Arène (2)

Previously on ze story…

La dame m’ouvre, affable, me laisse passer la lourde porte blindée. Me demande si c’est la première fois que je viens. Je réponds oui, avec un petit sourire amusé.

Elle hausse un sourcil, sourit à son tour :

« Vous savez qu’il s’agit d’un club libertin ?
Oui oui oui, je sais, mais c’est une première, je viens plutôt pour voir, j’ai le droit, je ne suis pas obligée de faire un truc hein, dis madame, chuis pas obligée, hein ? »

Regard bienveillant : « Aucune obligation ! Bonne détente, mademoiselle… »

C’est parti.

Je monte au vestiaire mettre le paréo fourni. J’avais été briefée par mon conseilleur sur le fait que non-qu’est-ce-que-tu-crois-ici-on-ne-garde-pas-son-maillot-de-bain. Que je n’avais pas pris, du coup. Même si c’était pas prévu. Que je vienne. Enfin pas complètement. Disons que j’avais la vague idée derrière la tête mais que je m’autorisais à faire marche arrière.

Dans ce vestiaire, donc, je croise un couple plutôt… normal. Si tant est qu’il y ait une normalité. Disons, un homme et une femme qui pourraient être dans mon cercle de potes, à peu près trente-quarantenaires, plus beaux que moches. Ils me laissent de marbre, mais au moins ne me dégoûtent pas.

Car oui, c’était une de mes craintes. Je peux volontiers coucher avec un pote qui ne me plaît pas physiquement mais qui m’émeut autrement, je ne me vois pas pour autant coucher avec un/des inconnus qui ne m’attirent pas. Je ne suis même pas sûre d’oser coucher avec un inconnu, un jour, dans ma vie. Je te rappelle que je suis plutôt du genre à coucher avec mes amis, moi.

Je tombe les sapes, enfile mon paréo, et commence ma visite, mi-amusée, mi-flippée.

Je traverse le bar, vide, puis passe devant le jacuzzi dans lequel il y a un autre couple. Plutôt jeune, et plutôt affairé. Alors qu’il y a marqué en gros qu’on n’a pas le droit de jouer à oh-c’est-pas-mon-nombril-oh-ben-c’est-pas-mon-doigt-non-plus là-dedans, je dis ça je dis rien m’ssieur l’arbitre. Bon, affairé sous l’eau avec des bulles, ça ne donne aucune visibilité sur ce que la morale réprouve, je ne suis pas confrontée à un film porno en réel dès les premières minutes de mon expérience.

Je monte à l’étage, fait d’alcôves en tout genre. Un long couloir s’offre à moi. Je cherche des yeux le hammam, mais croise rapidement trois hommes seuls, zonant entre deux portes, pas franchement à mon goût de prime abord. Et aucune femme…
Je n’ose regarder personne, me faufile vers le fond, mais quand je vois l’immense chambre vide et l’écran diffusant un vrai film porno, pour le coup, je me ravise. Un peu craintive à l’idée de me faire coincer par ces trois torses errants.

L’un d’eux me demande si je cherche quelque chose, et fidèle à la réponse que je donne systématiquement aux vendeuses un peu trop vendeuses, je réponds que « non non merci, c’est juste pour voir »… En évitant soigneusement son regard. La fille tout à fait dans son élément, en somme.

Je fuis cet étage à l’odeur de safari, redescends et décide de me plonger dans le grand jacuzzi occupé par le couple depuis revenu à une activité plus légale.

Passé le petit moment de flottement pendant lequel je constate que, pour aller du banc sur lequel je suis censée laisser mon paréo au bain à remous, je vais devoir marcher quelques mètres totalement nue, je me lance avec l’air de celle qui est complètement à l’aise, malgré l’éclat de rire coincé dans ma gorge.

