Alors…

Bon.

Je t’ai promis que je t’expliquerai, mais en fait, plus j’y pense, plus je me rends compte que c’est tristement banal. Et banalement triste. Le genre de tristesse qui t’assaille méchamment mais qu’apparemment une personne sur deux au moins éprouve durant son existence.

Le père de mes petits et moi, nous nous sommes séparés.

Banal, donc. Mais hard.

Et encore, j’ai l’immense chance de vivre une rupture plutôt douce et bienveillante – moi qui suis nullissime en séparation (mais très attachée à ce que ça se passe le mieux possible, du coup, plutôt très conciliante). Malgré quelques étapes et discussions bien douloureuses, la communication demeure – autant que possible, l’homme est un ours muet. Nous éprouvons nos premiers jours de garde alternée, et pour le moment, ça roule.

Oh je me doute qu’il y aura des crispations, même si j’adorerais qu’il n’y en ait aucune, et que mes enfants, qui semblent plutôt bien prendre la chose pour le moment, accuseront le coup à un moment ou un autre.

Mais après plusieurs jours de brouillard et de larmes, j’en ai eu marre de pleurer devant eux. Pas crédible quand tu dis que tout va bien ne t’inquiète pas mon chéri.

Alors je me suis ressaisie, bien aidée par ma chimie intérieure, et ça va plutôt mieux.

Même si je reste flouflou. Même si je sais que moi aussi j’accuserai le coup de temps en temps. C’est tellement pas-ce-que-je-voulais. Mais quand le cafard me ronge, quand la tristesse m’envahit, je me raisonne en me rappelant que ça semblait inévitable. Malgré l’amour. Qui ne pallie pas forcément certaines incompatibilités.

Je fantasme régulièrement sur ces fossés qui pourraient s’estomper, ces incompatibilités se compatibiliser. Je l’espère fort. Mais…

Alors voilà. Nouvelle vie. Je vais devoir m’adapter à mon nouveau rythme, juguler le bourdon, mais je commence déjà à entrevoir la coolerie des quelques moments libres dont je vais jouir.

Haut les cœurs.

Cet article, publié dans Du sang, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

51 commentaires pour Alors…

  1. Gawel dit :

    Tu m’étonnes.
    Des soirées libres, putain, ça faisait combien de siècles que c’était exceptionnel ???
    😀

    En ce moment je me planifie des soirées de décadence entre filles. Ca va pas aller loin, juste de l’alcool (oui, nous on boit), de la musique et des discussions (très) graveleuses jusque très tard, mais ça fait tellement longtemps (un an et demi, enterrement de vie de jeune fille où je ne savais pas encore que j’étais enceinte. Dernière beuverie digne de ce nom) !
    Toi tu vas pouvoir t’envoyer tranquillement en l’air, à défaut d’alcool… Et ça c’est sympa aussi (oui j’ai décidé de ne voir que le bon côté des choses, tu vois suffisamment le mauvais toute seule 😉 )

    des GROOOOOOOOOOOOOOOOOOS bisous.

  2. dit :

    vivement le 28!

  3. zoumpapa dit :

    « ….je commence déjà à entrevoir la coolerie des quelques moments libres…. »
    Si tu savais: on en rêve tous, nous les (encore) en couple (mariés ou non).

    Allez, fais tout pêter ! 🙂

    (…et les jours de blues, une bonne frite-mayo: rien de tel)

    • R. dit :

      Ha ha, je sais bien. Parfois, avec mon mistalovalova, on déconnait en se disant qu’on allait se séparer JUSTE pour bénéficier du temps libre découlant des gardes alternées.
      Bon, faut croire que la réalité a dépassé la déconnade.
      Et au risque de te faire décéder… j’aime pas trop la mayo, je préfère la sauce barbec ou le bon vieux ketchup. Tu m’aimes toujours ? 🙂

      • zoumpapa dit :

        …encore plus! Je ne les mange presque jamais avec de la mayo : ketchup itou ou brazil (jte jure, rien à voir avec Assis), elle tue la brazil.

