Couverture

En ce moment je lis ça :

Ça occasionne de drôles de regards, dans les transports en commun : lubriques de la part de quelques hommes, genre « ya moyen », complices de la part de quelques jolies femmes, genre « moi-même je sais », outrés de la part de quelques autres femmes, genre « jesusmariejoseph ! »…

Un peu comme si ça voulait dire que FORCEMENT, je suis une femme adulte qui ère et qui tient un journal. Alors que j’ai même pas d’aussi gros seins que la dame malheureusement

Heureusement que j’ai déjà lu celui-ci, ça m’évite de décliner des propositions de gang-bang dans le métro :

Cet article a été publié dans Du sexe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Couverture

  1. Du temps où je prenais le métro, je me confectionnais une petite couverture improvisée pour dissimuler les couvertures des livres un peu trop licencieux qu’il pouvait m’arriver de lire.
    (Et une des rares fois où je me suis fait draguer dans le métro, c’était en lisant un Kundera !)

    Sinon, c’est intéressant comme bouquin ?

  2. R. dit :

    Ha ha, moi j’avoue, je l’ai fait une fois, parce que je n’assumais vraiment pas le titre du livre (un « essai » complètement nul offert par ma mère après mon dernier chagrin d’amour, je me demande si elle ne commençait pas déjà à merdoyer du ciboulot, parce que arrrghhh) : « Ces femmes qui aiment trop ». 😀 Je l’ai lu, et je confirme : aaarghhh…
    Quand j’ai lu « Histoire d’O. », je me souviens que j’ouvrais à peine les pages, pour que personne ne puisse lire par dessus mon épaule. J’ai même arrêté en chemin, parce que c’est compliqué de lire un livre en n’ouvrant pas trop les pages. Faudrait que je m’y remette, du coup…
    Sinon, assez chouette, le Journal d’une femme adultère. Et même si bien évidemment ça cause tromperie, il me semble que ça n’est pas le propos central du livre…

  3. Y. dit :

    Cacher la couverture ça ne sert à rien : y a toujours des curieux comme moi qui ne peuvent pas s’empêcher de lire par dessus les épaules des gens (j’ai un problème avec tout ce qui touche à la lecture, je suis capable de lire le même article de 20 minutes 5 fois d’affilée par dessus 5 épaules différentes, à tel point que ça m’est arrivé plusieurs fois que les gens me donnent leur journal en descendant, alors si je tombe sur « journal d’une femme adultère » c’est mort pour l’intimité !)

    Sinon, « Baise moi » en livre c’est bien ?? (j’ai détesté le flim)

    • R. dit :

      Et pourtant, il n’y a à peu près aucune scène de baise dans ce journal… 😀
      Pour « Baise-moi », j’avais bien aimé à l’époque, mais c’était il y a longtemps… Et je n’ai pas vu le film !
      (en général, je ne vais pas voir les films dont j’ai lu le livre auparavant…)

  4. Tomas dit :

    J’aime beaucoup le regard « y a moyen ». Quand tu lis le catalogue Aubert, ils se disent aussi « y a moyen ? » (de lui faire un enfant).

    Sinon, j’ai bien aimé mais ça manquait un peu de rythme dans le style (et de sexe).

  5. cath dit :

    « Journal d’une femme adultère » trône en 1ère place sur les étagères de ma bibliothèque. J’adore cette photo de couverture encadrée d’un beau rouge vif. Je l’ai lu quand moi-même, et bien involontairement, j’ai démarré une double vie. Fontaine, etc … Arghhhhh ! Cela étant dit, effectivement, l’adultère n’est pas le propos essentiel du livre. On peut vieillir et continuer à être désirable et ça, ça me rassure.

  6. Chut ! dit :

    Ah ah ! Ca me rappelle quand je lisais La Vénus à la Fourrure de Sacher Masoch contre la vitre d’une laverie, qu’un homme a stoppé pile sur le trottoir et est entré pour me demander :
    – Vous êtes masochiste, mademoiselle ?
    Sinon, Histoire de l’oeil de Bataille dans le métro, un grand moment… Ou Sexus de Miller pour la couverture. J’étais tout juste étudiante, je me souviens encore des regards égrillards d’hommes bien plus âgés. Et quitte à lire un bouquin au titre provoc’, je me campais bien au milieu de la rame en tenant le livre incliné. A moins d’être myope, personne ne pouvait l’ignorer !
    Voilà qui m’amusait beaucoup, à l’époque…

  7. Weissmann dit :

    Le plus gênant dans certains ouvrages n’est pas seulement la couverture, mais le contenu. Quand je me plonge dans un roman historique ou de fantasy dans le métro, j’y suis vraiment ! Alors j’imagine avec des ouvrages de cette nature… c’est un coup à rater sa station !

  8. Chut ! dit :

    Ce que j’ai répondu ? Rien, hélas… J’étais tellement soufflée que l’esprit de répartie m’a abandonnée ! À 21-22 ans, je sentais bien qu’il y avait quelque chose à creuser dans cette direction, mais la boîte de Pandore n’était pas encore ouverte.
    Si ça se passait maintenant, en revanche… 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s