Un seul de ses cheveux…

Vengeance

J’étais là, tranquille pépère chez moi, clope vespérale au bec, le cul sur mon canap’. Je me disais que ça faisait un bail que je ne t’avais pas raconté un truc chouette, par exemple with sex inside, et que même si j’avais la libido sous la semelle en ce moment (hiver + placement maternel + maladie + stress du nouveau taf + enfants réveilleurs + déception conjugale récente = R. fait l’ours, mais c’est la vie ma bonne dame), rien ne m’empêchait de puiser dans mes nombreux souvenirs.

J’allais ouvrir mon ordi, la fumée me rentrait dans l’oeil comme à chaque fois que j’essaye de me la péter à bédave sans les mains, quand j’ai entendu mon téléphone vibrer et m’annoncer l’arrivée d’un mail.

Sérieux, je sais pas si c’est Vénus qui est vénère contre Saturne ou Jupiter qui a un furoncle et qui du coup n’arrive pas à s’aligner sur Mars, mais j’ai l’impression que mon karma me fait payer quelque chose, ces derniers temps. Pourtant j’ai payé mes impôts, j’ai dit bonjour à la dame, j’ai soldé mes comptes, j’ai accouché dans la douleur, j’ai pas volé c’est pas beau, j’ai travaillé même si c’est trop dur, j’ai bien mangé j’ai bien bu merci petit jésus, toussa toussa…

Bref, ya des forces cosmiques qui ont décidé de me faire chier.

Le mail m’était envoyé par le directeur de l’établissement dans lequel est placée ma mère. Respect, le mec bosse encore à 21h53 quand il s’agit de choses importantes, je ne me suis pas trompée en ayant eu un coup de coeur pour lui dès la première rencontre. Il m’invite à l’appeler dès que possible. Je m’exécute.

J’apprends qu’une des soeurs de ma mère est passée dans la journée. Et qu’elle lui a coupé les cheveux très courts. D’autorité.

Pour te situer un peu les choses, ma mère – sous tutelle maximum depuis un an – est totalement déconnectée. Il ne lui reste plus grand chose, si ce n’est ses beaux yeux bleus, son sourire candide, et ses immenses cheveux blonds qui lui arrivent à la taille. Comme quand elle était jeune.
Ses cheveux, joliment nattés ou dégoulinant en cascade sur les épaules, conservaient sa beauté et son humanité intacte, malgré le vide que cause sa maladie en elle.
Ses cheveux, c’était elle.

La brume se fait dans mon esprit. En effet, ma mère a deux soeurs : l’une prout-prout-ma-chère, mais gentille et bienveillante, du genre a avoir un peu mouillé sa chemise quand il a fallu nous soutenir face à l’épreuve « maladie maternelle » ; et l’autre.

L’autre, je la déteste copieusement depuis très longtemps, et pourtant toi-même tu sais qu’il m’en faut beaucoup pour haïr quelqu’un. Mais depuis que le Monde est Monde, en tous les cas depuis que j’ai l’âge d’avoir une mémoire, je vois cette super-connasse agir avec malveillance et perversité. Elle m’a fait plusieurs coups de pute dans ma prime jeunesse, dont elle n’a jamais osé s’expliquer en tête-à-tête, et a bénéficié de ma connerie gentillesse lorsque j’ai embrassé ses joues de pleureuse dramaturge le jour de l’enterrement de la mère-grand.

Mais surtout, elle est l’emblème douloureux du masochisme de ma mère…

Tu connais l’histoire des chiens et des chats qui n’ont a priori aucun lien de parenté ?

C’est-à-dire que de tous temps, je l’ai vue mépriser ma petite maman, fantasque, certes, mais d’une gentillesse absolue. Et j’ai vu ma mère continuer à lui tendre la main, docilement. Aller lui déposer une plante sur son palier le jour de son anniversaire, lui écrire… toujours dans la volonté d’apaiser les choses.

Tu connais l’histoire des pommes qui ne tombent jamais bien loin de leur racine ?

