Evidence

1623661_10202195380499344_326481245_n

Previously on ze story

Nos regards ont fini par se croiser. Nos sourires aussi.

De prime abord, je l’ai trouvé un tout petit peu moins beau que sur la photo qui m’avait paralysée.

Mais aussi bien plus punk que sur la deuxième photo de son profil, qui m’avait moins chatouillée.

Nous nous sommes attablés, un verre de rouge pour lui, l’éternel Orangina pour moi, et avons commencé à papoter.
Je sais être à l’aise dans ce genre de situation, j’alimentais donc la discussion sans problème. Et nous avons parlé de mille choses : le boulot, les enfants, le site de rencontre, les spécimens croisés par ce biais, la conjugalité, la jeunesse folle, les voyages, la drogue, la montagne sous la neige, le désir…

J’ai proposé qu’on aille fumer un petit tarpé sur les hauteurs de Montmartre.

Puis je l’ai raccompagné à sa voiture en ponctuant notre bise de travers d’un « on va se revoir, non ? »

Il a ri.
A dit oui.

Je suis partie sans me retourner, sourire jusqu’aux oreilles, et une heure plus tard (le temps de rentrer chez lui en lointaine banlieue) je recevais un message de 8 km. Plutôt élogieux.

De ce jour-là nous n’avons plus cessé d’échanger.

Et constaté une réelle connivence.

Mais il a fallu une semaine pour que nos emplois du temps de parents séparés se coordonnent un peu. Enfin, en ce qui me concerne, n’étant pas en garde alternée, c’est le boulot que j’ai sacrifié : après avoir longtemps hésité à lui proposer un déj (mes soirées étant maternelles) chez moi de peur d’être d’emblée catégorisée (me faire traiter de grosse pute par des hommes aimés m’a probablement laissé quelques traces), après m’être posé mille questions sur le bon timing pour lui sauter dessus ou pas rapport qu’un déj ça passe vite kômême, j’ai décidé de la jouer confort et de poser mon aprèm en me disant qu’au pire, nous mangerions en une heure et j’irais faire la sieste après son départ.

Au matin du jour J, j’étais toujours un peu fébrile mais j’avais retrouvé ma capacité à manger et à dormir. Ce qui n’a pas empêché mon corps, ce taquin, de me faire une nouvelle blague en avançant mon petit rythme hormonal de 4 jours.

DAMNED.

L’avantage, c’est que j’ai pu constater que l’homme n’était pas bégueule. Et au courant du desire-timing des filles : messieurs-qui-ne-l’avez-pas-encore-constaté, il est temps que vous compreniez que le sang et le sexe sont une alliance très efficace quand on vise l’orgasme de sa douce.

Car comme tu l’as deviné, je n’ai ni mangé ni dormi.

Depuis…?

Depuis je n’en reviens toujours pas.

J’avais déjà quelques doutes sur ma capacité à trouver un homme qui-me-plairait-physiquement-et-intellectuellement-à-qui-je-plairais-physiquement-et-intellectuellement-disponible-et-aux-alentours-de-Paname.

Je pensais que même si je le trouvais, il y aurait de forte chance pour qu’on n’aborde pas le sexe de la même façon, or je ne suis plus prête à faire ce compromis, la vie est courte toussa toussa.

J’étais de toutes les façons convaincue que quand bien même cet homme existerait, il serait impossible qu’il cumule en plus la faculté à apprécier et assumer réellement qui je suis. Je veux dire cette meuf qui a un peu bourlingué, qui écrit sur le cul, entre autres, et notamment sur le sien, qui a couché avec ses potes, qui est copine avec ses ex – enfin, ceux qui le veulent bien -, qui revendique sa liberté…

Faites pas genre, c’est l’histoire de ma vie. Je ne compte plus les hommes qui ont été charmés par mes récits truculents, mes montées hormonales et mes générosités sexuelles, qui s’en sont finalement trouvés encombrés lorsque les sentiments s’en sont mêlé, et qui me l’ont mis dans la gueule parfois sans ménagement en oubliant qu’ils en avaient jouis plus d’une fois et sans que je les y force.

Donc j’y croyais pas trop, quoi.

Me disant que j’étais probablement une amante plus acceptable, plus pratique qu’une amoureuse.

Et pourtant.

Plusieurs mois après le début de notre histoire, je ne peux que constater. Constater qu’il aime qui je suis. Constater que nous sommes fait du même bois, tous les deux.

