Du sable dans la bouche (fin)

Previously on ze story

Je doute qu’il me rappelle, mais… il me rappelle. Et m’invite à dîner chez lui à la bonne franquette.

Je continue de penser que c’est par courtoisie, ou en hommage au bon vieux temps où on mangeait nos crottes de nez front contre front.
Fais pas genre, je sais que toi-même tu l’as fait.
Alors je me répète « ce soir, tu es un vieux pote qui va voir un vieux pote, et ça sera très sympa comme ça… ». J’ajoute « on a dit VIEUX POTE. Ce qui implique de ne pas faire un seul geste. »
Et je conclus « mais rien n’empêche un vieux pote d’être jolie ».

J’enfile la robe et les escarpins qui vont bien, ni trop ni pas assez, naturelle, gracieuse et résignée.

Et de fait, la soirée est très sympa. Ça papote, ça rebondit, ça s’enchaîne, pas de malaise. On fume beaucoup, on se marre, et vraiment je me dis que c’est un moment de vieux potes, qui se connaissent depuis si longtemps mais qui ne se connaissent pas vraiment, finalement.

Minuit… Je balance la phrase qui me permettra de quitter l’ami l’air de rien. Ou pas. Qui tâte le terrain.
– « Il est temps de te laisser dormir, tu me disais que tu étais fatigué…
– Oh non non, ça va, je ne suis plus fatigué. »

Ah…?

Bon…

Alors on rediscute, et c’est reparti. Blabla bli blabla blo…

Je regarde ma montre. Deux heures. Plus de métro.

Je rigole, et lui signale que je vais être obligée de dormir chez lui, sur son canapé enfin ça je ne l’ai pas dit très fort, si ça lui va.

Il sourit d’un air complice. « Moi ça me va très bien, et toi, ça te va ? »

C’est moi ou il y a un sous-entendu, là ?

Je me rappelle mon mantra. Au-cun-geste. La soirée est cool, si elle se termine en copain, c’est très bien. Et sinon… c’est très bien aussi.

Nous sommes chacun lové dans un canap’, face à face, position ne permettant aucun rapprochement physique, et fidèle à ma ligne, je reste en place.

Mais comme les filles vont faire pipi, contrairement aux mecs (sérieux, les gars, COMMENT VOUS FAITES ??), je me lève.
Et quand je reviens, le pote-de-primaire m’invite à m’asseoir près de lui. Sourire aux lèvres et bras grand ouverts.

So cool.

Alors je me cale contre lui, et on s’embrasse.

Bon, ok. JE l’embrasse.

Mais il m’embrasse en retour, et commence à m’étreindre. Ses mains courent sur mes cuisses, mon dos, mes fesses, mon sein… Je lui rends la pareille, heureuse de la tournure des événements, limite à me dire « tu vois, tu doutes de toi… »

Et alors que je suis encore vêtue et assise sur lui, il s’arrête.

Me dit qu’il est gêné.

Je rigole.

Ah non, c’est pas une blague.

Un ange passe.

Je rigole encore. Consciente du ridicule flagrant de la situation.

Me rassois.

L’ange est rejoint par son crew.

Le pote est contrit, semble désolé. Le dit, d’ailleurs.

Alors je me remets en pote, moi aussi. Pas de soucis, l’ami, je suis une grande fille, même pas mal. Détends-toi, cool, roule un spliff, on est poteau et c’est parfait.

Il me dit qu’il a envie de moi mais qu’il n’a pas l’habitude de coucher avec ses copines, qu’à chaque fois il ne les a plus vues après. Et aussi qu’il a la tête prise – so do I -, et je comprends « par une meuf ».

Life is life.

J’ai essayé d’appeler un taxi, à plusieurs reprises, sans succès. Mais c’était cool, on a ri, encore. Je suis super forte en ravalage d’orgueil. En façade au moins.

Du coup j’ai dormi dans son lit. Et lui sur le canap’.

Le lendemain on a petit-déjeuné et bien rigolé.

Et puis je me suis barrée.

Avec l’étrange impression d’avoir du sable dans la bouche.

Une pelle et un râteau en moins de 4 minutes : ça, c’est fait.
Pour une fois que j’avais su me tenir…

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Du sable dans la bouche (fin)

  1. Quadramatique dit :

    Bon, en même temps, c’est de votre faute, vous ne faîtes rien qu’à tomber sur des mecs bien 🙂

    Et aussi, on dirait que vous n’êtes pas le genre de femme qu’on utilise comme sextoy avant de la jeter… Donc, je ne me formaliserais pas de tels « râteaux » 🙂

    • R. dit :

      J’aime bien, vous me faites voir le verre à moitié plein… Et je rêve d’un Monde ou personne n’utiliserait personne comme quoi que ce soit avant de le jeter (call me Candide). 🙂

  2. zoumpapa dit :

    Excellente cette rencontre, j’aime décidément bien ton sens de l’autodérision (tu serais pas un peu belch?).
    C’est digéré ? Non, parce qu’en façade c’est bien, mais en interne, c’est moins facile (un jour ou deux quoi…parce que tout de même, c’est pas un vrai rateau…)

    • R. dit :

      Autoderision saves my honnor… 😀
      C’est (à peu près) digéré. Entre temps, l’homme a évoqué le timing, comme quoi ça serait juste ça qui pêche. Je le sens plutôt sincère. Reste plus qu’à espérer que ladite meuf soit une morue, ou que mes envies retombent ou se déportent ailleurs… 😉

  3. FairFred dit :

    Hello,

    Euh … pour ma part … je n’ai clairement pas ton niveau olympique de « ravalage d’orgueil » … Surtout que ce n’est pas qu’une question d’orgueil mais aussi de coïtus interruptus.

    Je pense que je serai serait sorti pour prendre l’air et marcher tranquillement jusqu’à chez moi …

    Bref.

    • R. dit :

      Bon, le coïtus était pas vraiment commencus, en même tempus. C’est plutôt le bouchàbouchus qui a été interruptus. Mais j’ai quand même eu un peu malus au cus… 😀
      Et puis je te rappelle que j’étais en talons, et il habitait loin de chez moi… 😉

  4. dit :

    Mais où sont passés les crevards?

  5. dit :

    … En même temps, si tu savais à quel point c’est pas si faux…

  6. Usclade dit :

    C’est marrant, moi je suis câblé vraiment à l’envers, je ne pourrais pas dire non à une bonne copine même avec une autre fille dans la tête, alors que je pourrai au contraire envoyer un râteau à une fille qui n’est justement pas assez bonne copine..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s