Vaginal mon cul

J’ai longtemps cru que j’étais exclusivement clitoridienne. Que, du coup, je passais à côté de l’Orgasme avec un grand O, le beau, le fort, le mûr. Le vrai. Le parfait.

Pourtant, je trouvais mes orgasmes trop de la balle fort plaisants. Mais il me manquait ce petit truc pour me compléter.

Je comptais beaucoup sur la fameuse trentaine, celle où on s’épanouit pleinement sexuellement. Et je dois avouer, 30 ans c’est vraiment mieux que 20. Même si j’étais déjà très portée sur la chose à 20 ans et même à 7.

Je voyais bien, au fil des années, que la pénétration – passage courtois mais non nécessaire à mon plaisir de fraîche vingtenaire – devenait un élément sinon central, au moins primordial. Toujours accompagnée de ma petite musique personnelle. Un duo puissant, redoutablement efficace, magique et savoureux, libérateur. Le plus beau canal vers l’autre.

Oh, je ne suis pas la dernière à me satisfaire de caresses furtives entre deux portes, même sans grande osmose finale.

Il n’empêche qu’être pleine de l’autre est un délice.

Et puis un jour j’ai découvert le dessin d’un clitoris. Entier.

J’te montre :

Tout s’explique.

Orgasme vaginal mon cul. En fait, il n’y a que des orgasmes clitoridiens stimulés par divers canaux.

Simultanément étant ze top of ze top.

Finalement je suis complète. Cool.

Bon, je te l’accorde, il faut que je bosse encore un peu la face nord

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

39 commentaires pour Vaginal mon cul

  1. A. dit :

    Je suis restée fascinée par le dessin du clitoris pendant 5 bonnes minutes…j’ai d’ailleurs un peu honte de n’avoir jamais été plus curieuse que cela alors que je m’intéresse à la « chose » depuis des décennies !! En tout cas, merci R. je suis compète moi aussi et je comprends mieux pourquoi mes orgasmes issus de la double stimulation sont si délicieux :))

  2. Gawel dit :

    Et fuck le Point G, tout n’est que stimulation du clitoris par le vagin…
    Moi je sais pourquoi j’adore être complète mais j’aimerais bien savoir pourquoi il me faut les deux stimulations pour jouir (pas trouvé celle ou celui qui me donnerait un Orgasme en ne stimulant que le clitoris. Mais je débute la trentaine, je ne désespère pas – complètement)…

    • R. dit :

      Le point G, la plus grosse arnaque du siècle… Après la série Lost ! 😉
      (avant, en fait…)
      By ze way, si je couchais avec des filles, je t’offrirais volontiers mes talents (dont je ne doute absolument pas meme si je n’ai jamais fait de chamoune)… Mais j’ai quelques numéros d’hommes fort doués pour la chose, si nécessaire… 😉

      • A. dit :

        Et pourtant, il existe le point G…en tout cas, chez moi :p

        • R. dit :

          Ben oui, c’est une partie de ton clitoris facilement stimulable par voix zezettale… Quand tu vois la taille du truc, on a toutes un voire des points G. L’arnaque, c’est de prétendre qu’il n’a rien à voir avec le clitoris et de cantonner ce dernier à un orgasme immature et enfantin… 🙂

      • Gawel dit :

        Hum, je serais bien tentée mais avec deux loulous en bas âge et deux amoureux non-partageurs, je pressens comme une série de hic qui me mettraient des bâtons dans les roues, au lieu d’une langue sur un tout petit monticule (oui, j’ai appris récemment que j’aurais un clitoris de petite taille, difficile à débusquer. Ceci expliquerait peut-être cela. Mon mari n’a pas de point de comparaison, alors il ne pouvait pas me le dire, les autres n’ont pas du oser !).

        • R. dit :

          Ya pas comme un paradoxe dans ta phrase « deux amoureux non-partageurs », là ? 😀
          Si t’as rien contre, tu développes ? Ça m’intrigue… Par mail si tu préfères, hein. En même temps, t’es pas obligée… 🙂

          • Gawel dit :

            Je veux bien développer mais ça n’a rien d’exceptionnel, tu vois la situation dans tout vaudeville qui se respecte !
            Il y en a un qui n’est pas partageur et ne sait pas qu’il me partage encore (il croit que c’est fini depuis belle lurette) et l’autre qui, bien que non partageur de nature, n’a pas le choix vu qu’il est arrivé en second et que lui-même n’est pas exactement ce qu’on pourrait appeler « libre ». Enfin si, le seul choix qu’il aurait serait de mettre fin à tout ça mais c’est plus facile à dire qu’à faire, depuis le temps que ça dure…

            • R. dit :

              Totally understood… C’est bien ce que j’imaginais, mais ta formule m’a confusée, même si c’est pas français. 🙂

              • Gawel dit :

