Tchi tcha… and all that jazz

Encore un truc qui me chatouillait depuis longtemps.

D’abord j’ai voulu faire du pole danse, après la naissance de mon petit. Pour perdre mes quelques kilos pris – pas bézef, mais quand on a le visage anguleux et les clavicules saillantes, ça fait bizarre si le reste du corps ne suit pas – et me refaire une sangle abdominale et un cul dignes de ce nom.

Manque de bol, ma mère a commencé à merdoyer sévèrement à ce moment-là. A base d’internements de force, vu qu’on ne savait pas encore que ça n’avait rien de psychiatrique. Du coup, ça m’a vaguement coupée dans mon élan.

Sans compter que quelques mois plus tard, j’ai fait mon naufrage, et j’ai perdu bien plus de kilos qu’il ne fallait, kilos que je n’arrive toujours pas à reprendre bordel de bordel de merde.

Bref, le pole danse, j’y songerai quand mon corps aura récupéré un peu de courbes et d’arrondis, un peu de volupté.

La deuxième discipline qui me faisait de l’oeil tourne autour du même monde, car je l’avoue, je fantasme légèrement sur les performeuses et autres strip-teaseuses. Ces filles m’intéressent.

L’effeuillage burlesque.

Les quelques reportages que j’avais vus m’avaient enchantée : ce truc de nénettes punk et sexy, toutes morphologies confondues, si belles et sensuelles, drôles et courageuses. L’essence même de la féminité. La diversité des corps et les rires qui fusaient me rappelaient l’ambiance du premier hammam – populaire – où j’ai été, à Casa. Un concentré de gonzesses hautes en couleurs.

Putain, j’aime les hommes, mais qu’est-ce que j’aime les femmes, aussi…

Et puis tu sais que je me sens sexuelle sans pour autant être capable de m’approprier les codes de la haute séduction. Un problème de légitimité, ou je ne sais guère. Et pourtant, je suis fascinée par ces Dita von Teese en puissance. Si je pouvais vivre en talons aiguilles, bas coutures, rouge aux lèvres et cheveux tiré en arrière en une immense queue de cheval, je le ferais volontiers. Mais…

Alors j’ai eu envie d’essayer, pour ensoleiller les premiers frimas. Après quelques recherches, j’ai trouvé un stage tout près de chez moi, ce qui dans ma vie un peu trop chargée est un détail de poids. J’en ai causé à deux copettes, qui m’ont suivi dans mon délire et se sont inscrites avec moi.

Je me suis dit que c’était enfin l’occasion de calmer mon visage. Mon corps ne m’encombre pas trop, je sais un peu danser – même si une de mes grandes frustrations est de n’avoir pas eu la grâce et les capacités physiques pour exceller dans cette pratique -, et je n’ai pas de gros complexes, juste des petits petits. Ma gueule, en revanche… je ne l’assume pas vraiment. Je ne me trouve pas moche, mais je me trouve pas-assez-belle. Angles et creux, trop de mimiques, de nervosité, je ne sais pas faire de mon visage un outil, c’est plutôt lui qui me trahit. En n’étant pas à la hauteur, et en mettant à jour mes indéniables et nombreuses failles.

On a joué le jeu à fond, les jours qui précédaient le stage : achats des résilles, gants, chapeaux et autres nippies à pompons. Et puis trouver nos noms de scène : Ladies and Gentlemen, let me introduce Lady Sin Tank, Zézé Peau d’chien et votre dévouée Ninette Bulldozer. Deux brunes, une blonde, deux grandes, une petite, trois tailles de seins et surtout trois tempéraments bien distincts.

En arrivant, Zézé Peau d’chien était au bord du malaise, n’ayant pas eu l’opportunité de s’enfiler un mojito cul sec désinhibeur comme elle le souhaitait. Lady Sin Tank était toute érotisée de sa journée passée entre de bonnes mains. Et moi, j’étais au taquet depuis 5 jours sur le sujet.

Première satisfaction, nous avons bien eu droit à la palette des différences. Grosses, minces, drôles, timides, vieilles, jeunes, il y avait un peu de tout. Même la prof, ancien petit rat de l’Opéra, avait sa dose de punkerie – ratiches manquantes et tatouages à message.

Le cours commence par des échauffements de barre au sol (et non, tu n’es pas le premier à me faire la blague de la barre de faire, merci Jamel-Chuck Norris…), pieds dans la main, développés, grands battements et ronds de jambe à te tuer l’abdal.

Puis la choré. Sur All that jazz.

