Alpinisme solitaire

fuck_u

Ca a commencé au début de mon ascension hormonale tri-hebdomadaire. J’avais déjeuné tout à fait platoniquement avec l’homme courtois peu de temps auparavant, et après une petite période de digestion cérébrale coïncidant précisément avec ma phase humorale basse, j’ai senti que ça chahutait dans mon corps.

Certains textes et certaines images de certains blogs me rendaient toute chose. Mais vraiment toute chose…  Joues roses, ventre chaud, idées fugaces mais Ô combien puissantes, je reconnais cet état à 8 km. Sauf que là c’était orienté. Très orienté. Pas vers quelqu’un en particulier, non… plutôt vers des scènes. Riches. Moites. Tumultueuses.

Je ne peux cependant nier le rôle et la position immuable de l’homme aux clefs dans toutes les images qui traversaient mon esprit : assurément contre ma gorge, surplombant la situation. Aveu qui me rend un peu confuse, jamais l’homme courtois et moi n’avons eu de propos explicites. Monsieur, je vous saurai gré, donc, de faire comme si vous n’aviez rien lu. 

Je me suis retrouvée à rebondir de tumblr en tumblr, moi qui ne regarde JAMAIS de porno. Avidité soudaine pour du visuel alors que ce ne sont normalement que les mots qui me bousculent.

Avidité passée depuis, mais assez inattendue pour être soulignée.

Ne souhaitant pas vraiment passer à l’acte – enfin, c’est pas exactement comme ça que je devrais le dire, c’est un peu plus complexe, mais le résultat est le même -, malgré la force de l’attrait, j’avais le cerveau légèrement encombré. Alors, un soir, j’ai fait comme d’habitude quand je n’arrive vraiment pas à dormir

En convoquant l’ensemble de mes nouveaux fantasmes pour que ça soit efficace.

Aucun doute, ça l’était.

Et j’ai sombré dans la bras de Morphée.

Mais le lendemain soir, j’ai recommencé. Alors que je n’avais pas encore eu le temps de constater que je n’arrivais pas à m’endormir. Je me suis vaguement dit un truc du genre « ça ne mange pas de pain, au moins je suis sûre de ne pas galérer ». Ou comment se livrer à des excursions solitaires à but orgasmique et non pas somnifère.

Encore un beau succès.

Les images étaient toujours là, faites de soufre et de complétude. Totale.

Au point que j’ai commencé à songer à la face nord.

Ouais… TRUC DE NOUF.

Je me projetais dans les scènes de mon cortex, et elle était indéniablement sollicitée. Ou plutôt comblée. Pas seule, non, mais cerise gourmande sur un gâteau déjà fort appétissant.

Et puis je me suis souvenue. De mon verdict. De mon re-verdict aussi.

Alors m’est venu l’idée de partir en exploration solitaire. De ne m’en remettre qu’à moi pour l’apprivoiser, cette face abrupte et escarpée. De me préparer seule pour grimper de ce côté, de façon à être en mesure d’apprécier un éventuel prochain essai.

Pour cela, il me fallait satisfaire mon besoin de tandem, me procurer de quoi affronter le nord et le sud en même temps, sans oublier la merveille enfouie sous le sommet du mont.

Je possède déjà un joli galet à vibrations, et mon mistalovalova m’a offert, lors de sa demande de retrouvailles, un appendice tout aussi tremblant – qui n’arrive malheureusement pas à la cheville du sien question proportions.

Mais je n’ai que deux mains.

Alors j’ai fait quelques recherches et j’ai trouvé ce qu’il me fallait. J’ai été l’acheter – de l’avantage d’habiter près de Pigalle quand on a des envies démesurées un dimanche. Et je me suis dépêchée de rentrer chez moi.

C’était étonnant, j’étais presque aussi troublée que si j’avais un rendez-vous galant… avec moi-même. Et je me marrais franchement. L’impression de camoufler un chaud secret et un objet de forme absolument flagrante dans mon sac à main. En forme de U, oui. A bouts explicites.

Pas besoin de te faire un dessin…

Arrivée chez moi, j’ai mis le portable sur vibreur, mais non, t’emballe pas, c’était juste pour être au calme. Je me suis installée tranquille, sourire en coin, et j’ai sorti l’attirail.

J’ai commencé par mon chouchou, mon plus vieil ami électrique, sur mon favori, mon précieux anatomique. L’originel. J’ai senti mon excitation monter, et j’ai respecté le protocole, l’ordre de mes préférences, en comblant ma face sud.

Je me suis fait durer un peu, je me suis maintenue sur le fil sans jamais basculer, car cette séance avait pour but clair de me faire goûter aux joies nordiques.

Alors j’ai sorti mon U-style, et je l’ai glissé tout doucement. Aux deux pôles. Sans retirer le premier explorateur. Histoire de m’assurer que ça vibrerait de toute part, par conductivité. Et aussi pour que la face sud soit vraiment souveraine.

Et je me suis laissée voguer, scénarisant les divers protagonistes comme bon me semblait.

C’est monté vite. C’est monté fort. C’est monté raide.

Et j’ai explosé.

Mon coeur s’est emballé, ça cognait dur dans ma poitrine. Echouée sur mon matelas. Suintante.

Comme quoi, un piolet de taille raisonnable peut changer la donne.

M’est avis que c’est pas forcément une excellente nouvelle pour ma vie conjugale, c’t’histoire.

Mais je persiste : il ne s’agit que d’un plus. Ca n’est, pour le moment en tous les cas, vraiment pas auto-suffisant. Et soumis à conditions drastiques.

Cet article a été publié dans Du sexe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Alpinisme solitaire

  1. LV dit :

    grrmmmfffff….

  2. audren dit :

    Ça donne envie, tout ça. Et même que ça ne soit pas autosuffisant, ça serait dommage de s’en priver. Et je ne vois pas en quoi ça serait une mauvaise nouvelle pour ta vie conjugale.

    • R. dit :

      Disons qu’il y a dans cette histoire quelques sous-titres que je suis probablement la seule à pouvoir lire… 🙂

  3. Sir John dit :

    Vous avez un talent incroyable pour narrer même le (presque) plus cul (sic) des évènements!
    Je n’ose imaginer le délice de l’homme (courtois/aux clefs…je m’y perd, mais bref, l’homme quoi), s’il vous lit (ce que vous semblez redouter…).
    Et une fois de plus, vous prenez votre vie en…main! Un exemple.
    Et quelle découverte manifestement. Bravo à vous, R!
    Cheers,
    SJ

    • R. dit :

      Merci merci… Ca n’est pas tant que je redoute qu’il me lise, c’est plutôt que le basculement vers des propos plus explicites me met à nu. Si je dois plonger un jour, je n’aurais plus les mêmes états d’âme, mais ça n’est pas d’actualité, alors j’en rougis. Un peu.

  4. Fabien dit :

    « … envies démesurées un dimanche. Et je me suis dépêchée de rentrer chez moi.
    C’était étonnant, j’étais presque aussi troublée que si j’avais un rendez-vous galant… avec moi-même… »
    :O 😀 ha ha ha mais excellent 🙂 c’est exactement ça 🙂 trop marrant 😉

  5. Lady Sue dit :

    J’applaudis d’une main!! (L’autre étant occupée 😀 )

  6. Judie K dit :

    Bon début !
    Jamais exploré seule, faut que je m’y mette, mais avant tout que je m’équipe.

  7. Ce n’est pas tant la taille du piolet qui compte que le bon travail de préparation de l’ascension.
    J’en ai encore eu la démonstration la semaine dernière 🙂

  8. Ping : Flattée | Du sang, du sexe et du lait maternel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s