Hulkette

shehulk

Je suis en train de comprendre que de ma vie entière, je n’ai jamais été autant enragée que la semaine dernière. J’ai déjà connu la montée dans les tours, bien sûr, mais ça n’est pas mon inclinaison naturelle.
Fille de grand colérique, j’ai toujours été dans l’incapacité de sortir de mes gonds, au point de souvent me dire que hurler un bon coup, foutre un gnon ou au moins envoyer valser une assiette contre un mur me serait fort salutaire. Voire salvateur. Qu’il serait temps d’extérioriser la ponctuelle violence qui crèche en moi (car oui, il m’arrive parfois de ne pas être qu’amour et volupté), au lieu de me l’envoyer dans la gueule en me rongeant le cerveau et en m’arrachant la peau des jambes.

Ca a pas l’air très glamour, comme ça, mais rassure-toi, je suis en passe de résoudre ce toc avec brio, tout ça ne sera bientôt qu’un mauvais souvenir qui j’espère, ne reviendra pas au prochain coup dur. Pour le rongeage de cerveau, je n’ai pas encore trouvé de solution légale et sans effets secondaires, j’attends la sagesse de l’âge.

Je constate le degré de ma colère surtout parce que j’en découvre… les vertus.

Truc de nouf.

Bientôt 35 balais, et d’un coup d’un seul je m’aperçois que la rage a AUSSI des avantages.

Merci Tata, j’ai envie de dire.

Mais t’emballe pas, si je te croise, je te crache dessus. J’ai mis mes plans de vengeance au feu, je ne t’offrirai pas l’occasion de me faire culpabiliser, mais viens pas pousser mémé dans les orties, c’est un conseil.

D’abord, ça m’a redonné faim. Mais genre la grosse dalle momo. ENFIN. Je dévore telle une ogresse. Alors c’est vrai, la maladie m’a coupé tout élan nutritionnel pendant 6 jours, occasionnant une nouvelle perte de tous les kilos durement acquis ces derniers mois : mon corps est indéniablement en besoin. Mais ça ne m’étonnerait pas de retrouver mon vrai poids officiel bientôt. Et l’usage de 87 % de ma garde-robe.

Startreck ça fait plaisir.
Même si je ne suis pas encore complètement sûre de ce que j’avance.

Ensuite, ça m’a redonné une amorce de libido. J’ai fait un gros rêve de cul dans la nuit de samedi à dimanche, qui m’a permis de trouver la chaleur nécessaire à la rédaction de mon billet tunning, et d’enchaîner sur une partie d’oral sex digne de ce nom avec qui-tu-sais. J’ai joui en 3 minutes chrono, ça m’a rappelé de chouettes souvenirs. Je vais pas dire que c’était laborieux ces derniers temps mais… en fait si, c’était un peu laborieux. Pas désagréable, plutôt même doux et générateur d’orgasmes. Mais à la force du poignet et avec quelques images appelées en renfort dans ma tête.

Dès qu’il a posé sa langue dans mes replis, j’ai compris que ça irait vite, et sans détour. Que je me passerai de son être en moi, alors que j’aime tant ça, parce que je n’aurai pas le temps de l’y accueillir. Que mes hormones étaient en alerte et que mon corps avait besoin d’exploser.

Succès.

J’ai l’impression que cette colère m’a réveillée. Qu’elle me sort de deux ans de coups dans la gueule sans parvenir à rassembler mon énergie, ma combativité. Qu’elle clôt l’épisode petite-chose-qui-s-effondre-parce-que-la-vie-s’acharne-un-peu-sur-elle-mais-faut-dire-qu-elle-a-pas-toujours-pris-les-bonnes-décisions-aussi-m-enfin-bon-toi-même-tu-sais-que-parfois-c-est-pas-simple.

Bref, la tigresse vient de naître.

Du coup, quand mon mec a ré-essayé de me faire subir sa susceptibilité mal placée, ya eu un échange de regards digne du meilleur coup de pression de lascars. Dix secondes de flottements, de mâchoires serrées et d’yeux écarquillés durant lesquelles il a probablement constaté qu’il était à un carrefour et qu’il valait mieux prendre la bonne direction. Je confirme, s’il avait pris l’autre, je mettais un terme définitif à notre histoire dans la foulée.

Entre temps on en a re-discuté et ça va, mais ça me colle un peu les nerfs de savoir que j’ai eu gain de cause probablement uniquement grâce à ma gueule de pitt bull… Dois-je redire qu’une relation basée sur les rapports de force ne m’intéresse pas ???

Et je ne te parle même pas de comment j’ai mis mes enfants au pas en 18 secondes l’autre soir alors qu’ils entreprenaient de me taper sur le système.

Etonnement, quand on devient verte, musclée, et avec des éclairs dans les yeux, on est tout de suite plus écoutée. Le Monde n’a décidément rien compris. Par contre, moi, ça y est, j’ai intégré l’info.

Reste plus qu’à essayer de ne pas démarrer au quart de tour pour des trucs à la con. Parce que le problème de la colère, quand même, c’est que j’ai clairement envie d’en découdre.

RooooaaaAAAAAAAAAAr.

tiger1

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Hulkette

  1. La Vachère dit :

    La colère, c’est…. jouissif. Je déteste quand j’ai des périodes de colère comme ça, mais elle a l’avantage de « nettoyer » en profondeur, nous, nos relations, nos rapports aux autres. Un genre de décapant/lubrifiant 😉

    Mais des fois ça fait peur…

  2. dit :

    A garder pour les grandes occasions pour en conserver toute l’efficacité…
    Mais indéniablement utile, voire agréable et sexué!
    L’étape suivante étant la fierté d’avoir su rester calme… et d’en mesurer l’efficacité!

    • R. dit :

      Tu es mon maître, Yoda. Mais je suis meilleure pour garder mon calme, au moins extérieurement, que pour m’enrager. Donc ma prochaine étape, c’est de rester calme AUSSI à l’intérieur. Pas gagné…

  3. Gawel dit :

    J’aime l’image du combat d’yeux. J’imagine du grand Sergio Leone… http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/fluctuat/cinema/news-videos/il-etait-une-fois-un-revolutionnaire-sergio-leone/57705452-1-fre-FR/Il-etait-une-fois-un-revolutionnaire-Sergio-Leone_w670_h372.jpg
    Et je suis bien soulagée pour toi que tu retrouves la faim et la libido !
    Je crois que j’en avais pour deux, tiens, je te rends ta part (ça arrangera mes rondeurs et mes yeux fatigués de yaoier toute la soirée)…

  4. L. dit :

    Aaaaah! Ba ça fait plaisir! Faudra que tu m’apprennes…

  5. Volubilis dit :

    Ouais c’est ça, en découdre, parce que, comme disait ma mère, ma grand-mère et mon arrière-grand-mère couturières, « faire et défaire, c’est toujours travailler » !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s