Pétillance

Je suis une dragouilleuse depuis toujours.

Petite, déjà, je me mettais toujours les surveillants de cantoche et les moniteurs de colo dans la poche.

Je me souviens de celui-ci, qui me faisait des baisers dévastateurs tous les soirs en me disant bonne nuit. Il me mordillait le lobe de l’oreille, et j’adorais ça. La sensation de chatouille, et cette proximité, son souffle près de moi, l’impression d’être un peu particulière à ses yeux. Je ne crois pas qu’il ait eu un seul geste déplacé… j’avais 9 ans, lui probablement l’âge canonique de 23 ans et des brouettes, et il n’a jamais débordé. Mais je nous sentais connectés, je percevais son intérêt pour moi. Et j’aimais ça.

A l’école et au collège, je tombais toujours à moitié amoureuse des surveillants. Et je les sentais parfois troublés par mon aplomb, touchés par mon minuscule mystère.

Alors quand je me suis presque-auto-affranchie, quand j’ai enfin pu accorder ma vie officielle et ma vie officieuse, quand j’ai eu l’âge auquel on a le droit d’envoyer des ondes et de saisir celles des autres au vol, j’ai confirmé ma passion pour la dragouille.

Il y a eu quelques tâtonnements, un petit laps de temps pendant lequel j’ai dû chercher la bonne distance. Puis j’ai fini par à peu près maîtriser ma pétillance. Mon court passage dans l’animation minitel m’ayant en plus donné le sens de la séduction épistolaire, ouvrant la voie à des milliers de mails équivoques.

Dragouiller m’amuse, dragouiller m’anime, dragouiller me réchauffe, dragouiller me rassure. Dragouiller rend les journées plus belles, la mienne et celle de l’autre, dragouiller ouvre le champ des possibles et peut amener à des pépites, quand l’un qu’on imaginait asexué répond avec audace à une perche lancée.

Cette dragouille, je la distingue de la drague pure et dure, qui a un but précis : pécho. Pour la bagatelle ou pour la vie, mais pécho quand même…
Par exemple, quand j’ai remarqué le futur père de mes enfants, il y a 7 ans, je l’ai dragué. Sans aucun doute. Je le voulais.
Lui aussi, à sa façon – à base de bédo et de lardons -, même s’il nie…

La dragouille, je la pratique presque quotidiennement. Parce qu’elle peut être anodine, elle n’engage à rien. Elle est plus un mode d’humour – chaleureux et troublant – qu’une action ciblée. Elle connecte les gens en tout bien tout honneur, comme on dit. Comme si l’honneur… Bref.

Moi j’aime quand ça pétille. Ca me fait me sentir vivante.

Cet article a été publié dans Du sexe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Pétillance

  1. Judie K dit :

    Je regrette de ne pas avoir cette subtilité là. Je suis dans le pur et dur, c’est moche, alors j’ai lâché la dragouille, la drague toussa.

  2. L'impatiente dit :

    Cette dragouille,comme tu la décris, je l’adore, je l’admire, même si je ne me sens pas encore assez « légitime » pour pratiquer, (mais je m’entraine!), je suis toujours très heureuse quand il m’arrive d’en être destinataire…
    En fait je la considère comme une vraie générosité, une preuve d’altruisme, et pourquoi pas carrément un instrument pour la paix dans le monde ! (à condition de ne pas être un outil de manipulation bien sûr!)

    • R. dit :

      Je suis très heureuse que tu me dises ça, parce que moi aussi, je la vois comme un outil pour faire tourner le Monde dans le bon sens… 🙂
      A part ça, « pas assez légitime » ?????

  3. quadramatique dit :

    Je ne sais pas comment vous dragouillez et pétillez dans la vraie vie. Mais je peux vous dire que par écrit, vous charmez et séduisez 🙂

  4. zoumpapa dit :

    Exemple de méthode pétillante:
    « Dis – bon je sais c’est un peu spécial ce que je vais te demander- mais tu serais pas Taïwanais par hasard? » (Non, sérieux, je te demande ça parce que j’ai capté un accent Taïwanais dans tes emails)

    Moi je dis, ça a du charme 🙂

    • R. dit :

      😀
      Je m’insurge ! Et puis je te signale qu’il y a plein de Taïwanais là où les pâtissiers géorgiens passent l’arme à gauche… 😉

  5. Usclade dit :

    En tout bien tout honneur? C’est vrai. Pour faire du bien et faire honneur, la dragouille est un excellent préliminaire !!! Moi aussi, bien souvent, je titille pour que ça pétille…

  6. Fred680 dit :

    hmmm… intéressant car rarement assumé de la part d’une femme. Mais en fin de compte, ne le fait on pas tous un peu? c’est plaisant, grisant comme ces baisers dans l’oreille, et un peu hors du temps le plus souvent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s