Risque zéro

Les principes, c’est génial. D’ailleurs, j’en ai plein.
Si si, je te jure, je suis du genre éthique et compagnie, limite « tend l’autre joue ». Et je m’astreins comme je peux à ma ligne de conduite.

Entendons-nous bien, je suis loin d’être irréprochable – même si c’est une de mes ambitions vaines, un vague rapport avec ma propension à la culpabilité.
Pas la dernière à faire – parfois – ma langue de pute, par exemple. Pas la première non plus, mais pas la dernière.

J’essaye malgré tout d’être bienveillante, et de ne pas trop juger.

Notamment sur trois sujets.

L’amour. Le désir. L’envie d’enfant.

Trois thèmes totalement irrationnels.
Qui peuvent rendre aveugle et fou.

Alors je suis toujours un peu sceptique quand on m’annonce être convaincu que jamais Ô grand jamais on ne trompera sa moitié. Ou qu’il est absolument impossible qu’on approche un homme marié. Ou encore que jamais on n’envisagera de faire un môme à l’arrache, même si on a 45 balais et aucune perspective amoureuse à l’horizon…

Je ne dis pas que ça n’existe pas, des gens qui ont su résister à tout ça. Si ça se trouve, leurs faiblesses sont ailleurs. Ou pas.
Je dis juste que c’est un peu présomptueux de dire fontaine…

J’ai connu des personnes dont j’étais la première à mettre ma main à couper sur leur fidélité. Je les pensais comme protégées de ce petit démon que j’avais eu, moi, à combattre.

Je les ai vues tomber dedans. Littéralement.

Et souffrir.

J’ai vu des femmes soudainement dévorées par un désir brûlant pour un homme déjà pris, parfois même par une amie. Y céder, comme envoûtées. Ressentir malgré tout un immense respect et un amour sincère pour l’amie en question.

Et souffrir.

C’est bon, me regarde pas comme ça… tu le savais, je te l’ai déjà raconté.

Le risque zéro n’existe pas.
Et ces situations sont plus complexes que le beurre et l’argent du beurre.

Alors bien sûr, l’idéal c’est de NE PAS avoir envie de coucher avec le mari de la voisine, de NE PAS avoir envie de taquiner le plombier.

Mais je crois que ceux qui ont une conviction inébranlable sur le sujet sont ceux qui n’ont juste jamais été confrontés à une situation si intense qu’elle fait sauter les verrous et perdre raison.

Je les jalouse. Vraiment.

Et il m’arrive aussi d’avoir envie qu’ils vivent la chose pour mieux comprendre. Être éclairés par la lanterne de l’expérience. Sans pour autant leur souhaiter de vivre ces situations Ô combien douloureuses…

Je me dis parfois que mon meilleur garde-fou, c’est d’avoir déjà vécu ça, ou au moins de l’avoir déjà touché du doigt. Ça me rend humble… et vigilante. Et j’espère que ça me protègera.

Bon, je ne sais pas si je suis bien claire, et en même temps, c’est juste ma théorie du jour.
Et toi-même tu sais que c’est mouvant, tout ça, chez moi… qu’après-demain il va me tomber une tuile sur la gueule, ou une bonne nouvelle – soyons optimiste -, et que ça va encore tout bouleverser dans ma tête.

Alors bon… à prendre avec des pincettes, tout ça.

Moi tout ce que je sais, c’est que je ne sais pas.

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour Risque zéro

  1. zut dit :

    Souvent on se rend compte que les personnes fidèles sont tout simplement trop stupides pour saisir les occasions.
    Mieux vaut des remords que des regrets…

  2. Sir John dit :

    Pour les tuiles, disons que vous en avez eu votre dose. Ca suffit un peu pour l’instant! (je sais, je sais, je suis un optimiste! Je n’y peux rien, c’est dans ma nature le verre à moitié plein).

  3. JudieK dit :

    Quelle ouverture d’esprit ! Je ne te connais pas mais tu sembles une belle personne.

  4. usclade dit :

    Tu en as de ces théories du jour, toi ! Après l’épisode de la caissière, n’es-tu pas en train de tomber amoureuse de la baby sitter de tes enfants et tu te demandes si tu n’es pas en train de les trahir? 🙂

    • R. dit :

      La baby-sitter de mes enfants, c’est ma sœur, alors je n’ai pas prévu de coucher avec elle tout de suite tout de suite… 🙂

  5. zoumpapa dit :

    Ta théorie du jour vs météo du jour : 1 – 0 ! (ici il pleut)

  6. Delphine IHLER dit :

    Moi, j’y croyais au risque zéro, pour moi…
    J’me suis trompée ;
    Delph

  7. cath dit :

    Quand j’étais jeune, bien que maxi tolérante à toutes les formes de bonheur, j’étais LA modératrice de mes cop’s. Ne faites pas ci, ne faites pas ça, c’est dangereux pour vous (alcool, drogue, relations non protégées, coup de foudre pour des tocards et j’en passe). Quelques années plus tard, la passion m’est tombée dessus telle la noix de coco qui vous fracasse la tête et vous retourne le cerveau. Depuis, je suis encore plus humble. Chacun fait ce qu’il peut pour vivre, survivre, rester en vie, c’est déjà pas mal.

