Fané

Arbre fané

Je viens de comprendre que mon salut ne passerait que par moi.
Que pour survivre à tout ceci, il me faudra me verrouiller, me flétrir, me faner.
Faire en sorte que rien ne me touche trop.
Endormir mes pulsations, perdre mon optimisme.
Jeter ma foi en l’amour et la bienveillance à la poubelle.
Tracer ma route.
Me couper de toi et de ta peine pour ne pas sombrer dans la mienne.

Je n’espérais vraiment pas cela.
Je n’ose plus espérer que ça change.
Même si ça reste parfois plus fort que moi.

Alors je lutte pour n’attendre rien de plus joli.

Et tant pis pour l’avenir, tant pis pour les prochains, les prochaines.
Tant pis pour les petits.

Tant pis pour moi.

Tant pis pour toi.

 

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Fané

  1. Judie K dit :

    Tu lances ça comme une prière, mais ce n’est pas toi.
    Je comprends que tu aies besoin de sauver ta peau, mais je pense aussi que c’est la douleur qui fait parler ainsi. Mais en même temps j’en sais rien.
    Qu’est ce que ce serait bien s’il y avait une solution adaptée à chaque situation.
    Je suis sûre que tu trouver TA solution sans avoir l’impression de te couper un bras ou t’arracher le coeur. Si tu veux en causer en privé tu je peux t’écouter.

  2. zut dit :

    Pour survivre il faut en passer par une cure de renoncement.
    Se recentrer sur ses besoins vitaux.
    Temporairement se replier sur soi. Pour mieux oser repartir dans l’inconnu.
    Chaque personne divorcée, mais pas que, est passée par ses stades. Avec plus ou moins de souffrances.
    Sauf moi, mais je suis un être parfait. Enfin je le pense, les autres pas.

  3. Marieh2o dit :

    Tu ne vas ni te verrouiller, ni te flétrir, ni te faner… Mais tu es en repli sur toi et c’est normal. Il faut que tu te préserves, que tu te protèges de la souffrance, de l’immense tristesse. Le temps est galant homme ma belle. Le temps. En attendant, tu trinques. Pensées du sud. Je t’embrasse.

  4. Marietro dit :

    Tous les tunnels ont un bout. Tous. Avec la lumière au bout.
    Mais personne ne sait où et quand est la sortie.
    Là vous tracez votre route, en essayant de ne pas vous cogner dans les parois, en vous éraflant quand vous retombez. Puis vous relevez, croyant que c’est fini. Retomber. Et un jour, vous retournez en disant : « ah ouuais, je suis sorti. Troooooop bien » !
    Gardez ce qui est le plus important pour vous, c’est ce qu’il y a de meilleur en vous. Et pour les autres, aussi.

  5. dit :

    Ah non, là je m’insurge! Tu vas me faire le plaisir de ne garder que la dernière phrase.
    Il me semble que tu avais écrit un billet intitulé cendres, qui parlait d’un certain Phoenix, non?
    Ben il était mieux que celui d’aujourd’hui… (et je ne parle pas de qualité littéraire).

    Si besoin, I’m there.

  6. Fabien dit :

    Tête haute devant les mômes ! 🙂 .. et va pleurer dans ta chambre ! 😉 T’as qu’a te faner un peu ouais, ça tombe bien c’est l’automne.. et bientôt l’hiver.. après ya l’printemps 🙂 pi l’été ! 😀

  7. Vio dit :

    Tu refleuriras…. j’en suis sûre 🙂
    Doux bisous

  8. zoumpapa dit :

    No way, t’es plutôt plante vivace toi, bises

  9. En bouddhisme, on appelle ça l’impermanence… Nous avons tous tendance à figer les choses, à croire que les choses durent. Mais en bien comme en mal, tout finit toujours par passer. C’est pourquoi nous devrions nous concentrer sur l’instant présent!

    Quoiqu’il en soit, ces mots sont très bien écrits, comme quoi on peut toujours faire de belles choses avec du moche…

    bisous!

  10. Tu sais, il y a les fameuses 7 étapes du deuil (Google est ton ami – et puis j’en avais parlé aussi à l’occasion d’une séparation) et je crois qu’il y a une étape où, forcément, ça fighte. Le fait est que c’est juste une étape, donc autre chose va suivre. Je crois aussi qu’il était illusoire d’espérer que tout ce processus de séparation se passe trop en douceur, sans heurt. C’est un mal nécessaire sans doute.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s