Séductrice VS Sexuelle

Je ne suis pas une séductrice.
Je suis même loin d’être une femme fatale.

Petite, j’étais souvent dans la bande de l’élite : des fillettes plutôt jolies, avec des airs de petites princesses, bien chipies dans l’âme. Mais j’étais la rigolote, celle pas trop habillée à la dernière mode (Tati sur le cul, Run up aux pieds), prête à s’aplatir dès qu’on la menaçait de lui faire la gueule.
Gueule qu’on me faisait souvent, d’ailleurs. Parce que d’une part, ça marchait déjà du feu de dieu avec moi, mais surtout parce que… les petits et grands garçons m’appréciaient.
Pourtant je n’étais vraiment pas la plus belle. Mais j’étais drôle, facile à vivre, et surtout, je crois, déjà sexuelle.
Puissamment attirée par la chose depuis longtemps – cause ou conséquence du second abus vécu entre mes 7 et 12 ans, la question demeure… -, j’avais une certaine ouverture d’esprit mal tourné. Je désirais, j’excitais, je dégoulinais, mais je n’usais pas de mes charmes. Je ne savais pas faire. Pas stratège pour un sou… Ils débordaient de moi, je crois, un peu à mon insu.
Enfin presque, je voyais bien que mes copains étaient troublés par ce que j’étais : moi, j’avais déjà sucé. Ils ne le savaient pas, bien sûr, mais je crois que ca se sentait. J’étais loin des barbies et des petits poneys – même si j’y ai joué – plutôt la première à choisir action quand on jouait à action ou vérité.

Aujourd’hui, je crois que c’est un peu pareil. Je milite pour la dragouille qui fait pétiller la journée, mais je ne séduis pas. Je ne suis pas très belle, même si je ne suis pas moche, je suis même un peu gaulée, même si je n’ai pas assez de nénés à mon goût, mais je suis surtout beaucoup trop spontanée pour être une femme fatale.

Ce qui ne m’empêche pas – souvent parfois – de transpirer le sexe par tous les pores… davantage encore quand je suis en période hormonale propice à mon animalité.
En fait, je suis le bon pote qu’on baiserait bien si yavait moyen (et ya souvent eu moyen, quand j’étais une femme libre and not a number).

Alors séductrice ou sexuelle, la vie ou mon inconscient-enfin-un-truc-qui-me-dépasse a choisi pour moi.

Et finalement, je crois que je préfère ça.

Mais j’adorerais, quand même, être capable de déambuler en talon aiguille, corsetée, impeccablement maquillée, cheveux tirés en arrière, fume-cigarette au bout des lèvres, et mystère à tous les étages…

Cet article, publié dans Du sexe, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

34 commentaires pour Séductrice VS Sexuelle

  1. usclade dit :

    Moi aussi je préfère (les filles comme ça)
    J’ai rien contre les divas, mais je considère que la vie est trop courte pour nous faire tourner en bourrique, nous éparpiller sur des fausses pistes, nous perdre en chemin. Je suis nature et content de l’être !
    Aussi je trace ma route, sans jamais dissocier action et vérité (dès fois que je croise en route une femme sexuelle mystérieuse déguisée en séductrice avec un fume-cigarette au bout des lèvres 🙂

  2. Arnaud dit :

    « Qu’importe le flacon, tant qu’on a l’ivresse. »

    Une personne qui a du charme, ou qui émet une certaine sensualité, est bien plus attirante qu’une femme « bêtement belle. » Je sais que parfois dans la rue, ou avec certaines collègues, je ressens une certaine attirance alors qu’elles n’ont rien de particulièrement « joli. »

    Mais je pense aussi que tout le monde n’est pas sensible à ça, qu’il faut être un peu à l’écoute ou à la recherche des signes (que je serais bien en peine de détailler, ça m’a tout l’air inconscient cette chose).

  3. Gawel dit :

    Moi j’étais hors bande. Avec mes deux copines on recueillait les exclues-pour-un-temps de la bande de l’élite. 🙂 Le groupe faisait corps et rejettait celle qui n’était « plus sa copine ». Il reprenait aussi, après, et nous voyions nos oisillons repartir vers le reste de la couvée, une fois leur aile réparée… (sanglot) 😉
    Ca fait un peu mal de les voir partir sans un merci mais pour rien au monde je ne voulais faire partie du groupe. Un peu comme le Renard et les raisins trop lointains qui deviennent « verts et bons pour les goujats » : ce n’est pas vous qui me rejetez mais moi qui ne veut pas de vous. J’avais mes copines et c’était mon monde à moi. Ca faisait bien un peu mal d’être toujours la dernière choisie quand on constituait des équipes, mais bon… on y survit !
    Plus tard je me suis surprise à avoir envie de « faire partie de », un peu comme une revanche, mais j’ai gardé en même temps ce besoin de revendiquer mon caractère unique, pas d’être fondue dans la masse. J’ai créé mes bandes de potes à moi. Pas nombreux, pas « in », plutôt des intellos comme moi mais au moins je reste moi-même.