Bref, j’en reviens à la brume dans ma tête, sur le thème « c’est forcément elle, mais comment a-t-elle eu cette putain d’adresse alors qu’on ne lui a volontairement pas communiquée, malgré sa demande au ton de Reine d’Angleterre ??? »

J’ai pas eu besoin de chercher très longtemps, un coup de fil à oncle-gentil-mais-couille-molle m’a confirmé que c’était lui. Rapport que quand même, c’était bien qu’elle souhaite lui rendre visite.

Non, ce qui aurait été bien, c’est qu’elle se soucie de ma mère quand on avait besoin d’elle, qu’elle ne fasse pas toutes les saloperies que nous la voyons faire depuis des décennies, qu’elle arrête juste d’être ce qu’elle est et reste sagement dans son coin.

Je peux te dire que l’oncle était confus. Faut dire que mon ton ne laissait pas trop de doutes quant à ce que je pensais de la situation.

J’ai récupéré le 06 de l’autre, et je l’ai cueillie. Cette conne, en entendant ma voix et mon nom, a cru que je l’appelais pour discuter le bout de gras. C’est te dire à quel point elle ne doute de rien. Je l’ai laissé dire environ 8 mots, et puis je suis partie dans mon tunnel.

Tu connais l’histoire de la cortisone que même quand t’a terminé ton traitement il t’en reste un peu dans les mâchoires ?

Bon, ça a été bref.

Bref, mais bulldozer.
Et en trois parties : petitun pour qui tu te prends ; petideux même pas en rêve tu retouches un seul cheveu de ma mère ; petitrois sinon je t’éclate la gueule.

J’ai ponctué d’un élégant « connasse » et j’ai pris soin de lui préciser qu’elle ferait mieux de ne pas se pointer à la cérémonie d’adieux à ma mère le jour où elle aurait lieu.

Et puis j’ai raccroché.

Satisfaite.
Et tremblante de rage.

A partir de ce moment-là, je n’ai pas desserré les mâchoires pendant 48 heures. Heureusement pour ma tante, j’étais seule avec mes enfants en train de dormir, ce qui m’a empêchée d’aller directement lui raser la tête.

Tu vas me dire que c’est pas très correct de reprendre les techniques de la très souvent injuste justice populaire d’après-guerre, mais tu avoueras que la réponse était dans ce cas précis fort appropriée. Genre cheveu pour cheveu, quoi.

Parce que je peux le dire, j’ai mûri des plans de vengeance pendant mes longues heures d’insomnie. Même si c’est complètement à l’opposé de qui je suis. Mais là… Plus fort que moi. Elle avait touché à l’ultime chose à laquelle il ne fallait pas toucher : ma mère déconnectée, mise au même rang que mes enfants dans mon coeur depuis qu’elle est sans défense.

Et puis ma tante, médecin humanitaire payé une fortune pour aller sauver les petits nenfants tibétains (ne t’étonne pas, donc, que je ne donne jamais d’argent aux associations caritatives, même si je n’ai aucun doute qu’il y a de très belles personnes dans le lot – moi mon créneau c’est de donner en direct), ultra diplômée catégorie CSP+++++ ne peut pas ignorer la valeur symbolique de la chevelure.

Bref, si je ne la connaissais pas si procédurière, j’aurais été mettre ce putain de coup de tondeuse.

Parce que ce qui me tue, dans cette histoire, c’est pas tant la nouvelle coupe de ma mère. C’est la cruauté. C’est la volonté de saccage, c’est l’abus de pouvoir.

Je l’imagine jouir en commettant son forfait de vieille petite fille jalouse de 62 balais toujours pas remise de la beauté angélique de son ainée. Et j’imagine ma mère souriante comme un agneau, incapable de se rendre compte de la personne à qui elle a affaire, la prenant benoitement pour une gentille infirmière ou pire encore, pour une alliée.

Bref, à force de joints, j’ai réussi à m’endormir. Une amie m’a encouragée à ne pas me laisser atteindre, ce qui était bien évidemment trop tard, j’ai rarement été dans des tours aussi hautes, et même mon dernier épisode conjugal ne m’avait pas enragée à ce point.

48 heures après, je suis en train de redescendre, mais mon dos a pris cher.

Sur les conseils d’une avocate (que je remercie), je vais aller porter plainte pour atteinte à la dignité sur personne vulnérable, juste histoire de la faire chier et de laisser une trace écrite (car je n’ai aucun doute sur l’absence totale de suite juridique).