Petits pas de danse cabaret, on s’en sort comme on peut pour s’y retrouver entre les shimmy d’épaules et les jambes droites jambes gauches. Mais on se fend la poire. La danse, éternelle libératrice des corps et ses tensions.

Puis vient la partie effeuillage.

La prof tatouée nous apprend à retirer gants, gilets, nuisettes en rythme, en étant sexy et rigolotes. Pas gagné, mais on se marre encore plus, malgré les plantes de pieds qui commencent sérieusement à chauffer. On est une douzaine de nanas en résille, porte-jarretelle, culotte et talons hauts, concentrées sur nos pas au point de ne pas nous soucier de la porte ouverte sur le couloir du centre, peuplé d’élèves en tous genres.

Et puis la fin de la chorégraphie : dégrafer le soutien-gorge avec impertinence, mettre ses seins à nu et brandir ses tétons pomponnés, tout sourire.
On ne s’est pas dégonflées…

23 heures, la fin du cours. On apprend que les élèves les plus assidues du trimestre peuvent participer au spectacle de fin de session. Moi ça me cause. Autant quand je prends des cours de salsa portoricaine, c’est pour me perfectionner et prendre encore plus de plaisir à danser, autant là, le seul challenge qui vaut d’exister, c’est bien de se produire sur scène. Pas pour être parfaites. Mais pour l’avoir fait.

Sauf que tu te doutes bien que des trois, il y en a qu’une qui a eu envie de le relever. Zézé Peau d’chien et Lady Sin Tank ne le sentent pas, et moi je ne me sens pas de le faire sans elles… Je passe déjà pour l’obsédée sexuelle de la bande (que je suis), je vais pas en plus strip-teaser TOUTE SEULE.

C’est con, ça aurait pu donner ça :

Bon enfin ptet que si vous leur demandez gentiment, elles changeront d’avis, hein…

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

49 commentaires pour Tchi tcha… and all that jazz

  1. zut dit :

    Bof, bof. Tout ça c’est du domaine de l’amuse gueule.
    Rien de mieux qu’un bon lit. Ou une commode. Ou un plage.
    Ah oui, tiens pourquoi pas un pont de bateau…

    • R. dit :

      On est d’accord, mais les amuses-gueules, c’est sympa aussi, et puis C’EST PAS COMME ÇA QUE TU VAS LES CONVAINCRE, HEIN !!! J’te jure, ces snobs… 😉

  2. Arnaud dit :

    50 ans de lutte féministe pour en arriver à ce post !

    (je plaisante, hein, le féminisme selon moi c’est pas pour qu’il n’y ait plus de femmes qui s’exhibent, mais qu’elles puissent choisir de le faire ou pas)

    • R. dit :

      Non mais sérieux, les gars, vous avez lu ma dernière phrase ou bien ???????

      • Arnaud dit :

        Non mais ce que je voulais dire c’est qu’autant le strip tease que le french cancan que l’effeuillage burlesque ou n’importe quelle « objectification » des femmes est toujours taxé de « sexiste » alors que tu (vous 3) es (êtes) la preuve vivante que ce n’est pas forcément le cas !

        Et si vous vous décidez à y aller toutes les trois, promis, je ferai le déplacement aussi comme Jo ci-dessous !

        • R. dit :

          Ya rien de pire que les gens qui dégaine le mot « sexiste » à tout va, ça flingue le vrai combat en se plantant sur les détails… (ça marche aussi avec d’autres mots, mais je sens que si je les lâche ça va ouvrir un débat à la con)
          Je suis une féministe qui s’épile, et déjà, je risque ma peau face à celles qui se revendiquent comme les uniques, les vraies, les pures. 😉

  3. jo dit :

    Les filles je monte exprès à Paris pour voir le spectacle ! Et c’est champagne toute la soirée ! Promis, juré, craché 🙂 Assez motivant ???? Sinon je peux faire don de mon corps aussi. Suffisant ???? Je peux venir avec des potes !!!

  4. dit :

    Précision : mon grand sens du rythme, de la grâce et de la coordination participaient de ma terreur au même titre que la mise à presque nu.

    Rectification : je n’ai jamais dit non. J’ai dit euuuuuuh……

  5. nanou dit :

    Les filles!!! Allez-y!!! Participez !! Une occasion comme celle-ci ne se laisse pas filer. Rien que pour faire plaisir à votre cop’, qu’elle soit toute contente et toute gaie, et que vous soyez fière de vous. R., tu nous dit la date, on affrète un car et vous faites un triomphe!!!! C’est y pas beau ça? 😉

  6. zoumpapa dit :

    1/ pour reprendre des formes, jt’ai dit : une frite mayo par semaine (et on mange les frites avec les doigts steuplé);
    2/ Ninette Bulldozer: ca te va tellement bien! (pour le tout tout ptit peu mini que je crois que je connaisse de toi )
    3/ Bon…ça va pas te plaire, mais je comprends l’hésitation…ceci dit c’est aussi le genre de truc, où, après l’avoir fait, tu te sens la reine du monde entier de la planète.

