Cinéma

Madrid.

J’y suis pour ma maîtrise de maths – un prétexte – et je rencontre S. un mois après mon arrivée. Au Sugar Hill, petite boîte de nuit du centre, où se retrouvent les habitués du samedi soir pour danser sur de la funk, des gros tubes de rap, des musiques chaudes et propices aux rapprochements.

S. est un marocain clandestin dealer de shit. Plutôt beau garçon, une petite cicatrice en croix au coin de l’oeil, il arrive à me ferrer. Je tombe très amoureuse. J’ai 21 ans, et je l’ai dans la peau.

Mais, en bon rebeu, il a tendance à vouloir me faire l’amour « avec respect ». Alors qu’avant moi il baisait des nénettes à foison dans les voitures et sous des portes cochères, il ne m’envisage que dans un lit. Et je m’en plains. Et je lui explique que tout ça n’a rien à voir avec le respect. Que moi aussi je mérite qu’on me prenne avec souffre et poigne, et que je n’en suis pas moins honorable pour autant.

Un soir où nous traînons dans sa banlieue de Fuenlabrada avec tous ses potes dealers, il me propose un cinoche. L’oeil coquin…

J’accepte sans rechigner, n’importe quel film fera l’affaire. Nous n’avons pas du tout les mêmes goûts cinématographiques, je le laisse choisir, bien décidée à ne pas voir le film. Un truc avec des requins super intelligents et super féroces qui vont dévorer les scientifiques qui les étudient. Pas du tout ma came…

Nous entrons dans la salle obscure, pas franchement pleine. Instinctivement, nous nous dirigeons vers le fond de la salle. Je le regarde, il me sourit, nous sommes sur la même longueur d’onde. Ça promet…

Le noir se fait, le film commence, ma main se balade déjà dans le caleçon de S. Il durcit. Vite. Fort. Ca m’émeut. Je le caresse, je vais et viens sur son sexe, mais rapidement ma bouche s’invite. Moi accroupie devant lui, je le suce goulûment. Je lui dois de m’avoir réconciliée avec la pipe après de nombreuses années sans envie pour la chose. La faute à l’enfance, tout ça…

Ses doigts se plantent dans mes longs cheveux roux, je le regarde et le vois mordre sa lèvre, presque rire, ses yeux plongés dans les miens. Il me chuchote de m’arrêter, il ne veut pas jouir maintenant, il me veut entière…

Alors je m’assois sur lui, dos à lui. Sa main plonge en moi, l’autre dénude mes jambes, mes fesses, puis me caresse doucement, donnant au ballet intérieur de sa jumelle tout son sens. Des gens passent dans les rangs, nous nous immobilisons, je suis liquide… et quand la voie est libre, je me sens prête pour le final. Je sens mon orgasme monter, et je veux le vivre en même temps que lui, je veux que nous explosions ensemble, contenus dans un silence contraint et hautement érotique.

Alors je m’empale sur lui, assis, et ses jambes écartent franchement les miennes… delicious. Nous ondulons, les reflets de l’écran éclairent ses mains pétrissant mes seins. Il agrippe mes fesses, mes hanches, je sens la cadence qui s’accélère. Je sais que ma tête dépasse des fauteuils, et j’ai peur que quelqu’un se retourne d’un coup et aperçoive mon regard… flou. Mon sourire… confus.

Et alors que je l’entends réprimer son soupir, alors que je sens les spasmes de son sexe secouer mon intérieur, je jette un dernier coup d’oeil pour m’enivrer de son air extatique, puis lâche les vannes. Je monte d’un coup, très fort, très haut, et je plonge ma tête dans le dossier du fauteuil devant moi, mordant la mousse fermement pour rester discrète.

Je sens ses muscles se détendre, il pose sa tête dans mon dos, m’étreint. Son sexe prend moins d’espace en moi, je dégouline de lui, mais nous restons ainsi, amoureux, repus.

Les requins ont presque l’air mignon…

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour Cinéma

  1. Je ne sais pas si un film de requin est adéquat pour recevoir une pipe au cinéma
    — Je sens tes dents ! (glups)
    Un joli souvenir, ma foi, qui constitue une pause « fraîche » en plein suspens brésilien 😉

  2. Fabien dit :

    mouarf excellent 😮 .. vraiment 🙂 one of the best… the beast even 😉

    (Sinon 😮 … « ta maîtrise de maths » !!!??… :O 😮 😮 ..; mais.. mais.. mais… je.. j’ai du mal a cacher ma surprise… je 😮 heuu.. tu veux m’épouser ?.. 😀 ;))

    • R. dit :

      Pourquoi est-ce une telle surprise…? 😀
      Bon enfin, ça ne m’étonne pas plus que ça, à chaque fois que j’ai mentionné mes études (pendant et après), les gens ont été surpris : « ah booooon ? Je t’imaginais plus faire des arts plastiques, ou de la psycho…! » Mais pourquoi ? J’ai pas la gueule d’une matheuse ou quoi ? Et toi, l’esprit scientifique t’émeut particulièrement ? 🙂 Non sérieusement, réponds-moi, si tu peux, ça m’intéresse.