  8. dit :

    Les principes c’est super, croire en l’absolitude des choses c’est dangereux, éviter les jugements d’autrui c’est sage.
    Mais le remords préférable au regret, j’y crois moins… garder un désir inassouvi peut laisser une part de rêve, un « et si? » prometteur qui vaut plus qu’un « et ben non » réel…
    Ca n’est pas vrai pour tout bien sûr, il faut quand-même avancer, mais parfois….

    • R. dit :

      Je suis assez d’accord, parfois un « et si » est mieux qu’un « oh merde ! ».
      Mais dans ce cas, c’est pas la morale qui t’arrête. C’est l’envie de garder le « et si » à l’état de « et si ». Et il se trouve que ça tombe bien, parce que ça va dans le même sens que la morale…
      Bon enfin, je ne sais pas si je suis bien claire, encore une fois… 🙂

  9. dit :

    Si si… et je suis d’accord.
    Je défendais simplement les gens stupides parce que fidèles.
    Et les regrets.
    (En plus ils ont un petit goût d’éternité)

  10. usclade dit :

    J’avais laissé un comm hier, et ça n’a pas marché, bien que Mr WordPress ait pas voulu que je réessaie en disant que c’était un doublon !! Pfffffff……….
    Bon je disais rien de très intelligent faut dire. Genre que ta théorie du jour était bizarre, et que c’était à se demander si tes cas de conscience ne venaient pas du fait qu’après la caissière de Carrefour, t’étais pas en train de tomber amoureuse de la baby sitter de tes enfants, et que du coup tu te faisais des noeuds au cerveau en te demandant si t’étais pas en train de les trahir… Bref n’importe quoi ! 🙂

    Mais bon l’essentiel est que tu viennes au plus vite chez les pétroleuses pour t’inscrire au plus vite au grand jeu qui change toutes les idées, car si tu t’inscris de ton propre chef tu auras un bonus que tu n’auras pas si c’est moi qui t’inscris à l’insu de ton plein gré !!! 🙂

    bisous

    • R. dit :

      Je ne suis pas sûre de m’inscrire, Usclade. Je suis une fille timide, tu sais… Par contre j’ai hâte de voir le résultat ! 😉

  11. usclade dit :

    hou la la, j’hallucine moi.
    finalement je viens de voir apparaitre mon comm d’hier avec ta réponse.. Je te jure ça y était pas quand j’ai écrit mon comm précédent ! Arghhh… je n’ai rien pris pourtant… Je crains la maladie neuro-dégénérative au niveau de mes yeux… C’est terrible !

  12. Gawel dit :

    Question principe j’ai fait le tour des miens ya pas longtemps, niveau relations sexuelles.
    En ce qui concerne l’acte lui-même, je ne pense pas avoir trop de tabous mais il faut dire que je n’ai jamais eu à me poser la question pour des choses qui font (vraiment) mal et/ou qui n’ont pas la place de rentrer. Le seul truc que je refuse en ce moment c’est l’éjac’ fac’. Non, même par amour tu peux aller te brosser, Martine.
    En ce qui concerne les gens j’avais des principes qui se sont adaptés : je ne détourne pas quelqu’un de fidèle. Un mec marié, par principe, je suis pas pour, mais vu qu’il y en a un qui m’a eue à l’usure et que ça dure depuis un siècle et que je suis moi-même mariée… mon principe est devenu « je ne pousse pas à l’adultère quelqu’un qui n’y trempe pas déjà bien comme il faut ». D’ailleurs ça vaut pour toute personne sérieusement en couple, pourquoi seulement ceux qui sont passés par l’étape « monsieur/ madame le maire » ? Chacun fait biiiiien ce qu’il veut de son cul mais il le décide tout seul, j’y serais pour rien. Si j’y arrive.
    Et comme en plus j’ai décidé de ne pas coucher avec d’autres que mes deux amoureux actuels, ben quelque part je deviens fidèle. Ce qui m’aide à tenir le principe précédent.
    Et puis j’ai un principe con et politique (quoi, c’est synonyme ?), mais c’est tout bêtement une question d’affinités. J’ai encore jamais rencontré quelqu’un dont le seul physique aurait fait que je serais passée sur le fait que c’est un gros connard ou un extrémiste pas du même bord que moi. L’autre bord, j’ai donné, merci, ça ira.
    Mais qui sait, si un type beau comme un dieu, attentionné et assez doué pour que je ne me rende pas compte de son bord me veut à tout prix…

    Donc au final, les principes, ça sert surtout à les afficher pour repousser ceux dont tu ne veux pas. Ou t’aider un peu à tenir. M’enfin c’est comme les limites et l’interdit, parfois ça rend les choses encore plus désirables.

  13. M'é dit :

    Le fond de la question c’est peut être  » à quel moment est ce qu’on trompe l’autre  » pour certains coucher, d’autres sucer, d’autres encore un baiser, ou une pensée… À partir de quand est-ce qu’on est infidèle ? Tout dépend à qui, par rapport à quoi etc… Normal de changer d’avis, ou plutôt de s’adapter aux situation selon ce qu’elles sont. Après, chacun voit midi à sa porte… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s