Je prends mes quartiers à l’opposé du bassin. Constate que les bulles qui sortent du rebord sur lequel je m’assois piquent les fesses, sans bien comprendre pourquoi… la température, très chaude, peut-être ? Alors je place mes mains entre la paroi et ma peau, et…
Et ben rien. Quoi faire ? J’ai l’air un peu con, maintenant, petite chose mal à l’aise au milieu des initiés, sans savoir quoi faire de ma personne. Je ris intérieurement. Et décide de profiter du simple bouillonnement.

Il ne faut pas plus de 3 minutes pour qu’un premier homme croisé à l’étage se joigne à nous. Il s’assoit à un mètre de moi, et je me crispe légèrement.

Un deuxième arrive, puis un troisième, un quatrième. Et je suis toujours l’unique femme seule. Ils restent à distance réglementaire, mais…
Commence alors une stratégie me permettant de regarder partout où il n’y a personne sans paraître complètement autiste. Thanks god, j’ai des mains. Un truc super qui te donne très vaguement une contenance quand tu as vraiment l’air con (mais du coup, j’ai les fesses qui me picotent).

Je me demande dans quoi je me suis lancée…

L’un des hommes, petite cinquantaine, pas du tout mon style mais à l’air sympathique m’aborde :

« Vous aussi c’est la première fois que vous venez ? »

Mouah ah ah, « vous aussi » !! Je n’y crois pas une seconde, mais décide d’engager la conversation. Je dis environ dix-huit fois en trente secondes que je ne viens que pour voir et pas pour pratiquer. Au cas où mon attitude fermée et mon regard fuyant ne suffiraient pas.

On parle du prix d’entrée pour les hommes seuls – 118 euros, je suis à deux doigts de saisir la Halde -, de la drôlerie de la première fois et que quand même, j’espère pour lui qu’il pourra rentabiliser son billet, sous-entendu « si vous devez aller draguer ailleurs, je ne vous retiens pas, puisqu’avec moi vous l’aurez sur l’oreille »… De sa femme qui n’est pas au courant de sa venue, du risque de rencontrer quelqu’un qu’on connaît, du fait que moi, les inconnus, jamais fait, alors que les potes…

Au final, il est gentil et ne semble pas se formaliser de l’incohérence de ma présence. Je constate assez vite que notre discussion fait barrage aux autres, et ça m’arrange bien.

Et puis il me propose un hammam.

Je rigole, lui dit « ok mais en tout bien tout honneur », il me répond « tope-là », et on se give-me-five.

Nous sortons du jacuzzi – nus, donc… – et je suis étonnée de constater qu’apparemment, personne ne regarde précisément le corps des autres. Comme si un aperçu furtif de l’enveloppe générale suffisait…
En tous les cas, moi, je n’ose regarder aucun sexe.

Je suis timide, vas-tu finir par me croire…?

Paréo enfilé, nous arrivons au hammam suffoquant. Brouillard épais, me permettant juste de percevoir les silhouettes et les chuchotements de ce que j’imagine être un couple, dans un coin reculé.

Nous nous asseyons à distance réglementaire, du couple et entre nous, et continuons notre discussion un ton plus bas. Nous sommes toujours complètement nus, mais sans la barrière de l’eau à bulles qui nous camoufle. Un peu de vapeur, certes, mais les corps sont là, offerts.

Rapidement, les trois autres hommes du lieu nous rejoignent, tous assis à un mètre les uns des autres. Malaise. Personne ne parle, je regarde toujours mes supers mains qui font diversion, riant au fond de moi pour dédramatiser la situation, et plein d’anges passent.

Et puis le couple s’en va.

Gros moment de solitude. J’ai beau me fendre la poire intérieurement, mon sentiment d’être non pas UNE proie, mais LA proie, s’amplifie. Regard rivé au sol, je ne sais plus quelle pose prendre pour ne pas sembler trop lascive sans pour autant avoir l’air terrorisée. Malgré la courtoisie des zizis qui m’entourent.

La situation me rappelle un peu l’ambiance des Nuits fauves, cette scène vue il y a deux décennies dans laquelle des hommes se rencontrent sous un pont, a priori pas pour jouer au Scrabble. Silhouettes errantes et silencieuses dont le désir suinte, animal, guettant une ouverture tacite, pour une partie sans mots, frontale, sombre. Désir brut et radical, immédiat, avide.

