Parfait

Tout sur les parents

Je lis à mes enfants ce livre, assez drôle malgré deux-trois trucs qui m’ont fait tiquer, à base de cliché polygamiesque et de supergenrisme à l’ancienne… Rome ne s’est pas fait en un jour, comme dit mon superman quand je lui parle de sa situation professionnelle (mouais…). Mais j’aime bien, quand même.

Une double page est consacrée à la grande révélation : les parents ne sont pas parfaits. Je sais, c’est dur à admettre, mais… Alors mon grand s’interroge. M’interroge.

– « Maman, pourquoi ça existe pas les parents parfaits ?
– Parce que les gens parfaits, ça n’existe pas. Tout le monde a des défauts, les papas, les mamans, les enfants, les taties… tout le monde.
– Non, moi j’ai pas de défaut. »

J’explose de rire. Certes, mon fils est un génie doublé d’un apollon (la vérité, c’est vrai), mais c’est aussi un sacré casse-couille dans son genre. Alors je m’applique à lui annoncer la triste évidence :

– « Je t’assure que si, mon loulou, tu as des défauts comme tout le monde. Et tu as aussi des qualités, merveilleuses. Les enfants parfaits, ça n’existe pas, et tant mieux !
– Moi je suis parfait, j’ai PAS DE DÉFAUT.
– Si mon cœur, mais c’est normal. Tu as des défauts ET des qualités. »

Je vois son menton trembler et ses cils se mouiller.

– « Et c’est quoi, alors, mes qualités ?
– Tu es drôle, tu es très intelligent, tu es beau, tu es sociable, tu aimes rire, tu t’adaptes bien, tu sais compter très loin, tu es curieux… Tu as plein de qualité mon pépère. »

Le sourire revient. Et un air de défiance.

 « Et mes défauts, alors ???
– Tu chipotes sur la nourriture tout le temps, tu es mauvais perdant, tu abuses parfois de ton pouvoir sur ton petit frère, tu négocies tout, tu n’es pas toujours très poli, tu te réveilles trop tôt le matin… Tu as des défauts, mais c’est comme ça que je t’aime, mon cœur. »

Le message semble être passé : on peut avoir des défauts et être aimé*. Alors on passe à autre chose, on continue un peu le livre, on se câline, on se chatouille. Mon grand se fend la poire et tout à coup s’arrête, me regarde, me sourit :

– « Maman, redis moi mes qualités encore, s’il-te-plait… »**

—————————————————————————-
*(Note de l’auteur à l’auteur) Je répète : on peut avoir des défauts et être aimé…
**Cet enfant a le pied romain comme sa mère, et le pied d’estale, on dirait. Mais je ne tire pas de conclusion trop hâtive. Une certaine part de moi-même aime vraiment une certaine part de moi-même, alors quand l’une parle de l’autre, on pourrait croire que je me la pète grave. Ca serait oublier que très souvent c’est l’autre part qui cause. Et qu’elle crie vachement plus fort.

Cet article a été publié dans Et du lait maternel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Parfait

  1. etoile31 dit :

    Tu n’as pas des jouets dans ta chambre Pépère…….?

  2. Judie K dit :

    Il faut que j’essaie de faire passer le message avec ce bouquin car je suis un peu trop abrupte, ou brute tout court.

  3. cath dit :

    C’est quoi le pied romain ? No réponse sur Google. Le petit orteil plus grand que les autres ? 😉 J’ai le pied grec et, l’été, on me le fait toujours remarquer. C’est trop bizarre les réactions que ce détail suscite chez les gens, j’en suis toujours étonnée.

  4. Gawel dit :

    Et si tu réécrivais ce livre sans le supergenrisme et les clichés à la con ?
    Non parce que des livres drôles qui apportent des révélations pareilles, je suis preneuse, mais je suis allergique au supergenrisme etc…

    (désolée, je ne suis pas beaucoup là mais on est tombé dans la période grippe-et-plus-si-affinités depuis vendredi dernier, les loulous et moi. D’ailleurs si je passe une tête c’est qu’aujourd’hui je ne travaille pas, fallait vraiment que je dorme, les nuits sont de pire en pire et la fièvre me prendre comme par hasard dans ces moments-là. Bon, faut que je m’habille, que je récupère mon puîné pour l’emmener chez le pédiatre pour la 3ème fois de la semaine : grippe de sa soeur, grippe de lui et infection des fesses, et maintenant des boutons partout… Suspense, qu’est-ce que ce sera pour vous madame aujourd’hui ?)
    (dire que c’est l’anniversaire de l’aînée…)

    • R. dit :

      Je ne suis pas sûre que l’auteur apprécie… 😀
      Et pour les nuits, je compatis, je suis à deux doigts de vendre mes mômes en pièces détachées. Courage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s