Transition(s)

Messieurs-dames, autant te dire que je transite à fond les ballons, en ce moment. T’inquiète, je ne suis pas en train de te parler de mon intériorité intestinale (qui va très bien merci), mais de ma-vie-mon-œuvre dans son ensemble.

At first, je change de taf. Comme quoi, ne pas fumer la peau du teddybear avant de l’avoir dépecé peut parfois porter chance. Même si je suis complètement terre-à-terre. Je quitte ENFIN ce putain de domaine dans lequel j’ai atterri suite à une succession d’opportunités, mais dont le fond est à l’opposé de ce que je suis. J’ai appris plein de trucs, mais j’arrivais à un stade de saturation-dégoût-jmenfoutisme périlleux. Je m’étais fixé mes 40 piges comme âge butoir pour changer de voie, c’est avant 35 que je bifurque et ma foi, ça fait plaisir.
Sauf que – parce qu’il y a forcément un « sauf que » – ma DRH-mon-amour n’a toujours pas répondu à ma demande de (minuscule) réduction de préavis,  rapport que remplacer un talent comme moi, pfiou, ben ça va pas être simple, tu sais, c’est pas comme si yavait 3 millions de chômeurs qui demandent qu’à bosser, hein. C’est pas comme si, non plus, ça pouvait sauver des têtes dans ma boîte où ça sent la charrette à plein nez, bon enfin j’m’égare.
Du coup, je ne sais toujours pas quand je quitte, quand j’embauche, et si du coup je vais pouvoir me taper 4 jours de surf entre les deux.
Ce nouveau boulot me botte bien. C’est pas le taf-de-mes-rêves mais j’ai pas vraiment de taf-de-mes-rêves, en même temps. Enfin si, mais des qu’existent pas, genre gagner des millions de dollars en donnant des conseils sexo-sentimentalo-toxico-mooncupo-maternels aux gens, voire gagner des millions de dollars pour apprendre toutes les danses du monde. Mais c’est un nouveau métier, et j’aime bien apprendre de nouvelles choses, et puis là je vais devoir manier du chiffre, ce que je trouve très rassurant. En plus ça me permet de garder un pied dans la partie que j’aimais bien de mon taf actuel. C’est obscur, ce que je dis, mais vouloir conserver son anonymat presque intact complique parfois l’écriture d’un blog, hein…

Deuxième point, le placement du fantôme de ma mère que j’aime d’amour (je parle de ma mère, un peu moins du fantôme… mais je reviendrai sur ce point précis de l’amour dans de telles situations) est imminent. Genre mi-décembre. Étrange mélange de soulagement et d’angoisse, sans oublier la culpabilité malgré ma désormais absence totale de doute. La gestion logistiquo-administrative cumulée au bouleversement intérieur et au beau-père qu’il faut tenir à bout de bras, tout détruit qu’il est de ces deux années de dévouement total, est pour le moins énergivore et chronophage (et pas très gai, même si j’aime beaucoup les homosexuels). En plus, ces pticons de mômes me cartonnent toutes les nuits, genre « ah ah ah, c’est trop drôle quand maman dort par tranche de deux heures ». Bon enfin, ça sera une bonne chose de faite, même si c’est assurément un pas de plus vers la tombe. Mais comme on va tous crever, foutu pour foutu, autant le voir comme un moindre mal.

Pour parfaire le tableau transitif, et pour finir sur une note plus joyeuse, mon homme en pointillé est en passe de redevenir mon homme officiel. Ça fait déjà deux mois que nos pointillés se rapprochent de façon flagrante, et je peux même te dire que ça fait un bail que j’ai pas pêché ailleurs. Envie, besoin de me concentrer sur nous, de donner toutes les chances à nos retrouvailles, qui ne sont pas gagnées d’avance, belieeeeve-me. Nous avons beaucoup discuté au début de l’automne, avons abordé tous les points que nous nous étions contenté d’effleurer pendant 7 ans… Nous nous sommes reniflés à nouveau. Nous avons ébauché des pistes, que nous devons finaliser lors de notre ultime discussion prévue en décembre avant notre rabibochage formel. Il y a déjà eu d’énormes progrès sur des points capitaux (le quotidien, la communication, les mots d’amour, le partage des tâches…). Des reculades sur d’autres, notamment la situation professionnelle de mon amour que je souhaitais voir s’améliorer et qui s’est finalement dégradée (mais l’homme réagit quand il est au pied du mur, c’est donc peut-être un mal pour un bien). Ce qui a forcément un impact sur l’idée que nous nous faisions de notre nouvelle cohabitation (revivre ensemble dans 40 m2 mais avoir un studio-soupape pour s’isoler quand on en a besoin). Et puis des zones en suspens. En rapport avec nos tempéraments, histoires et points de vue très différents sur la conjugalité et tout ce que ça englobe. De mon côté, je pense savoir ce que j’aimerais tenter. Reste à confronter cela au bonhomme.