    Par contre j’ai développé mon côté sexuel en grande partie comme une revanche, pour crier que je ne suis pas qu’une intello mal fagotée ou une soit-disant « bourge » (mon cul, ouais) et briser l’image d’intouchable qui m’a suivie trop longtemps. Je ne suis pas non plus devenue une séductrice (même si aujourd’hui j’adore y jouer en privé) mais très sexuelle. « En paroles, en pensée, par action et par omission ». Et pas pour ceux qui m’avaient ostracisée, pour mes amis à moi.

    En revanche je ne contrôle pas toujours mes surréactions à toute attitude de rejet. Etre exclu par des gens que l’on n’aime pas, passe encore, mais par des gens qu’on apprécie, je ne m’y fais toujours pas, ça me mine.

    • R. dit :

      En fait je ne cherchais pas forcément à être dans cette bande de l’élite, elles me choisissaient ! Et puis j’avais même des copines à côté, moins éclatantes, avec lesquelles je me fendais la poire (je me souviens d’une Norhoda que j’aimais d’amour…), mais j’étais absorbée par la bande malgré moi. Quand deux filles de la bande (des bandes, je devrais dire, car ça m’est arrivé plusieurs fois, avec différents protagonistes) se fâchaient, je faisais des pieds et des mains pour les rabibocher, et immanquablement, elles finissaient par se liguer contre moi. Et ça me détruisait, alors même que je savais que c’était que des morues, bordel ! 😀
      Et je n’arrive toujours pas à ne pas surréagir douloureusement au rejet, même par des gens que je n’apprécie plus… :/

  4. Gawel dit :

    Ah oui (bon sang, je m’étale, je suis navrée) et moi je dois mon côté sexuel non pas à des abus (thank gode) mais à la découverte précoce mais toute personnelle des joies du sexe, à la parole très libre de mon père, aux nombreux bouquins que je dévorais, etc.
    J’ai pas ma langue dans ma poche et je ne crache pas sur les actions non plus, même si maintenant je n’ai plus le droit de jouer… Ah, les joies de la provoc et des surenchères ! 😀

    • R. dit :

      Moi je m’interroge, est-ce dû à ces abus ? Je ne sais toujours pas.
      Mais si c’est le cas, je m’en sors plutôt bien : je préfère être hyper sexuelle que traumatisée à vie des rapports charnels… 🙂

  5. Sir John dit :

    Toujours cash R. Vraiment plaisant de vous lire entre deux meetings.
    Et en grandissant encore, on mélange les deux et on devient une bombe atomique (à la maison et/ou dehors, chacune sa vie). 40’s are better than 30’s ;). Sel de la Vie.
    Cheers,
    S.J.

    • R. dit :

      Ttttt… je suis DÉJÀ une bombe atomique ! Mais juste pour ceux qui n’ont pas besoin de toute la panoplie de la vamp pour bander… 😉

      • Sir John dit :

        Ce n’est pas un besoin, mais une quintessence.
        On peut manger avec ses doigts, sans assiette voire par terre. On se nourrit surement aussi bien mais pas sur que l’on déguste autant. C’est juste la différence entre un diner au champagne et la boite de ravioli froide en direct 😉

        • Sir John dit :

          Evidemment je ne doute pas que vous soyez déjà une bombe atomique, pas goujat. C’est juste quelques mégatonnes en plus (et 40’s is not 80’s).
          Cheers,
          S.J.

        • R. dit :

          Si vous me comparez à une boîte de raviolis froids à manger à même la conserve, je vais me vexer, Sir John ! 😀
          Et puis entre ça et le dîner au champagne, il y a quand même une palette de délicieux mets à déguster, avec l’argenterie ou avec les doigts, exotiques ou du terroir, raffinés ou goûtus…
          En plus, j’aime pas le champagne.
          Et que dites-vous du dîner avec des noms de plat à rallonge gravés sur une carte dorée à l’or fin, mais au finish dégueulasse et accompagné de champagne éventé ?
          Bref, je crois qu’à l’étiquette, je préfère l’authenticité.
          Ça doit venir de la famille de ma mère très prout-prout-ma-chère, et des remarques de mes cousines sur mon non-brushing, mes tongs, mon franc-parler, voire sur les noirs et les arabes. Non parce qu’on est charitable, chez les prout-prout, hein… mais très condescendants ! 😀

          • Sir John dit :

            Chère R., en pensant à vous comme à un plat, tel que vous m’y incitez, c’est plutôt un « hot » chili con carne, des familles qui me vient à l’esprit. Du genre limite qui vous arrache la g… mais qui est si irrésistible qu’on en reprend sans hésiter!
            J’ai bien connu prout-prout-ma chère : un excellent moyen de gâcher sa vie, et celle des autres par la même occasion. Et le champagne, c’est comme tout le reste, il faut savoir le choisir et bien le traiter….et chacun ses gouts.
            Je ne vous parle pas d’étiquette, juste de sublimation. Qui n’a d’ailleurs ni rien d’obligatoire (surtout pas), ni de systématique évidemment. Je ne parle pas non plus de « femme fatale » (pas besoin de bas pour cela). Mais juste au moins une fois, d’en ressentir l’envie, de le faire, de vous sentir divinement bien ainsi…et d’être sublimement aimée ainsi (même si, on est d’accord, il n’y en pas besoin pour l’être).