    • R. dit :

      1/ Zoumpapa, chez moi c’est frite-ketchup ou frite-sauce bbq, la mayo c’est le mal (c’est le grand conflit qui m’oppose à ma belle-sœur). Et pas pour des raisons diététiques mon cul, juste parce que c’est trop lourd.
      2/ Ouais, moi aussi, j’adore… Surtout qu’il y a une histoire derrière : Ninette est le prénom de l’anagramme de mes nom-prénom, et Bulldozer, ben… ça me caractérise bien, il parait ! 🙂
      3/ Moi aussi je comprends l’hésitation, je sais bien que c’est MOI qui ne suis pas normale dans l’histoire… Mais je sais aussi qu’elles seraient ravies de l’avoir fait. Si elles le faisaient ! 😉

  7. Tomas dit :

    me rappelle ma seule expérience dans une boite de strip à Vegas… j’y ai laissé la moitié du PIB du Burkina Faso mais je crois que ça tient la route face à toute une série d’autres fantaisies sexuelles que j’ai pu expérimenter…

    • R. dit :

      Moi je rêve de faire un enterrement de vie de garçon au Hustler Club ou un endroit de ce genre, mais il parait que les filles ne sont pas admises (aux enterrements de vie de garçon…). Shit !

  8. dita dit :

    je viens si elle le font. promis ! juré! craché! et c’est une Dita qui le dit 😉

  9. Lady S.Tank dit :

    Rectification : je n’ai jamais dit non – j’ai dit euuuuuuh……. je vois plutôt ça lors d’une bonne soirée (dans un pays où il fait bô et chô 24h/24) pour faire rire les pote(sse)s …
    Note : Vas-y, compte le nombre de mots ;.)

    • R. dit :

      Oh yeeeeeeaaaah !
      Je ne vois PAS DU TOUT de quel endroit tu parles, mais je note la promesse (si si, je le prends comme une promesse). Il nous reste donc 10 mois pour perfectionner la choré.
      A part ça, 46. 😉

      • jo dit :

        Pour faire rire les potes ? Honnêtement, je ne sais pas si c’est la première réaction que j’aurai. Tu as remarqué, j’ai conjugué l’auxiliaire avoir au futur et non à l’imparfait… y’a plus qu’à !

        • R. dit :

          Faut remplacer « imparfait » par « conditionnel », mais à part ça, je suis de tout cœur avec toi ! 😉

        • dit :

          … tu m’as jamais vue m’effeuiller, Jo. Je t’assure que c’est du domaine de Rires et Chanson. M. Zé ne t’a jamais parlé de Banana Split?

          • R. dit :

            Oh punaise, un dossier qui sort de nul part… Les détails ! Les détails ! Les détails !
            (à part ça, l’anti-agnan dilettante que tu dis être ne devrait pas se soucier d’être drôle quand elle s’effeuille, surtout quand c’est du burlesque et SURTOUT quand elle est sexy en plus d’être drôle… Parce que moi je t’ai vu t’effeuiller, Zé, et ça m’a vaguement donné envie de me souvenir d’un rêve nous incluant toutes les deux…)
            😛

    • Lord Von der Lust dit :

      A quoi bon se couvrir dans un pays bô & chô Mylady ?
      La fin du trimestre assidu semble être tellement plus approprié…

      Moi je vote pour ! Pardon… j’encourage vivement !

  10. tarzan dit :

    A voir (ou revoir) le très beau film « Tournée », de et avec Mathieu Amalric, d’ailleurs diffusé récemment sur Arte

  11. Anon dit :

    Donc, il faut motiver tes amies à se lancer pour que tu te lance ?
    Moi, je proposerais presque de te rejoindre pour te motiver. « Presque » parce qu’un mec en porte-jarretelles, ça fait pas le même effet. Mais ça me semblerait plus simple de te motiver toi, parce qu’on te connais mieux que tes amies.

    (Enfin, si [les amies] lisez, sachez que vous êtes une bande de dégonflées de pas vous lancer. Regardez, y’a plein de monde qui le font, c’est pas comme si c’était super pervers de savoir faire un strip, et ça fera plaisir à votre mec (si si, même si vous montrez vos seins à un public qui applaudit, ça le réconfortera encore plus de pouvoir dire « c’est ma mienne à moi », et il aura des shows privés à la maison…).
    Pour ce qui est de la perversité, mon historique internet est pervers. Mais si c’est une vidéo qui passe sur youtube, c’est même pas sexuel. (Relisez les CGU.))

