Uppercut

Messieurs-dames, je crois que j’ai à nouveau besoin d’une petite pause.

La période est dense à tous niveaux : journées très chargées au boulot, mère qui s’effondre, beau-père qui résiste à l’évidence avec toute la noblesse possible, éventuelle nouvelle direction professionnelle (mais ne brûlons pas la peau de l’ours avant de l’avoir vendue, pour citer un grand footballeur rennais), et surtout, surtout… beaucoup de discussions avec mon homme.

Discussions poignantes, intenses, douloureuses, mais néanmoins constructives. Discussions jumelées avec des échanges épistolaires inattendus. Je dois d’ailleurs dire que tout dans la nouvelle situation avec le père de mes enfants est absolument inattendu. Je découvre un homme qui semble se découvrir lui-même, non sans heurt ni sans larme… Après 7 ans de silence emmuré.

Ces discussions prennent du temps, de l’énergie, du cerveau… ces discussions prennent aux tripes. Je n’imaginais pas atteindre des strates si profondes, et je regrette de ne pas écrire aussi vite que le tourbillon de mes pensées. Chaque seconde de ma vie qui ne serait pas déjà consacrée à mon rôle de mère-fille-salariée est occupée par ces flots de mots multi-directionnels, et malheureusement mes idées filent, comme si la mémoire tampon de mes neurones n’était pas suffisante. Alors j’ai décidé d’écrire. De répondre. De réagir à ces lettres-coup-de-poing, dont l’une d’elles, douloureusement belle, se termine par un magnifique uppercut qui la résume en six mots : je t’aime, espèce de connasse*.
Parce qu’indéniablement elles nous font avancer. Parce qu’elles nous font affiner notre avenir, parce qu’elles appuient sur la résistance de notre amour en le confrontant à la réalité des faits, et surtout à l’impalpable de nos désirs.

C’est riche, dur, extrêmement troublant, mais plein d’espoir.

Éreintante montagnes russes…

Surtout sous la pluie.
Surtout quand les jours raccourcissent et les mois finissent en -bre…

Tout ça prend du temps. Distord mon cerveau. Me tumulte et m’empêche d’écrire des billets consistants, ou alors ils agiraient comme des bombes. Et je n’ai pas le temps « physique » de puiser en moi pour changer cela.

Alors je prends un peu de recul, un peu de temps, pour mieux vous revenir. Et quelque chose me dit que quoi qu’il arrive, j’aurai mille choses à raconter.

Ouais, je fais du teasing, d’abord.

Je suis une connasse, tu sais…

But you know I’m no good, baby. Not for THAT, not in THIS world…

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Uppercut

  1. Fred dit :

    Mouais … Uppercuts …. Fais attention à toi et évite les coups !!

  2. ouplala dit :

    c’est beau. prends le temps pour toi et pour tous ceux là.
    (on t’attendra)

  3. Patrick l'Étoile dit :

    Ce qui se joue est bien plus important que l’attente des lecteurs.

  4. dita dit :

    j’y pense parfois à l’écriture pour faire avancer le débat quand l’homme ne sait pas donner par les mots mais que par les gestes et sa présence… tu me donnes un espoir 🙂
    travaille bien tout ça au corps et prend soin de toi et de vous
    bises fort

  5. M'é dit :

    Ne t’inquiètes pas, on sera là, fidèles comme Lassie !
    Et puis tous ces échanges avec le père des tes enfants semblent constructifs, alors vas-y, fait chauffer le neurone (et le reste ^^) et reviens nous raconter quand tu en auras le temps !
    bises

  6. De mon observation, la communication écrite dans le couple est commode, lorsqu’il est trop difficile de verbaliser certains points, ou que l’on a besoin de sérénité pour rassembler ses idées et les exprimer aussi paisiblement que possible.
    Mais cela ne peut pas se substituer à la communication orale, qui suit, et qui est la seule vraie façon de savoir que l’on a été entendu.
    En tout cas, oui, une période « lourde » à traverser pour ton couple, et qui changera profondément les fondations de ton couple, puisqu’à te lire, j’ai plus l’impression que vous êtes partis pour le relancer plutôt que d’y renoncer.
    Courage à vous deux pour faire passer, avec justesse, les messages que l’autre doit impérativement entendre pour vivre en harmonie.

  7. nanou dit :

    Wahou…. On peut dire que tu as l’art de provoquer en nous des émotions diverses et variées. Aujourd’hui, dans un autre domaine, tu tapes encore juste, et on se surprend à être en totale empathie, suspendus à tes lèvres, oups! I beg your pardon, je voulais dire les mots de ton blog.
    Prends bien soin de toi dans les eaux tumultueuses que tu traverses, prends soin de ceux que tu aimes et qui ont tant besoin de toi, ici et maintenant, et les mois en -uin, uillet, et -out reviendront, au sens propre comme au figuré. On t’attendra, anyway. Bises.

  8. zoumpapa dit :

    Tes jolis écrits nous manqueront – temporairement certes – du moins je l’espère.
    De vraisemblables belles choses vous attendent, c’est du moins tout ce qui peut vous être souhaité dans l’instant, puisque ce serait l’issue idéale du travail de refonte de votre couple (qui sauf erreur apparaît en filigranes).

  9. Marie dit :

    Merci en tous les cas de ce que tu écris là. On attendra le temps qu’il faudra! On est patients tu sais! 🙂 Et ce que tu vis est mille fois trop important, même si les mots que tu poses ici te sont (et nous sont) chers. Je pense à toi et aux tiens, tous les tiens, fort. Je t’embrasse. Fort aussi.

  10. Fred680 dit :

    Quel magnifique éloge aux sentiments. Ils passent par le dialogue et l’écoute, à la fois intérieurs mais aussi avec les autres, mais avant tout par l’acceptation de leur existence dans toute leur brutalité et leur violence. ils sont immenses joies et souffrances extrèmes, d’une douceur éthérée ou cruellement durs mais, tous ensembles, ils sont la vie.

  11. cath dit :

    Je t’aime, espèce de connasse : c’est la plus belle déclaration d’amour que je n’ai jamais entendue, j’adore, c’est tellement beau. J’aimerais bien la même, à bon entendeur, salut. ; )

  12. R. dit :

    Merci les copains ! Ca avance ça avance, même si parfois ça recule aussi, comment veux-tu comment veux-tu…
    J’essaye de revenir cette semaine.
    See yaaaaaa….

  13. zut dit :

    Aucune inquiétude, on a aussi d’autres occupations…
    (impôts, cancer, rhume, des petits rien, quoi)

  14. Ping : 100 % | Du sang, du sexe et du lait maternel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s