Atavisme… ou pas.

sexpress

Je déjeunais en tête-à-tête avec mon père, profitant de cette semaine sans enfants pour faire ce que je ne fais pas habituellement. Bonheur incommensurable que de se réveiller quatre jours d’affilés après 9 heures, voire pas loin de 10 heures. Et je ne vous parle pas de ces séances de sexe à n’importe quelle heure de la sainte journée.

Pas avec mon père, hein. Entendons-nous bien.

Je déjeunais, donc, avec lui, asperges et salade de fèves en bouche, et il me demandait des nouvelles de ma mère. Ce qui me fait toujours rire, même si c’est pas vraiment le bon mot, parce que la seule réponse valable c’est « Elle décline, assurément et pas si lentement. »

Une chose en amenant une autre, nous avons parlé d’elle d’avant, celle que je ne connais pas assez puisque je n’ai pas pu lui poser toutes ces questions venues trop tardivement. Elle, la mère d’une jeune enfant. Elle, la femme.

Elle-la-mère reste une béance floue : ma seule certitude, la plus importante, c’est qu’elle m’a aimée extrêmement fort.

Elle-l’amante m’est un peu moins inconnue. Un tout petit peu.
Elle m’avait raconté succinctement son dépucelage,  riant d’avoir ri sous cape à l’époque, car elle savait que son hymen était déjà rompu.
Elle m’avait raconté cet homme avec qui elle avait couché sous la lune, dans sa communauté, qui lui avait parlé de mon père – un inconnu -, en des termes qui lui avaient donné envie de lui faire un enfant.

Salut c’est moi !

Je sais que ma mère a désiré. Qu’elle a fait l’amour, bienheureuse d’avoir une petite vingtaine d’années à l’époque où les moeurs se sont libérés, belle échappatoire dans cette famille de cathos militaires de merde droite.

Mais je n’ai jamais su plus en détail sa vie sexuelle.

C’est ptet normal, me direz-vous.

Je ne sais pas, je suis calibrée un peu cheloutement sur l’intimité et la pudeur. Pas dénuée totalement, mais répartie bizarrement.

Hier, donc, lors de ce déjeuner, j’en suis venu à poser cette question à mon paternel :

« C’était bien, le sexe, avec maman ? »

Ma question n’était pas si anodine : je sais, ou plutôt je pense en être persuadée, que mon père n’a pas été passionnément amoureux de ma mère. Il l’a été de ses autres femmes, au moins d’une, a été touché par ma mère, attendri probablement, peut-être même curieux de sa fantasquerie, mais pas éperdument palpitant.

Y avait-il eu au moins du sexe ?

Oui, bien sûr, je suis là. Mais je veux dire : du sexe magique ?

Il a souri, et a répondu sans hésitation :

– « Oui ! C’était audacieux et joyeux. D’ailleurs ta mère avait une petite particularité charmante, même si elle a fini par m’agacer, tout autant que son féminisme. Mais je ne sais pas si je dois te le dire…
– Ah ben si, ça fait deux fois que tu balances un truc pareil, du coup mon imagination court. Dis-moi.
– Eh bien… tu es sûre ? Je n’ose pas… Bon, je me lance : alors voilà, pendant que je lui faisais l’amour, ta mère… se touchait. »

J’explose de rire.

Ma mère ne m’a jamais parlé de ça concrètement. Et même si évoquer l’atavisme semble abusif, j’imagine volontiers que toutes ses incitations au plaisir sans culpabilité et à l’indépendance m’ont conduite sur cette voie.

– « Mais moi aussi, papa, tu sais. La plupart des hommes n’y trouvent rien à redire, et ça m’a justement permis d’apprécier la pénétration à sa juste valeur : j’adore ça ! Je m’attendais à ce que tu me dises un truc plus fou, genre, euuuuh… non, en fait rien. »

C’est ainsi que j’ai appris que ma bloody blonde de mère avait un penchant tout naturel pour les joies du nord, au point d’y initier mon intellectuel de père.

Atavisme mon cul, ouais…

(mais rien n’est perdu, je suis sur le bon chemin)

Cet article a été publié dans Et du lait maternel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Atavisme… ou pas.

  1. zoumpapa dit :

    Bon Dieu…autant après t’avoir lue cela ne me surprend pas et ne me gêne pas, autant JAMAIS je ne me verrais discuter de la sexualité de mes parents avec eux (face nord, toussa, houlalalala…rien que d’y penser…) 🙂

  2. zut dit :

    Mouhaha. Discuter de ça avec mon père!!!
    Autant lui demander la lune, mars, jupiter et emballés avec du fil d’or.

  3. audren dit :

    Une « particularité charmante » heureusement bien partagée… En tout cas, c’est joliment dit.