Bref, ça transite fort. Et moi, les situations de transition m’ont toujours collé des angoisses lourdes. J’aime bien être au point A ou au point B mais pas sur le segment sans trop savoir dans quel sens je me dirige.

Du coup, je me casse en Islande avec ma petite Zé dès demain. Pour 3 jours. Ouais je sais, c’est pas bézef, mais je me réjouis quand même de retourner dans cette eau bleue lactée à 40°, au milieu des roches volcaniques enneigées, soleil au raz du sol et volutes de vapeur donnant une atmosphère toute particulière à ce bain en plein air.

Une vague impression d’être sur la lune.

En plus, il parait que les Islandois ont les plus grosses quéquettes d’Europe… mais bon, excusez-moi du peu, mon Franco-russe est peut-être un peu congolais sur les bords.


—————————————————-
Visuels : Jimmy Hoffman – Björk & Sindri by Jurgen Teller

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Transition(s)

  1. quadramatique dit :

    A part pour votre pauvre maman, ce sont de bonnes nouvelles, on s’en réjouit pour vous! Bon séjour en Islande, faites attention aux grosses quéquettes et aux geysers 🙂

  2. zoumpapa dit :

    Haaaa la compta ou les stats ou les calculs de résistance, ou…. (bref y a bien quelque chose là-dedans qui doit correspondre à ton nouveau job): changer de job c’est souvent une belle étape (mon madame est zossi en pleine transition, pitié pourvu qu’elle trouve vite…).
    Et pis Msieur revient, que demander de plus!
    Plein de courage pour ta ptite maman, toi-même, ta famille dans cette situation éprouvante.
    Profites bien de l’Islande (pays des grosses quequettes et des geysers….tout s’explique)

    NB: c’est moi ou je suis tombé dans ton texte sur le jeu de mot le plus pourri du monde? 🙂

  3. zut dit :

    Ha ha ha Grosses quéquettes.
    Dans ma jeunesse j’étais très fier des mes mensurations.
    Sauf que plus tard je me suis aperçu que je l’avais mesuré avec le mètre ruban de mercerie de ma mère. Et un jour elle a râlé parce que les rideaux cousus par elle étaient trop long.
    Ce con de mètre avait rétréci (un peu seulement,hein) quand elle l’a lavé…

  4. Marie dit :

    Bon petit break ma belle. Take care. Je pense à toi… Je t’embrasse.

  5. Moi, je ne vois que des bonnes nouvelles, dans ce tableau, même si on pourrait nuancer (j’ai très envie de nuancer plein de trucs mais je suis claqué alors je vais au dodo, on en reparlera).
    Kiss

  6. Jokulsarlon dit :

    Ouais que du bon!!! Profite à fond de l’Islande (je te jalouse sur ce coup là…). Si tu passes à Jokulsarlon, fais coucou à la webcam 😉

  7. samsoum dit :

    J’aime bien tout ça 😀 je suis contente pour toi ^_^ et profite de tes vacances ( 03 jours ce n’est pas bezzaf certes, mais mieux que rien :/ (ouiiiii ze veux des vacaaaances mouaaa, et j’en ai pas le droit avant Juillet 2013 😦 ) ).
    Kissou kissou 😉

  8. Fabien dit :

    Tout mes voeux de réussite avec ton mec ! je suis content pour vous 🙂 Et si je peux apporter une petite pierre à votre tentative jette un oeil sur ça, quand on ré-essaye avec quelqu’un c’est la chose sur laquelle il faut concentrer toute son énergie.. déjà quand on est au courant c’est très difficile alors quand on le subit sans comprendre c’est juste impossible. Bonne chance, et tiens nous au courant ! 🙂

  9. Ping : 100 % | Du sang, du sexe et du lait maternel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s