      • Fabien dit :

        je ne sais pas pour les autres mais moi j’ai noté que mon intérêt pour une femme dépendait du plus faible « niveau » entre la sensualité et l’intellect..

        Comme ta sensualité ne fait plus vraiment de doute 😉 le fait d’apprendre que tu es probablement très intelligente te bombarde tout en haut de la pyramide d’un coup.. ce.. heuu.. c’est clair..? 😕 j’ai comme un doute là 😀 😉

        • dit :

          J’aimerais moi aussi comprendre quelque chose. En quoi une maîtrise de maths ferait de R. une fille « probablement très intelligente »?
          Ayant de mon côté également fait des études supérieures pendant 8 ans de ma vie, cotoyant aussi des gens n’ayant pas eu cette patience ou cette possibilité, j’ai tendance à me dire que l’intelligence et les études ne vont pas de pair, loin de là.

          La maitrise de maths dénote surtout un esprit ayant un certain type de logique, R. est une très bonne organisatrice par exemple, ce qui n’en fait pas quelqu’un d’intelligent.
          Les textes qu’elle nous livre depuis quelques mois, si.

          • Fabien dit :

            C’est vrai que dans plein de cas « l’intelligence et les études ne vont pas de pair » et je ne compte plus les gens avec des diplômes incroyables que j’ai trouvé complètement cons, il avaient juste « mémorisé » des trucs finalement…

            Mais il s’agit d’un cas vraiment particulier et la mémoire est très loin de suffire, la logique y est importante en effet mais a ce niveau des mathématiques une très forte capacité d’abstraction est aussi indispensable… Je me rappelle d’une démonstration qui utilisait plusieurs « univers », on nageait en pleine philosophie (et je n’ai pas réussi à suivre jusqu’au bout (je suis plutôt de la Physique moi 😉 ) mais je trouvais ça merveilleux quand même 😀 ..)

            C’est vrai que ça n’en fait pas une règle et il doit bien y avoir des imbéciles qui arrivent à ce « niveau » (maîtrise de Maths) sans une « réelle » intelligence, simplement avec du « travail » et du « temps »… Mais je demande à voir 😮 … Car c’est « vraiment » balaise on ne se rend pas compte.. et même si ça « dérange un peu » de dire qu’on est pas tous « égaux » ce n’est en aucun cas donné à tout le monde..

            Sinon moi ses textes m’évoquent plutôt une très grande sensibilité (en plus de la sensualité dont je parlais) mais après tout pourquoi ne pas en déduire une certaine intelligence aussi tu as raison 😉 …

            • M'é dit :

              La vrai question serait plutôt ce qu’elle en fait auourd’hui de sa maitrise de math… Et le bonheur simple dans tout ça ? Pas besoin de dérivées ni de fonctions fushiennes pour ça (sans mauvais jeu de mot ^^)

              • R. dit :

                Bon, ne vous battez pas, je suis un génie, avec ou sans maîtrise de maths… Un génie très sensuel et beaucoup trop sensible… 😀
                D’ailleurs l’honnêteté m’oblige à vous dire que je n’ai pas passé ma maîtrise de maths, trop occupée que j’étais à aller regarder les requins au cinoche, et surtout, à me retaper suite à mon histoire brésilienne.
                Mais j’ai ma licence, tu veux toujours m’épouser, Fabien ? 😉

  3. Zoulmi dit :

    Ah, ça me rapelle de bon vieux souvenirs ça…

  4. Tomas dit :

    hmmmmmfffff (ou plus ou moins)

  5. dit :

    A quand la pipe au musée Magritte?

  6. usclade dit :

    Quelle fougueuse sensualité… 🙂 j’ose pas imaginer ce que ça aurait été, si vous étiez allés voir Flipper le Dauphin…

  7. zoumpapa dit :

    bon, je dis ça je dis rien, mais y suffit qu’on cause de fesse et hop, déferlement de comments!
    (dingue non?)

  8. Lib' dit :

    Moi, je pensais aller voir Titanic ce w.e… Je vais peut-être choisir un autre film finalement… 😉

  9. M'é dit :

    Joli texte miss… on sens le bon souvenir, celui qui s’écrit avec le sourire aux lèvres !
    🙂

  10. Gawel dit :

    Mais comment tu fais pour lâcher les vannes en si peu de temps ?
    Moi soit je suis déjà dans un état intense auquel cas je contrôle plus rien du tout question timing (quand j’essaye je passe à côté), soit je n’y suis pas encore et ça ne vient pas en si peu de temps (vu que tu sens déjà des spasmes de son sexe à lui, « it’s now or never »)…
    En plus d’une licence de maths tu as donc une maîtrise ès clitoris avec les félicitations du jury, c’est ça ?

    • R. dit :

      😀
      Disons que certaines périodes de mon cycle sont très propices à l’orgasme rapide, surtout si la situation excite mon cerveau. Et je dois dire aussi que voir l’homme que je désire ardemment jouir de mes « talents », surtout quand il le montre, me fait souvent monter haut, vite et fort… Mais je te rassure, je connais aussi l’orgasme laborieux, voire l’orgasme called l’arlésienne… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s