Les gouttes de sueur qui dégoulinent de chaque pli de mon corps s’égrènent au rythme des secondes. Je suis tentée de me frotter la peau comme dans un vrai hammam, mais quelque chose me dit que je risque de détonner totalement en faisant cela. Sans parler de ces gestes finalement sensuels qui pourraient passer pour une invitation formelle à venir me renifler.

Or aucun des hommes ne me plaît, et je ne suis pas du tout convaincue que si un me charmait j’oserais me lancer.

J’attends encore quelques minutes, pendant lesquelles d’autres hommes seuls entrent dans le hammam pour en ressortir illico, pensant probablement que quatre mecs qui ont l’air d’attendre après une seule nana en position de l’œuf n’est pas la configuration idéale pour niquer avec certitude.

Alors la seule solution m’apparaît évidente. Sortir du hammam, aller boire la conso offerte, et me tailler de ce lieu où je me demande bien ce que je suis venue faire. Au moins j’ai vu. Vu que c’était pas trop mon truc.

A suivre…

Cet article a été publié dans Du sexe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour Arène (2)

  1. À ce stade (je vois « à suivre » donc j’imagine qu’il y a un 3e épisode qui ne se résume pas à « j’ai bu un gin tonic et je me suis cassée »), je suis tenté de dire qu’il aurait mieux valu un gentil accompagnateur, qui t’aurait permis de ne pas te sentir la « proie » (à juste titre, d’ailleurs, car que penses-tu qu’il passe à travers la tête d’un pauvre homme près à casquer 118 € devant une femme seule ? Il y a un peu de misère sexuelle, derrière ça, la plupart du temps) (c’est pour ça aussi qu’avec les couples c’est plus cool même si ça n’est pas garanti).

    • R. dit :

      Oui, il aurait mieux valu… Mais je ne peux pas refaire l’histoire. En tous les cas pas CELLE-LA… 🙂
      J’en profite pour dire que je ne juge absolument pas ces hommes, qui d’ailleurs ont été très polis et respectueux, que je vois bien le potentiel de misère sexuelle là-dedans, potentiel que j’avais déjà repéré lors de mon expérience d’animatrice de minitel rose et qui m’avait attristée. Que je me suis même dit que c’était pas très cool de ma part d’être là sans être vraiment là. Le truc, c’est que je n’imaginais pas une seconde être l’UNIQUE femme seule. Je pensais être noyée dans la masse, et donc passer inaperçue. Raté ! 😀

  2. Judie K dit :

    Si c’est gratuit pour les femmes, c’est pour les attirer. Tu n’avais pas pensé à ça ?
    Je trouve très glauque l’atmosphère des saunas. En étant accompagnée tu te serais sentie moins seule, mais tu aurais tout de même eu le sentiment d’être une proie (au lieu de LA proie).

    Ceci dit tu es vaillante pour découvrir seule ce genre d’endroit.

    • R. dit :

      Oh ben si, j’y avais bien pensé… Mais je m’étais dit que ça en attirerait plus. En même temps, à 13h30 en jour de semaine, c’était ptet un peu optimiste de ma part… 😀

      • zoumpapa dit :

        C’est que je me disais aussi, l’heure n’est pas top (ceci dit j’y connais rien) –> genre je prends un max de risque de me planter pour ma première 🙂
        Mais t’es courageuse, et rien que pour ça: bravo! 🙂

  3. jo dit :

    Et bien … je suis sans voix. J’ai envie de dire DEGONFLEE !!!
    Non je blague, mais c’est vrai que je ne te connais sous cet angle d’appréhension calfeutrée. C’est mignon.
    Moi aussi j’attends le chapitre « conso gratuite » avec impatience… à mon avis ça ne suce pas que des glaçons 😀 ba oui je n’ai pas pu m’en empêcher.
    Look at « château des lys » ça à l’air plus « real »

    Biz

  4. dit :

    A ta place j’aurais certainement commencé par la conso, bien bien chargée de préférence. Et ensuite j’aurais certainement glissé sur le carrelage mouillé pour cause de genoux castagnettes et on m’aurait amené aux urgences avec traumatisme crânien…
    Si tu es timide, qu’est-ce que je dois être???