    A l’instar de zoumpapa ou zut, j’ai malheureusement bien peur que s’agissant de mon père ou de ma mère, ils emportent toutes leurs particularités charmantes dans la tombe. La seule qui aurait une chance de leur extraire une bribe de confidence, ça serait peut-être ma femme qui fait des miracles en y allant à coups d’ingénuité, de culot et de pieds dans le plat.

  4. R. dit :

    Et pourtant je vous assure, ça coule tout seul. Je crois que je suis douée pour dédramatiser ce genre de discussions. Et puis c’est pas comme si je lui avais demandé directement à lui s’il aimait qu’on lui chatouille la prostate, hein… 😀
    (je ne veux pas savoir)

    • dit :

      Quoiiiii?! C’était le septentrion paternel?
      Doux Jésus!

      Ma mère m’avait bien raconté sa 1ère expérience avortée avec le pater familias et m’avait avoué s’être demandé si c’était bien normal (dans le sens judéo chrétien du terme ) qu’ils continuent à faire du sexe au vu de leur (pas si) grand âge…
      Je regrette de ne pas pouvoir creuser plus aujourd’hui, mais pas de fontaine qui tienne, JAMAIS je ne pourrai me tourner vers le mur paternel sur ce sujet!!!

  5. Judie K dit :

    La sexualité de mes parents ne m’intéresse pas. Je crois que Freud et consort disent que c’est pas constructif. Peu importe. De même que la sexualité de mes potes ne m’intéresse pas. Des moins-potes oui. Freud dirait certainement que je suis grave coincée.

    • R. dit :

      La sexualité du monde entier m’intéresse.
      Cependant, là précisément, c’était plutôt ma-mère-la-femme-à-qui-je-ne-peux-plus-poser-de-question (including « celle qui baise »), le sujet. Et ce qui l’avait liée à mon père, puisque ça ne semblait pas être « l’amour fou ».

  6. Je me souviens d’une discussion avec mon père avec son frère et quelques autres personnes sur le cas Catherine M. et sa vie sexuelle et j’en ai déduit que mon père n’était pas partouzard ni échangiste et ignorait que son fils, même s’il n’arrive pas à la cheville de Catherine, avait sans doute une sexualité plus exubérante qu’il ne l’imaginait.
    Néanmoins, tout autant mon père a emporté les secrets de sa vie sexuelle dans son urne, tout autant son fils (enfin, moi, quoi !) ne s’est pas plus ouvert vers ses parents.
    J’ai essayé (mais sans mettre mes grands pieds dans le plat, comme suggéré ci-dessus) de sonder un peu ma mère (clairement, il y a quelques secrets de famille là-dessous) mais plus pour savoir le degré de liberté sexuelle qu’ils s’étaient accordé (ou pas !) mutuellement que pour avoir des détails sur la nature de leurs pratiques.

    J’espère que tu as fait la leçon à ton papa comme il faut sur le plaisir clitoridien, hein 😉

    • R. dit :

      Succinctement. L’homme va sur ces 77 ans et ne pratique plus, si j’ai bien compris. Du coup, je me suis dit que j’allais m’épargner une grande discussion sur « le féminisme vu par mon père » (vaste sujet)… 😀

  7. Fabien dit :

    C’est drôle c’est un sujet qui ne laisse personne indifférent apparemment 🙂 Et moi le premier !, je suis trop content d’avoir réussi à aborder le sujet avec ma mère l’année dernière environ, après la mort de mon pauvre père donc, et d’halluciner d’apprendre que le bonhomme était un chaudard de chez chaudard :O :O dominateur, entreprenant, « carrément trop » pour elle !!! papa.. moi qui croyais que tu étais un gentil gars timide, limite soumis.. :O Bon… 🙂

    Je suis super content parce que c’est un domaine tellement « secret », discret plutôt, que je n’avais AU-CUNE idée de ce qu’elle allait me répondre sur ça.. sans entrer dans le détail, impossible.. et ça m’a semblé important de savoir « un peu ».. une vague idée.. c’est une partie importante de la vie.. du coup j’ai l’impression de les connaitre mieux 🙂 carrément.. c’est drôle.. mais bon c’était pas facile :S

    Bon allez j’en profite pour balancer un truc marrant 😀 j’me réécoute des vieilleries en ce moment et je suis tombé sur ça I Have Been In You – Frank Zappa c’est vraiment excellent 😀 (le 2 eme morceau de l’album est énorme aussi (après ça commence a devenir un peu trop délirant c’est sur mais les deux champions sont graaaaaves.. musique bien sur, mais paroles de fous aussi ha ha ha à n epas mettre entre toutes les oreilles ! 😀 ))

    • Fabien dit :

      arf le con 😦 j’me relis pas et voilà je passe pour un moins que rien.. 😦 dis R. toute puissante tu pourrais m’le changer le « moi qui croyait que tu était » –> « moi qui croyais que tu étais » stp ? 😐 .. (en plus je m’adresse a lui en ces fautes inadmissibles 😮 il va se retourner dans son caveau si y vient sur ton blog comme il en est capable, donc.. :s )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s