    Pour ce qui est de te rejoindre, je suis intéressé par le pole-danse (pour homme). (google/youtube toi même.) Mais moi aussi, euh, comment dire, ça le ferait plus avec quelqu’un pour me dire « allez, on a dit qu’on le faisait ».

    Quand à ton corps et visage qui ne te plaisent pas…
    Tu dis dans ce post, juste celui là au dessus de mon commentaire, que tu aime les femmes aux physiques différents et non-« conforme ». Donc, même si t’a une tronche « chelou », ben justement ça te met dans le lot des femmes que t’aimes, non ?
    Perso, j’aime bien les filles pas dans la « normalité » (ce qui me restreint à ne me contenter que de 5% du porno qui existe, et donc passer des heures à trouver une vidéo pour me pogner en 5 minutes…), et est très chiant IRL aussi.

    • R. dit :

      Anon, on fait du pole danse ensemble, dis ?
      A part ça, je n’ai JAMAIS dit que j’étais une fille cohérente. 🙂
      (pourquoi c’est chiant de bien aimer les filles pas dans la « normalité » IRL ?)

      • Anon dit :

        Ouais, chiche, on fait du pole dance ensemble. (Mail moi si t’es chiche, je suis (du verbe suivre, pas être).)

        T’es pas cohérente… on le savait déjà un peu, mais comme tout le monde tu sais…

        Ah, pourquoi c’est chiant IRL ?… Ben, t’es au bar avec tes potes, t’es même pas là pour draguer, mais tu croise une meuf trop bonne, cheveux courts avec une crête, piercings au visage, et à la langue (que tu entraperçois en la relouquant trop), et possiblement ailleurs, et quelques tatoos bien jolis, et là tu te lance, tu va lui parler, pas en mode gros lourd, enfin t’essaye, tu sais pas draguer de toutes façons, mais vous papotez un moment, quelques heures plus tard tes potes se sont barrés pour le dernier métro, toi tu commence à être assez certain que cette « amitié de bar » qui devient « très proche » va se terminer chez l’un où l’autre, et au moment ou tu commence à la complimenter sur son sourire (tu lui a déjà complimenté ses cheveux et ses nichons) en disant qu’il lui donne envie de l’embrasser, là elle te dit qu’elle est lesbienne.
        Oui oui, tu lui a dis qu’elle avait de jolis nichons mais c’est que maintenant qu’elle te dis être lesbienne, alors qu’elle est un stéréotype de guinne (et c’est en gros ce que t’aime, désolé si le stéréotype est identique à ce que j’aime, j’ai pas choisis pour ça.)
        Donc tu rentre, seul. Et en plus y’a même plus de métros pour rentrer, seul. Alors tu prend un taxi, seul.

        Le paragraphe ci dessus est UN exemple parmi d’autres (où y’avait encore des métros, mais pas toujours), mais tu vois le genre. Quand tu drague le stéréotype de la lesbienne, ben souvent elle l’est… Voila le problème IRL.

        • R. dit :

          Mail envoyé, baby. Mais les deux derniers que je t’ai envoyés il y a quelques semaines sont restés sans réponse, du coup, là je me demande… 🙂
          Et je pense que si j’étais lesbienne, j’aurais envie de coucher avec les mêmes filles que toi. Mais je suis une connasse d’hétéro qui a malgré tout une tête bizarre…selon elle. Tous ceux qui me connaissent te diraient que j’ai une tête normale. Anguleuse, frontale, mais normale. Disons en fait que j’ai « une gueule », quoi… pas un joli minois tout mignon.

  12. Sir John dit :

    Bon, si vous le faites par envie, toutes les trois, je partage la note du champ (ou des mojitos!) avec Jo. Sérieux. Et R. sait comme je suis sérieux.
    S.J.

  13. Judie K dit :

    Moi aussi je veux bien prendre le car affreté par je ne sais plus qui.
    Les copettes de R vous regretterez de ne pas l’avoir fait. C’est trop fun comme expérience !

  14. Judie K dit :

    Tu vas être déçue, je ne l’ai pas fait car pas de cours à proximité de chez moi (je ne suis pas Parisienne, ça me gêne, ça me gêne). J’ai des copines qui l’ont fait avec représentation finale à la clé, elles se sont éclatées. Et dans le show ça se sentait (je suis allée les applaudir).

  15. Lady S.Tank dit :

    Ouais, le flash mob …
    4.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s