    Ayé, j’ai commenté. Je youpe déjà à l’idée du bonus des commentateurs!

  5. Anon dit :

    Je suis allé deux fois au Moon City, soirée couples, accompagné de ma copine de l’époque ; et une fois au Château des Lys, avec un plan cul qui avait déjà fait des gang bangs.
    De ce que j’ai lu sur internet, et de ma petite expérience, l’ambiance glauque et « pleins de mecs qui ont payé et ont envie de niquer, et une seule fille », c’est au Moon qu’elle est le plus absente. Après, il faut venir aux bonnes soirée et à la bonne heure… (Fin d’après-midi, soirée.)
    Je pense que, même pour une femme pas bi, les soirée couples sont bien pour ça, éviter les hommes seuls qui sont souvent en mode mort de faim, malgré le fait que le règlement soit très clair sur le fait qu’il faille rester courtois et que c’est pas assuré qu’ils baisent.
    Disons que les soirée où les hommes seuls sont acceptés, c’est souvent les soirées pluralité masculine. C’est une chose de coucher avec un amant dans un lieu libertin, c’est une autre de le faire avec un inconnu (et éventuellement sa copine), mais c’est vraiment autre chose de coucher avec pleins inconnus en même temps… Y’en a qui aiment, d’où ma soirée réussie au Château de Lys, mais pour une première fois je conseille les soirées couple.

  6. nanou dit :

    et dire que c’était un de mes fantasmes!!!… et là, à lire ton expérience, je n’ai plus envie, mais alors plus envie du tout…. à moins que le tome 3 …? 😉

    • Anon dit :

      Comme un peu tout le monde l’a dit dans les commentaires, il vaut mieux y aller accompagnée et dans les soirées réservées aux couples, et ça se passe beaucoup mieux. Ça dépend aussi du lieu, certains laissent passer les faux couples (un mec invite une fille au sauna pour payer moins cher ou pour entrer tout court, une fois rentré il est en mode « mec seul avec qu’une envie » et elle profite du sauna/hammam/jacuzzi) et pas d’autres par exemple.
      Mais ne laisse pas tomber ton phantasme, réalise-le, ça vaut vraiment le coup !

      • Je ne sais pas dire si « ça vaut vraiment le coup », ça dépend du caractère de chacun(e). Mais ça vaut la peine de tester, pour voir, et effectivement 1/ le Moon me semble, sur Paris en tout cas, un des endroits à privilégier pour une initiation en douceur (plus que le Château des Lys) et 2/ avec un cavalier au bras, c’est préférable il me semble, même si c’est juste « pour voir » !

    • R. dit :

      Oh non non non, ne te base pas sur mon expérience, il est clair que j’ai cumulé les handicaps en y allant seule, à la mauvaise heure, le mauvais jour ! Il faut y aller, si tu as envie, mais dans les meilleures conditions possibles. Et puis après tu me racontes ! 🙂

  7. Khoreia dit :

    Suspense pour la troisième partie, pour l’instant j’aurai pas aimé être à ta place. J’aurai sûrement pas osé non plus …

  8. samsoum dit :

    Hahahaha, ça c’est d’l’expérience 😀 t’es vraiment loufoque toi … et c’est pour ça que j’t’adore.
    J’attends la suite…. je ne sais pas….je sens que tu vas rencontrer une personne que tu connais déjà :p
    ps: oukiii oukiiii, j’ai compriiiis, t’es timide 😀 …. en fiiin, moi j’te crois 😀

  9. Vio dit :

    Et moi je dis bravo d’avoir osée entrer seule dans un tel endroit :o)
    Deja en couple je serait pas sûre d’y arriver…. Alors…
    Chapeau poulette!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s