J’ai envoyé à l’instant un mail bien senti à l’accusée, avec copie à toute la famille. J’ai bien pris soins de supprimer toutes les menaces que j’avais écrites en premier lieu. La meuf est procédurière, je te dis.

Par contre, je sens que je vais bien m’amuser dans les semaines à venir. Pendant mes heures de cogite nocturne, j’ai eu une foule d’idées de trucs relous qui peuvent arriver TOTALEMENT PAR HASARD.

Et ça tombe bien, j’ai tout un tas de potes chômeurs qui s’ennuient dans la journée. Et la nuit.

———————————————————————————————————-
A part ça, promis, un jour, ça redevient un blog-pas-sous-cortisone. Mais pour ça, va falloir arrêter de me compliquer la vie, là-haut, hein !

Visuel extrait du film Kill Bill, de Quentin Tarantino

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Un seul de ses cheveux…

  1. JustineT dit :

    La cortisone transite t elle par flux internet? Non parce que là j’ai pas loin de 18 de tension après la lecture de cet article édifiant!
    Maintenant assieds toi au bord de la rivière et attend de voir passer son cadavre. Tout se paie dans la vie.
    J’espère que tu retrouveras vite la sérénité.
    Bonne soirée, et bon weekène.

  2. zut dit :

    Déjà commencer par signaler la chose au tuteur.
    C’est à lui, elle, d’agir.

  3. Gawel dit :

    Put…naise !!! Ca mérite un gros gros coup de http://www.youtube.com/watch?v=XTXO0oBmlds !!!
    En plus énervé. Parce que là je te comprends (encore une fois) à deux cents pour cent !
    Je suis une jeune femme fantasque, souriante, enthousiaste et un peu carpette devant les gens qui se croient tout permis, mais très très sensible à l’injustice et encore plus quand il s’agit de gens vulnérables. Ou de gens que j’aime. Là, la louve en moi se réveille et j’ai déjà menacé l’air de rien un ex beau-frère de l’émasculer avec les dents s’il faisait du mal à ma petite soeur… Bon, j’en suis incapable mais je me sais assez revancharde… Il n’aurait pas échappé à ma vindicte !
    Ca pourrait bien être mesquin, comme vengeance. Alors fuck le karma, je ne suis pas au chômage mais je te soutiens !!

  4. Patrick l'Étoile dit :

    Quelle connasse ! te fais pas un trou à l’estomac quand même.

  5. dita dit :

    je ne suis pas sous cortisone mais je te jure que je lui donnerais bien un coup de sabre à cette nana!
    bordel de tête à cul! alors qu’on a du recul, cela nous met dans une rage folle alors j’imagine à quel point tu as dû bouillonner.
    J’allais te proposer l’avocat, tu y as pensé. deuxième chose, pouvez vous limiter l’accès des visites? je sais que ça se faisait à l’hôpital. J’espère que tu n’en veux pas trop au personnel de ne pas avoir été plus vigilant même si c’est quand même dingue qu’elle est ait pu faire ça. elle a dû faire ça vite la salope.
    c’est un geste tellement violent de couper les cheveux :/
    j’aimerais bien l’interroger sur les » » » » » motivations «  » » » » » »de son geste. j’aimerais bien savoir ce qu’elle ose dire comme conneries?

    sinon c’est quoi CSP?

    si tu as besoin d’un groupe d’intervention nocturnes, on devrait pouvoir monter ça!
    grrrr

    • Anne O nym dit :

      Catégorie socio-professionnelle

      • dita dit :

        merci 🙂
        je cherchais Centre de Secours Principal :p ( je suis un peu orientée pompier moi^^)

        je crois que R. a bien cerné et expliqué ce truc qu’elle a fait. L’atteinte qu’elle a voulu porter. Peut être n’a t elle pas conscience de cette « prise de pouvoir » , ce putsch qu’elle a fait sa sœur ? j’espère pour elle en tout cas , car si elle l’a fait en toute conscience, je me demande si elle pourra se regarder dans une glace ces prochaines années.
        Cet acte est quand même proche de la folie. vouloir à ce point la désincarner …

        • R. dit :

          Je pense effectivement que c’est de l’ordre de la pathologie. Mon but, maintenant, c’est de lui interdire légalement d’approcher ma mère.

