Tribute #34

Lorelei Sebasto ChaHubert-Félix Thiéfaine

Merci à Alabama de m’avoir rappelé cette pure merveille de poésie punkotriste écoutée en boucle lorsque j’avais une quinzaine d’années… 20 ans plus tard, ça me cause toujours autant.

———————–

Mon blues a déjanté sur ton corps animal
Dans cette chambre où les nuits durent pas plus d’un quart d’heure
Juste après le péage assurer l’extra-ball
Et remettre à zéro l’aiguille sur le compteur
Ton blues a dérapé sur mon corps de chacal
Dans cet hôtel paumé aux murs glacés d’ennui
Et pendant que le lit croise l’aéropostale
Tu me dis reprends ton fric aujourd’hui c’est gratuit

Lorelei, Lorelei
Ne me lâche pas j’ai mon train qui déraille
Lorelei, Lorelei
Et je suis comme un cobaye qui a sniffé toute sa paille

Tu m’arraches mon armure dans un geste un peu lourd
En me disant reviens maintenant je te connais
Tu me rappelles mes amants rue barrée à Hambourg
Quand j’étais l’orpheline aux yeux de feux follet
Tu me rappelles mes amants perdus dans la tempête
Avec le coeur-naufrage au bout des bars de nuit
Et tu me dis reviens je suis ton jour de fête
Reviens jouir mon amour dans ma bouche-agonie

Lorelei, Lorelei
Ne me lâche pas j’ai mon train qui déraille
Lorelei, Lorelei
Et je suis comme un cobaye qui a sniffé toute sa paille

Le blues a dégrafé nos coeurs de cannibales
Dans ce drame un peu triste où meurent tous les Shakespeare
Le rouge de nos viandes sur le noir sidéral
Le rouge de nos désirs sur l’envers de nos cuirs
Et je te dis reviens maintenant c’est mon tour
De t’offrir le voyage pour les Galapagos
Et je te dis reviens on s’en va mon amour
Recoller du soleil sur nos ailes d’albatros

Lorelei, Lorelei
Ne me lâche pas j’ai mon train qui déraille
Lorelei, Lorelei
Et je suis comme un cobaye qui a sniffé toute sa paille

Cet article, publié dans Du sang, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Tribute #34

  1. La Vachère dit :

    C’est toute ma vie, cette chanson, et ce chanteur. Mon enfance, mon adolescence, et ma vie d’adulte…

  2. Alabama dit :

    imprimée dans l’ADN 🙂

  3. id’aime, Thiéfaine fait partie de ceux que je pourrais écouter toute ma ptite vie!
    je me revois avec mes cousins et soeurette à 13 ans à chanter « j’ai oublié mon cerveau dans mon cartable au fond d’l’auto… » devant notre tante horrifiée 🙂

  4. Anne O nym dit :

    ah voui, moi aussi souvenirssssssssss d’ado! merci…

  5. Finduilas dit :

    Une de mes préférées… 🙂

  6. Marietro dit :

    Une découverte pour moi. Et quelle découverte !!

  7. Ich weiß nicht was soll es bedauten, daß ich so traurig bin…

    Ah, oui, un excellent HFT du bon vieux temps.
    Moi j’écoute en boucle, de son dernier (enfin, il date de 2011) album, « Trois Poèmes Pour Annabel Lee » (… pas un seul cheveu blanc n’a poussé sur mes rêves … c’est pas beau ça ?) ainsi que « Infinitives voiles ». Il n’a pas trop mal vieilli, l’ancêtre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s