            Cheers.

        • Arnaud dit :

          Je ne sais pas ce que vous entendez par « panoplie de la vamp », mais moi j’associe ça à « vulgaire » et pas à « sensuel. » Du coup j’aurais plutôt comparé la panoplie de la vamp à du McDo.

          • R. dit :

            C’est vrai… 😀 Non mais disons que certains hommes et certaines femmes ont des critères très rigides pour désirer, et ça m’a toujours étonnée.
            Après, je ne veux pas rentrer dans le débat cékoikélemieu, parce que je suis convaincue qu’on peut-être comme sur la photo qui illustre mon billet et ABSOLUMENT authentique (j’aimerais bien, d’ailleurs…). Je pense aussi qu’on peut être très naturelle et spontanée, et être un piètre coup.
            🙂
            Tout ça pour dire que je ne juge pas les femmes fatales, même je les admire, mais moi je ne sais pas faire, et ça ne m’empêche pas d’être de la bombe baby… 😉

  6. zoumpapa dit :

    Je suis de la bombe, je suis de la bombe, c’est vite dit tout ça…moi je réclame une photo!

    (avé un autographe siouplé, c’est pour ma collection)

  7. Sir John dit :

    R. s’assumer sexuelle est sans doute la séduction ultime (Révélée).

  8. Fabien dit :

    Pour moi une femme « vraiment » excitante, qui me rend fou donc 😀 est une femme qui a plutôt un beau corps, sans « excès de chair », qui fait un peu attention quoi, loin d’être parfaite, mais pas hors compétition non plus 😉 et surtout qui jouit vraiment, qui jouit sincèrement, qui « tend les fesses de plaisir » 😛 … Et que ce soit déguisée en soubrette, en vamp, avec des talons aiguilles, corsetée, impeccablement maquillée ou simplement à poil en mode nature totale (comme souvent avec moi..)

    Mais.. j’ai l’impression que je n’arrive à bien la faire jouir que quand je deviens fou ! 😕 … donc quand elle jouit déjà !.. au moins un peu.. l’oeuf ou la poule, ça se mort la queue… Bref on pourrait résumer ça a « démarrer la machine », allumer le feu 🙂 …

    Mais pour que ça marche il faut que la jouissance soit sincère, .. et oui, nous sommes très sensible nous les hommes 😛 .. ou alors.. il faut du grand art ! « surjouer le rôle » mais avec talent, et pourquoi pas avec génie !, comme on en parlait l’autre jour avec cui, un acte qui ne doit donc en aucun cas être déprécié, même s’il est temporairement « artificiel » 🙂

    Et ça, ce génie là, c’est clair que c’est pas donné à toute les nanas 🙂

  9. Chez les femmes-fatales-en-talon-aiguilles, un immense et terrifiant mystère qui m’intrigue au plus au point, c’est l’étrange maîtrise du vernis à ongles. (Et le vernis à ongles, y’a pas à dire, ça donne toute ça classe à une utilisation de fume-cigare ou à un dégrafage de corset..)
    Comment se fait-il qu’une femme fatale qui met du vernis à ongles, ça donne de beaux ongles sexy, alors quand j’en mets, ça fait des pâtés et c’est rongé en cinq minutes ?

  10. J’ai l’impression que tu dresses plutôt le portrait « Sexuelle vs. allumeuse », c’est à dire celle qui séduirait à sa façon (cash, pour toi) avec au bout du sexe (tout aussi cash) vs celle qui enfilerait la tenue du désir et ne serait pas (forcément) capable d’assumer derrière.
    J’ai connu des femmes qui pouvaient enfiler la tenue de vamp (bas, talons, etc.) et qui sentaient terriblement le sexe, ça n’est en rien incompatible.
    Après, en tant qu’homme, je dois avouer que je ne suis pas toujours insensible aux apparences.

    • R. dit :

      Ttttt, comme tu y vas… Alors non, ça n’est pas mon propos, d’ailleurs j’ai un peu affiné la chose dans les réponses aux commentaires. Et je dis justement (en réponse à Arnaud qui rebondissait sur ce que disait Sir John) que je n’ai rien contre les séductrices, juste que moi je ne sais pas trop faire. D’ailleurs, je réprouve totalement le terme « allumeuse ».
      En plus, je précise en fin de billet que la vérité c’est que j’ADORERAIS enfiler la tenue parfaite et me sentir moi. Mais ça n’est pas le cas.
      Par contre, en déduire que je ne me soucie absolument pas de mon apparence serait un raccourci trop rapide. J’ai beau être une tongiste assez naturelle, je n’en suis pas moins fort coquette et plutôt apprêtée, dans mon style, mais quand même. Pas du genre à tout laisser en friche. Mais pas très accessoiriste pour autant.
      🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s