  4. jo dit :

    A la prochaine garde alternée viens faire un pti Tours par chez moi…(message à caractère subliminal)
    tu peux venir avec les petits aussi bien sûr. Bibi

    • R. dit :

      C’est noté, c’est cool… 🙂

      • M'é dit :

        J’allais dire tu fais un petit Auvergne par chez moi, mais ça marche pas… si non tu fais un petit Paris parc chez moi, mais avant le 5 juillet ^^ ou parès le rentrée…
        Bref MP me si tu veux ^^

        • R. dit :

          Hé hé, merci, mais c’est quoi ces gens qui ont deux mois de vacaaaaaances, lààààààà ! 😉
          (oui, je suis jalouse…)

          • M'é dit :

            c’est des DHW ^^
            et « vacances » c’est un bien grand mot pour qualifier c etemsp où on part seule avec les deux monstres de la chair de sa chaire au fin fond du trou du cul de la France…
            (aïe, me suis mis à dos tout tes lecteurs auvergnats là !)
            (ha tu crois qu’il ont internet là bas ?)
            (ok… je —> [])

  5. nanou dit :

    Pour tout te dire, je l’avais un peu vue venir cette séparation dans tes mots et tes non-dits. (oui, oui, je lis dans le marc de dentifrice, très efficace 😉 ). Je n’ en démords pas: il y’ a sûrement de beaux maçons bronzés qui ne demandent qu’à te consoler… Courage. Bises à toi. (et si la maman va bien, les petits iront bien; et vice et versa!)

  6. Zoulmi dit :

    Bon courage.

    • R. dit :

      Merci Zoulmi. Je sais que tu ne vas pas me croire, mais ce matin même je me disais que je t’avais probablement perdu avec mes pérégrinations brésiliennes. Alors c’est cool ton petit commentaire. Parce que figure toi que je suis attachée à vous autres, même ceux que je ne connais pas. 🙂

      • Zoulmi dit :

        J’ai eu une mauvaise expérience avec une brésilienne, je préfère même pas savoir ce qui t’es arrivé… Je zappe les articles dès mon agrégateur RSS.
        Sinon, je suis toujours là, et je compte bien rester. En plus, maintenant tu va avoir des anecdotes croustillantes et fraiches à nous raconter !

  7. mo dit :

    Courage R,

    C’est difficile mais on grandit et on se redecouvre. La première fois oú j’ai fait mes courses en ne pensant qu’à moi a été une libération!
    Une pensée affectueuse.

    Mo.

  8. Tomas dit :

    alors je te fais un gros bisou si tu les aimes. Je suis passé par là (deux fois putain), la nouvelle vie est souvent encore plus belle. Et ce n’est pas qu’une question de chance. Même si elle sourit plus aux gens qui bougent. Forcément.

  9. M'é dit :

    Je suis navrée de lire ça… J’aime pas les histoires d’amour qui se termiinent…
    Pense à toi, et aux petits, et surtout essaye de garder la comma vec leur papa, y’a rien de plus moche que des parents qui ne se parlent plus…
    Après le temps fera son oeuvre, et c’est assez cool de se retrouver « célib-sans-enfant » une semaine sur deux !…
    Des bises et surtout écris pour te soulager, ça fait du bien 🙂
    ( à tout le monde ^^)

    • R. dit :

      Merci M’éééé. Et j’ai tout à fait compris ton dernier paragraphe du billet No life. Le début un peu moins, mais c’est parce que je ne pratique pas. 😉

  10. Marie dit :

    Je t’envoie plein de pensées, d’énergie, d’affection…
    Je t’embrasse.

  11. Patrick l'Étoile dit :

    J’ai à moitié l’impression de stalker sur ce coup là.
    Rebondis

  12. zut dit :

    Après un incendie les fleurs repousent encore plus belles.