                Oui je comprends bien que ce n’était pas clair. Ma tite soeur a des amoureux plus ou moins partageurs, mais elle reste complètement honnête. Ceux que ça dérange renoncent mais en général ils se contentent de ne pas poser de questions pour éviter de ne pas aimer les réponses 🙂

  3. Le corps féminin reste un grand mystère pour moi – et voir qu’il l’est également pour certaines femmes me rassure.
    Assez basiquement, je dirais : face nord, sud, est ou complètement à l’ouest, point G ou point Q, à vrai dire, l’essentiel me paraît que vous arriviez, sans trop de difficulté, à le trouver, cet orgasme 🙂

  4. Fabien dit :

    Je ne crois pas avoir déjà fait jouir une femme juste avec ma bite sans qu’il y ai aussi une caresse sur son clito.. ça ne me gêne pas…

    Jusqu’à récemment (sachant cela) je proposais à la fille de se caresser pendant que j’essayais de me retenir, pour jouir en même temps qu’elle en levrette, mais j’ai fini par développer une sorte d’équilibre dans cette position (et une certaine force aussi je suppose..) qui consiste a me pencher en avant et avoir les deux mains libres pour en mettre une au boulot sur le clito et l’autre à pincer doucement le bout de ses seins, ou les caresser ainsi que le reste de son corps pendant qu’elle remue les fesses sur « ma queue » comme elle dit.

    Ravie, abasourdie, dépassée, déroutée, ébahie, ébouriffée, effarée, émerveillée, épatée, époustouflée, estomaquée, interloquée, renversée, sciée, sidérée, stupéfiée et surprise elle me répète presque en accusatrice : « – tu veux me rendre amoureuse !!? » 🙂

    Ca c’est génial 😉

  5. Sir John dit :

    J’ai toujours trouvé superbe cette image. La femme est la seule à disposer d’un organe, et lequel!, uniquement dédié au plaisir. D’où votre supériorité « au lit » et notre volonté de ne pas tout vous avouer : bien sur que votre point G existe, on est juste pas toujours assez patient/informé/imprégné pour le trouver. Et vous non plus d’ailleurs, pour assumer ce « rôle » d’être sexuel, aussi, beaucoup, dédié…
    Probablement que l’évolution vers la trentaine correspond également à une libération de votre/notre aphrodisiaque n°1 : les neurones sous nos cheveux!
    Cheers,

    S.J.

    • R. dit :

      Bien d’accord : clitoris is GOD ! 🙂

      • Sir John dit :

        But what about clitoris owners?

        • R. dit :

          Euuuuh… je crois que vous répondiez à Comme une image, là non ?
          (moi je ne pense pas qu’il y ait supériorité des uns sur les autres, par contre, I love my cliroris sooooooo muuuuuch, surtout quand il est stimulé de toutes parts…)

          • Sir John dit :

            Non non ma chère c’est vous que je provoque : Clito is GOD (‘s gift to woman). Mais êtes-vous à la hauteur de ce don? Mais c’est sans méchanceté hein?! Pas taper! Pas taper! (Sinon je cogne… ) 🙂

            • R. dit :

              Moi je suis à la hauteur de 170 cm, ce que je trouve déjà beaucoup trop haut. A part ça, je crois que mon clitoris me trouve plutôt sympa, rapport qu’on se connaît bien, que je flatte son flanc régulièrement, et que je n’ai de cesse de louer ses qualités… 🙂

              • Sir John dit :

                On est bien d’accord, c’est pour cela que ma vraie question serait plutôt : êtes-vous à la hauteur…d’en faire profiter votre/vos partenaire(s)? Pour aller un peu plus loin, sans volonté de déclencher l’ire de certain(e)s, les femmes sont-elles prêtes à assumer qu’elles sont bien plus sexuelles (physiologiquement parlant c’est prouvé) que les hommes? Sommes-nous prêts, nous les hommes, à vous « tenir la main », pour vous faire avancer sur ce chemin?…

                • R. dit :

                  Jamais eu de plainte de mes amants/amours/partenaires, il faut croire que je suis à la hauteur et pourtant j’ai tapé dans presque toutes les tailles. 😀
                  Pas avare de conseils (quand c’était préférable), j’ai même souvent entendu des phrases du type : « merci R., depuis toi je suis un super coup, j’ai tout compris comment ça marche, et mes conquêtes t’en savent gré ».
                  Après, j’ai connu des hommes bien plus sexuels que certaines femmes, et vice et versa, du coup je ne suis pas sûre qu’on puisse catégoriser ainsi. Disons que ça risque d’alimenter quelques clichés déjà tenaces.
                  (à part ça, paix et amour in here…)

    • Sir John, je vous chope encore en flagrant délit de flagornerie ! Qu’est-ce que ça veut dire « supérieure » ?
      On pourrait dire aussi que l’homme est supérieur à la femme au lit parce que lui, avec sa zone érogène étriqué (sic), il est capable de jouir quasiment à tous les coups ?

