A-propos

Arrosoir

Entre mon homme et moi, ça va ça vient. Plutôt pas dans le sens qui te fait sourire, encore que parfois dans ce sens-là quand même. De longues périodes douces et quelques épisodes explosifs. Chaud, froid, froid, chaud, parfois le tiède me manque. Voire le vide.

Alors que nous discutions d’un truc aussi con que la mutuelle et les papiers à fournir, j’ai – sans le vouloir – vexé la bête. Susceptible. Très. Et moi, pas toujours la reine de la délicatesse, surtout quand je suis speed et fatiguée. Et ne supportant pas qu’on me boude. Tu vois le cocktail ?

D’un coup l’homme s’est emmuré et ça m’a sauté aux yeux. Je suis entrainée, à force, et contrairement à ce qu’il pense, la gueule n’est pas un non-message. C’est une dictature. Totale. A résolution unilatérale puisque j’ai le handicap de ne pas savoir m’en foutre. Toujours ces foutues tripes dissociées de ce foutu cerveau.

Ca n’a pas loupé, le petit hamster s’est mis à courir dans sa roue et je me suis sentie monter dans les tours.

J’ai essayé de le raisonner – je sais pourtant qu’avec lui ça ne fait qu’aggraver la situation -, et face à son mutisme et son regard fuyant, j’ai fini par lui dire qu’il était casse-couilles de toujours compliquer ce qui pouvait être simple comme fournir une putain d’attestation sécu plus récente que 2000.

– « Maman, c’est quoi casse-couilles ? »

La petite voix de mon petit.

Bien joué.

– « Ne t’occupe pas de ça, mon chéri, c’est une affaire de grands, oublie ce mot, je n’aurais pas dû dire ça.
– Mais c’est quoi casse-couilles ? »

Je noie le poisson comme je le peux et constate que l’homme prépare son départ. Il devait sortir, et va vraisemblablement franchir la porte plus tôt que prévu.

– « Bon moi je vais y aller. »

Dit sur un ton j’t’emmerde.

Mon fils ainé :

– « Ah ben on sera tranquille comme ça. »

Mon mec me fusille du regard.

– « Tais-toi et embrasse ton père, au lieu de dire des bêtises. »

Il s’exécute, son père lui rend son baiser à mon grand soulagement, puis va embrasser le petit.

– « Mais c’est quoi casse-couilles ? »

Mon mec se barre et juste avant qu’il claque la porte :

– « Enfin tranquille, hein Maman ! »

Parfois, les mômes compliquent candidement des situations déjà compliquées…

Ne vas pas croire que cette phrase vient de moi : en réalité, c’est son père que mon fils ainé imitait. Son père qui fait cette blague à chaque fois que je pars d’un endroit où il est avec les enfants.

L’arroseur arrosé, en somme. Et quelque chose me dit que ça va me retomber dessus.

Je tente d’expliquer à mon grand le sens de l’à-propos et pourquoi il convient d’éviter cette boutade dans certaines situations.

Quand une petite voix agacée crie :

– « Mais c’est quoi casse-cooooouilleeeeeuh ? »

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour A-propos

  1. zut dit :

    Casse-nouille, non mais.

  2. Lune Rouge dit :

    L’âge où les enfants posent les questions avec une clairvoyance surprenante… 😉

  3. Sophie dit :

    j’aurais dit, « c’est « casse-pieds » en plus grossier et donc à éviter… », mais ça ne résout pas le fond du problème.

  4. L. dit :

     » la gueule n’est pas un non message. C’est une dictature. Totale. » oh putain comme j’aimerais que ce message arrive aux oreilles des hommes que j’aime… Que ce soient mes terroristes de père/frère ou ceux qui ont suivis.

    • R. dit :

      Ton frère ??? Je ne vois pas du tout de quoi tu parles… 😉
      (je te dirais bien de les envoyer par ici mais… en fait non. 😀 )

  5. Fabien dit :

    encore une fois (si je deviens chiant n’hésite pas à me le dire hein ha ha 😀 😉 ) faire la gueule est une occasion de focaliser un peu de « peine » (en retard 😉 ).. Toutes les occasions sont bonnes ! 🙂 et pourquoi pas pour un truc insignifiant… La question est : « puis-je me le permettre ? » la réponse dépend du niveau d’intimité et des habitudes qu’on a prises avec la personne : on ne pourrait pas se permettre de faire la gueule pour un truc nul avec quelqu’un qu’on ne connait pas, il/elle ne « marcherait » pas, il/elle dirait juste : « ben t’es pas bien toi ? » sans être affecté(e), ça ne fonctionnerait pas..

    Dans votre cas vous avez un grand niveau d’intimité et vous avez pris l’habitude de focaliser beaucoup de peine sur l’autre et vous vous « permettez » facilement de le faire, ça semble même être l’ultime fonctionnalité de votre relation (comme pas mal de couple en fin de vie) vous vous « engouffrez » littéralement à chaque occasion, lui en faisant la gueule facilement (sans raison même finalement !!) et toi tu « marches » comme un seul homme (ha ha 😉 ) en étant exaspérée immédiatement. Bref ça sent le sapin. D’autant plus qu’une des choses la plus importante qu’on apprend à nos enfants c’est : « quel est le comportement ‘normal’ dans une relation amoureuse ».. et ça se fait.. par « l’exemple » ! 😮

    Donc là vous en êtes soit à vous mettre un (gros !) coup de pied au cul à tout les deux (par exemple en essayant d’imaginer si vous vous permettriez de faire ce que vous vous faites avec un inconnu, dans un début de relation) et de recommencer a faire des « efforts » (comme au bon vieux temps 😉 ) et c’est vrai que « l’amour », pour ça, ça aide.. ou à lâcher l’affaire.. 😦

    • R. dit :

      Merci, je te dois combien ? 😀

      • Fabien dit :

        Un verre ça ira !! 🙂
        non 🙂 .. conseil « d’ami » 😀 (parce que c’est toujours plus facile de voir la paille dans l’oeil d’une autre personne que la poutre qu’on a dans.. heuu.. mille poutres dans l’oeil du .. non … mille pailles dans .. une botte de foin..? 😉 )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s