  6. Marieh2o dit :

    Je reste sans voix devant cet acte d’une absolue violence symbolique et réelle… Je n’ose même pas imaginer ce que tu as pu ressentir. Oui. Porte plainte. Et demande à l’établissement où est ta mère de ne pas laisser cette abomination s’en approcher désormais…
    Je t’embrasse fort.

  7. Babylonia dit :

    AH je lis depuis longtemps mais j’avais jamais commenté…. Ma maman est sous tutelle aussi et pas totalement déconnectée mais elle a tendance à faire ce qui lui passe par la tete comme une enfant. J’attends de son entourage qu’il se montre responsable pour elle et qu’il n’en profite pas (parce que malheureusement y’a toujours des cons pour abuser des faiblesse des autres).

    Ce que cette femme a fait est intolérable. C’est violent, méchant. Son tuteur doit bien pouvoir l’empecher de retourner la voir non ?
    (et tonton couille-molle, je l’aurai sacrément incendié aussi !!)

    En revanche, même si ça a besoin de sortir et tout, un blog n’est jamais complètement anonyme et la dernière partie de l’article peut etre consideré comme une menace 😉 je dis ça parce que faudrait pas que ça te retombe dessus.

    • R. dit :

      Une menace ? Pas du tout, c’est un pur délire de l’auteur, à mettre sous le sceau de la création artistique.
      A part ça, pour la drôlerie de l’histoire, le flic auprès duquel j’ai déposé une main courante n’a pas arrêté de m’encourager à aller tondre la tête de ma tante. Genre « mais faite-le, vous mettez une cagoule, ou alors vous envoyez des amis aux gros bras… ».

  8. R. dit :

    Merci à tous, j’ai toujours les mâchoires serrées et le cerveau qui tourne en boucle, mais on est en train de prendre les mesures administratives, et ça me soulage un (tout petit) peu.

  9. jo dit :

    La vengeance est un plat qui se mange très très froid. Et en ce moment je pense que tu as besoin de te nourrir afin de reprendre des forces…pour toi.
    Alors je suis d’accord avec Zut, Lâche pas mais délègue.
    Piou

  10. cath dit :

    Je me souviens du jour où le père de mon fils lui avait passé la tête à la tondeuse sans me prévenir. Il avait 3 ans et des cheveux bouclés magnifiques. C’est con mais je me suis sentie dépossédée, trahie, humiliée et j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, moi qui suis la 1ère à dire que les cheveux, ben pfff c’est pas grave ça repousse. J’ai ressenti la même crampe au ventre en pensant à ta maman. C’est un geste odieux, un acte de destruction.

  11. Sir John dit :

    Vous avez juste vérifié avant que c’était bien elle?
    La vilenie ne disparait donc pas avec l’âge. Très mauvaise nouvelle!
    Courage,
    Cheers,
    S.J.
    PS : aujourd’hui mon tumblr fête son 1001e abonné et sa 121212e visite. Sympa pour quelqu’un qui aime les chiffres. SJ

    • R. dit :

      Vérifié, re-vérifié, sur-vérifié. C’était bien elle.
      (mazel tov pour les chiffres rigolos et haut placés de vos stats, vous avez beaucoup plus d’abonnés que moi !)

      • Sir John. dit :

        Bon alors recruter La Belle de Quentin et…couic! Elle coupe très bien les scalps, mais parfois elle déborde un peu sur le crâne (qui pourrait oublier la scène sous la neige?).
        Pour le reste, merci mais logique : le langage de l’image est instantané et…international.
        Cheers,
        S.J.
        PS : il y a aussi parfois des dédicaces dédiées, en clair…ou non!

  12. dit :

    J’en reste sans voix.
    C’est pas les cheveux qu’il faudrait lui couper, c’est les mains.

  13. Judie K dit :

    ça se rapporte en effet à la pathologie. C’est pas possible de faire ça à sa propore soeur qui est déconnectée. Faut vraiment être pourrie à la racine.

  14. Ping : Outil | Du sang, du sexe et du lait maternel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s