      (Et vous, au passage, bien sûr, vous êtes assez patient/informé/imprégné, hein ? Ou bien, à nouveau, vous voulez présenter vos excuses au nom de l’ensemble de la gent masculine pour notre si grande maladresse à donner du plaisir au sexe supérieur ?)

      • Sir John dit :

        Flagornerie? Je crains que vous ne soyez très mal renseigné cher Cui. Et au passage, que vous n’ayez lu/capté que la moitié du message.

        • Flagornerie : Caractère d’une pers. qui flatte bassement, avec insistance et de façon généralement intéressée.
          Si, si, vous voyez que je suis très bien renseigné (sur les mots, parce que, sur vous, je ne connais qu’au travers des messages que vous laissez sur les blogs pour lesquels nous partageons l’intérêt), c’est exactement l’impression que m’a faite votre message (que j’ai bien tout lu et compris en entier, si, si !).
          Si ça peut vous rassurer, au passage : je ne doute pas de votre amour du sexe féminin, c’est juste la façon dont il s’exprime parfois (et notamment dans votre commentaire qui m’a fait réagir) que je désapprouve.

          • Sir John dit :

            Je désapprouve votre façon d’occuper cet espace, qui n’est ni le votre ni le mien, et de m’amener à le faire. Si vous avez d’autres définitions du Larousse à écrire, ou des aigreurs d’estomac à faire passer, soyez gentil de m’adresser en MP, votre importante opinion sur ma façon de faire ou d’être. Je saurai la traiter de façon idoine. Excuses à R.

  6. Claire dit :

    Il est… majestueux vu comme ça en fait…
    Étonnant. il a l’air si .. petit… caché. Il cache bien son jeu en tout cas. 🙂
    Merci pour cette minute de lecture « culturelle »!

    • R. dit :

      Oh ben de rien, tout le plaisir est pour moi… Et je suis d’accord, on dirait une sorte d’oiseau royal. 🙂

      • usclade dit :

        Oui au début je me suis dit : mais qu’a-t-il mis dans ses poches, le grand condor? Et pourquoi il est tout rose? Puis après j’ai compris, à la lumière de ton texte, que ce n’était pas son cousin le grand dindon, mais une bien illustration anatomique tout à fait sérieuse, ouf ! 🙂

      • Gawel dit :

        un « oula-oula », alors…

  7. Zoulmi dit :

    Bon, j’ai pas lu tous les commentaires, mais je considère que le point G existe, même s’il est un morceau de clitoris. Déjà, le clito comme tu le montre est composé de plusieurs morceaux, et tous ne font pas la même chose (comme le cerveau, pas besoin de t’expliquer les rôles du cortex préfrontal et de l’hypothalamus, n’est-ce pas?), donc bon, « vrai » point G pas clitoridien ou « faux » point G qui ne serait que le clito, ça revient un peu au même.

    Et à ceux qui argumentent en faveur du faux, comment vous expliquez la différence de texture de la paroi vaginale ?
    Et les femmes fontaines, tant qu’on y est ? (Stimulation du point G à fond, en général c’est ce qui déclenche l’éjaculation. En tout cas dans le tutoriel vidéo (il est dans les tubes) et chez mes partenaires.)

    Reste que la stimulation de 3 ou 4 zones érogènes en même temps reste ce que je connais de plus efficace, même si particulièrement complexe parce que la fille se débat en hurlant « c’est trop c’est trop ». (J’ajoute l’anus, les seins/tétons et autres selon les cas (cou, dessous de bras, hanches, pieds, orteils, cheveux, nombril, genoux (ouais, j’ai eu des ex originales…))).

    PS : et que Freud aille niquer sa mère. Au sens littéral.

    • R. dit :

      Easy tiger ! 😀
      Moi je dis juste que ce qu’on appelle le point G, c’est rien qu’un endroit dans le vagin qui est particulièrement connecté à l’ami clitoris. Que le clitoris, justement non cantonné au petit bouton visible mais bien plus vaste, le clitoris dans toute son ampleur et sa splendeur, est bien l’organe du plaisir chez la femme (ce qui n’empêche pas d’avoir moultes zones érogènes). Et que celles qui ont un panneau de signalisation à l’endroit M (la fameuse zone rugueuse) ne doivent pas bouder leur chance.
      Mais je persiste et signe : je ne crois plus en la distinction orgasme vaginal = orgasme de femme mûre qui s’assume VS orgasme clitoridien = orgasme de petite fille qui se tripote et qui a peur d’être pénétrée.
      Et de toutes les façons, il me semble que le principal organe concerné, c’est le cerveau.
      Amen, paix et amour…

  8. Ping : Alpinisme solitaire | Du sang, du sexe et du lait maternel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s