La faute à Kool Shen

kool-shen-185336

Je me suis donc inscrite il y a un an sur le supermarché-des-hommes-produits-classés-par-rayon.
Un peu sur un air de fuite en avant, c’est vrai… mais il faut dire que j’en bavais sévère depuis quelques temps déjà et que ça n’était franchement pas en phase d’amélioration. Non, c’était plutôt la dégringolade et le constat que ma séparation d’avec l’homme qui partageait ma vie depuis plusieurs années allait être bien plus triste et violente que je n’avais pu l’imaginer.

Ça s’est confirmé par la suite, même si depuis quelques minuscules semaines, les choses s’apaisent un petit peu (ce qui est toujours bon à prendre quand on a le cœur d’artichaut).

Du coup j’avais besoin d’ailleurs, de ne plus penser, de rêver un peu, de m’occuper l’esprit, de nouveauté, de retrouver foi en l’avenir. De me rassurer.

J’ai rencontré peu d’hommes (disponibilité logistique proche du zéro, disponibilité psychique digne d’un ours sombre) et n’ai expérimenté l’horizontalité qu’avec deux d’entre eux, en me disant que j’allais enfin, à 35 ans bien remplis, tenter les plans cul.

Bon… j’ai vite constaté que ça n’était pas ma came, hein : j’ai définitivement besoin de sentiments pour baiser. Pas forcément amoureux, les sentiments. Mais je ne sais ni consommer ni être consommée.

Finalement… j’avais envie de trouver un amoureux. Ou rien du tout.

Mais mon élan s’est rapidement essoufflé, coincé entre les mois en brrrrrr, la fatigue et l’adversité de l’ex-conjugalité.
D’abord ça me saoulait de refuser des propositions à la simple vue des photos. C’est même à l’opposé de ma façon de draguer. Mais après avoir accepté de discuter avec tout le monde parce que je suis une fille polie, et m’être embarquée dans des relations épistolaires insatisfaisantes dont je ne savais plus comment me débarrasser sans blesser personne, j’ai compris que j’étais présentement en train de faire perdre un temps précieux à des hommes légèrement au taquet. Alors je me suis mise à nexter.
L’autre problème – tout à fait lié au précédent – c’est que les autres mecs, ceux dont l’apparence me chatouillait l’épine dorsale, étaient tous dotés d’une fiche ou d’une conversation qui annulaient subitement l’effet produit par leur photo. Voire des deux.

Par exemple, dans mon référentiel, qui ne vaut pas mieux qu’un autre à ceci près que c’est le mien, avoir pour film préféré Fast&Furious VII n’est pas un bon point. Dotan mou1 kan on ne c parlé ken fonétik agrémanT 2 lol é 2 mdr.

Je te rappelle que je suis une smiliste.

Et ceux qui avaient l’air un peu moins teubé plus érudits avaient pour unique but de me la mettre bien profond, ce qui n’est pas pour me déplaire si tant est qu’on soit un peu pote. Or c’est pas comme si j’avais besoin d’internet pour me faire sauter, à mon âge avancé j’ai encore deux-trois arguments pour appâter le chaland.

Bref, être sensible aux garçons crâne rasé-barbe de trois jours-cicatrices était un peu comme un handicap et même si je me trouve ridicule de ne pas réussir à sortir franchement de cet archétype, c’est pas comme si j’avais vraiment la main sur les rouages de mes obsessions.

Et puis tout ça c’est la faute à Kool Shen, d’abord.

Donc je n’allais plus sur le site que de loin en loin et passivement. Je disais non à tout et les rares fois où je disais oui, je me déconnectais dans la foulée pour ne pas avoir à répondre tout de suite.

Un ours, je te dis…

Et un jour…
Je venais encore de dire en long en large et en travers à quel point ce site de merde n’était pas fait pour moi (je le pense toujours), et pour tuer le temps en faisant la queue à la caisse de mon carrouf, j’ai procédé à ma connexion bimensuelle.
Et j’ai laissé défiler les photos de profil des candidats.

Non.

Non plus.

Toujours non.

Non aussi…

Non toujours.

Han !

Aaaaarrgggh…

Hiiiiiiiii !

Pffffiooooouu…

Ifécho parici, non ?

Un pseudo parfait.

Une tof que je sais plus où j’habite.

Une fiche cool.

Un mec qui a l’air d’être taillé pour moi.

S’il ne mythonne pas…

Wouaaaaaaaaa.

J’ai accepté l’invitation sans aucune hésitation… et je me suis même fendue d’un petit mail qui va bien.

Le soir, je montrais la fiche à ma copette, légèrement surexcitée. Moi, je veux dire. Pas ma copette. Qui validait néanmoins mon enthousiasme, vu qu’elle me connait comme si elle m’avait tricotée de l’intérieur.

Et puis les jours ont passé.
Un.
Deux.
Sept.
Douze.
Vingt-huit…

Et le mec ne se reconnectait pas, comme me l’indiquait Big-brother.

Dégoutée j’étais.
Enfin pour de rire mais un peu chafouin quand même : pour une fois que j’avais eu le palpitant…
J’ai fini par me résigner. Tout en me connectant tous les jours pour vérifier, quand même.

Jusqu’au jour où il est réapparu.

À suivre…

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour La faute à Kool Shen

  1. Gawel dit :

    😀
    Tu sais que tu vas devoir nous la mettre, la photo, maintenant !!
    (Oui, j’ai bien précisé « la photo » ; je sais que t’es une fille mais tu pourrais manier le ‘double dong’ comme personne – ouh, c’est pas bon pour la qualité de ta fréquentation, ça ?)

  2. Jeanne dit :

    à te lire, je me mettrais presque à la recherche en ligne…

  3. zut dit :

    Ok pour le « à suivre ».
    Mais pas dans un an.

  4. aimjm.45 dit :

    Salut, bah tu sais quoi? J’aime bien ta prose, je débarque depuis 8 jours et je lis ton blog, de la bombe bébé (rapport aux 2 zèbres du 9.3)!! Je suis de mon côté aussi novice (surement plus encore!) en blog; que toi en site de grandes surfaces virtuelles pour mecs… Mais du coup, ça m’a donné envie d’en faire un quand même (de blog) et bah je me prend au jeu, même si je ne maitrise pas bien l’bazar…!! La vie est une fête; hein??!! Wouaiiii, houpi!! Belle découverte en tout cas ta petite entreprise, ta belle entreprise, pardon!

    • R. dit :

      Roule ma poule, moi j’ai commencé comme ça pour voir, en sous-marin, et puis ça m’a passionnée, ça m’a apporté un peu de mauvais, mais beaucoup de bon, il y a eu de la vie autour de ces écrits. Fais péter l’adresse quand tu t’es lancée. Et bises !

  5. aimjm.45 dit :

    Oui, c’est ça c’est pour voir… Se lancer à écrire, je verrais bien ou ça mène; comment le savoir sans essayer??!!! Et comme je sens qu’il faut que ça sorte, allez feu!! J’ai pas d’surplus de lait maternel à distribuer (étant un homme c’est un tout petit peu normal je crois!…); j’ai du sang mais je comptais le conserver; alors il reste « l’encre » à faire cracher…!! 🙂 Parce que le sexe me suffit plus…!
    langlemortestvivant.wordpress.com
    Bises et puis voilà pour le moment, hein?!!…

  6. Marieh2o dit :

    La suite, la suite!
    Plein de bises la belle.

  7. L. dit :

    Oh oui !
    (et je vais m’y mettre aussi, je crois)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s