    L’amour aussi.

  13. dita dit :

    Si tu t’ epanouis, ils seront heureux tes petits et puis merde chacun a le droit de craquer devant l’ autre . Autant eux que toi . Tu ne vas arriver au repas avec un air faussement enjoué à la purée mousseline 🙂 parce que ça , ça fout la trouille :p
    Ahhhhh du temps libre !!!! Un vieux rêve 🙂
    Des gros bisous ( Je suis spécialiste des bisous ^^)

  14. Marc T. dit :

    Courage, bonheur et grosse teuf alors !

  15. J. dit :

    Bon courage. Même si « c’est tristement banal », quand ça arrive on ne voit pas trop la banalité de la chose.

  16. Aaskell dit :

    mince de mince de zut 😦

    Je te lis de long en long depuis quelques temps (merci CUI !) et j’attendais le bon moment pour poster un commentaire …

    pour avoir traversé, il y a quelques mois, ce que tu traverses aujourd’hui et me retrouver dans une situation quelque peu similaire (presque mi-trentenaire, 2 petits loustiques mâles, un peu de temps libre [hey hey hey :-D]), je ne peux te souhaiter que du bonheur pour la suite !

    Comme le dit Tomas, la nouvelle vie est souvent plus belle. Et putain, c’est pas faux 🙂

    Tout plein de bisous, des pensées positives et tout et tout

    • R. dit :

      Tu ne peux pas t’en tirer comme ça, Aaskell : il va falloir que tu me racontes à quel point la vie est plus belle ! 🙂
      Par mail si tu préfères… ou pas du tout, d’ailleurs, si tu ne veux pas. Je comprendrais.

  17. usclade dit :

    Bon tu as un canapé, cool ! Mais as-tu enfin aussi une boite aux lettres? 🙂
    bisous !!!

    • R. dit :

      J’ai bien évidemment une boîte aux lettres, mais je crois que j’en userai quand j’aurai un peu plus pris mes marques… 🙂

  18. Fabien dit :

    arf je comprend je suis dans le même cas en ce moment 😐 snif.. pourtant on s’aime c’est idiot.. c’est d’autant plus dur 😦 … par vagues.. en dents de scies… 😥

  19. Quadramatique dit :

    Si vous devez pleurer devant vos enfants… Pleurez! Pas la peine de tenter de leur cacher vos émotions, ils ressentent et comprennent tout. Je vous souhaite bon courage pour les prochains mois… Le temps qui passe adoucit la peine.. Et l’été arrive, vous allez avoir du temps pour prendre soin de vous et pour savourer cette liberté retrouvée 🙂

    • R. dit :

      Merci, et bienvenue !
      Et cet été, j’aimerais bien qu’il arrive, effectivement, parce que là, on se sent un peu comme en novembre par ici. 🙂

  20. zoumpapa dit :

    « Et encore, j’ai l’immense chance de vivre une rupture plutôt douce et bienveillante »

    Si cela continue de la sorte, et bien entendu je te le souhaite, c’est vraiment (mais vraiment) une immense chance (bien que la chance n’ait rien à voir là dedans), pour tes deux ptits boulons (surtout), et vous deux bien sûr. Ca paie dans l’immédiat, mais surtout à moyen et long terme.
    (Quand tu vois les horreurs que donnent certaines séparations…)

    Ladsus jt’envoie une portion de bises au ketchup (pour changer)

    • R. dit :

      C’est clair ! J’ai assisté à des ruptures horriblissimes… Alors qu’il y avait des enfants.
      Et je suis bien d’accord, la chance n’a rien à voir là-dedans. C’est plutôt la force de notre envie de tout faire pour que ça se passe bien, et surtout de ne pas tomber dans la mesquinerie et la rancoeur.
      Mais en fait, on a quand même « la chance » d’être raccord sur ce coup-là. Parce qu’il suffit d’une personne de mauvaise volonté pour tut flanquer par terre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s