. Pourvu que ça dure 😉
    Merci
    Anna

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s