Pour la première fois de ma vie, je tombe amoureuse d’un homme qui a huit trains d’avance sur moi, sexuellement. Qui a vécu mille fois plus de choses, et dont l’ouverture d’esprit et le sens de l’aventure ne sont pas loin de dépasser les miens.

Qui, pour autant, n’est pas un libertin revendiqué qui attendrait de moi que je partage son goût pour les partouzes hebdomadaires et le port de cagoule en latex, soit dit sans aucun jugement à l’endroit des mélangistes amateurs de matières brillantes. C’est juste pas ma came, quoi. Pour le moment en tous les cas.

Qui ne m’impose aucun rythme et me laisse entrevoir l’infini des possibles entre ses bras.

Qui a tout compris aux rouages du désir.

Qui a aussi vécu des expériences douloureuses, lui permettant aujourd’hui d’apprécier les petits bonheurs de la vie.

Cet homme semble être celui qu’il me fallait.

Et je compte bien le savourer.

Capture d’écran 2014-10-24 à 12.50.14

 

 

 

 

 

 

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Evidence

  1. Alabama dit :

    tu ne peux pas savoir à quel point ce texte me fait plaisir!

    • R. dit :

      Et tu ne peux pas savoir à quel point ça me fait plaisir que ce texte te fasse plaisir… 🙂
      En plus j’ai pensé à toi, récemment : j’ai revu Alabama Monroe.

  2. l'onirique dit :

    ouiiiiiiii!

    c’est trop bien 🙂

    bises

  3. zoumpapa dit :

    Cerait-ce le Bonheur ? (chuuuuuut!…)

  4. Marie dit :

    Super! Magnifique… Très joli texte qui plus est. Savoure ton bonheur ma belle! Plein de bises du Sud!

  5. MylN dit :

    Je te lis depuis quelques semaines et c’est plaisant d assister aux premières vibrations d’une nouvelle relation. Merci de partager ça, je me sens dans la peau d’une voyeuse, c’est si personnel comme histoire, du coup j’ai un peu honte, mais c’est bon la honte surtout quand elle est assumée… et moi j’assume tout, ça et le reste. Profite, profite et dis nous encore comme c’est bon.

  6. dita dit :

    Heureuse pour toi!!!! 🙂

  7. Jeanne dit :

    Tout est possible. Mais là, tu le méritais A FOND!

  8. R. dit :

    On dirait bien le bonheur, oui… Faut juste que j’arrête de me demander quand ça va s’arrêter. 🙂

    • Un visiteur dit :

      De toute façon, tout s’arrêtera le jour où tu finiras au cimetière. Alors en attendant PROFITE BORDEL! :D. Jouis de chaque seconde, et au cul l’instant suivant, m!rde :D.

  9. aimjm.45 dit :

    Moi, j’me dis qu’à force de s’entourer de grandes personnes qui n’ont pas peur de pas tout comprendre et souhaitent avancer quand même; et bien on ne peut que s’apporter du bon et que l’éventuel mauvais est un signal de choses en nous qui mérite d’être éclairci un jour ou l’autre…
    J’écris ça rapport à la durée du bonheur dont tu parles!! L’effet que l’autre peut faire sur soi, c’est comme une écluse qui s’ouvre, c’est bon jusqu’à ce que les niveaux se fassent et puis après soit on ouvre ensemble l’écluse d’après, soit c’est avec quelqu’un d’autre qui en ai à ce nouveau stade pour nous…! Enfin c’est que j’ai compris de mon côté maintenant!! J’vérifierais si je pense toujours la même chose à la prochaine écluse!!
    ENJOY your Bonheur! 🙂
    (Tiens je rebalance au passage mon blog pour avoir le retour d’inconnus, c’est plus franc que les potes: langlemortestvivant.wordpress.com )

  10. Je trouve que c’est une belle ode à la patience ; et puis, dans le même mouvement, à l’ouverture qui t’a permis de prendre cette relation comme elle était et de la laisser devenir ce qu’elle est.
    (Tout le monde n’est pas capable de ça, tu sais !)

  11. Un visiteur dit :

    PS: Très heureux de lire cette belle histoire si heureuse et que la bloggeuse qui a un si sympathique blog ait enfin sa dose de bonheur qu’elle méritait bien depuis un bail, mince quoi!

  12. Sir John dit :

    Les belles personnes finissent toujours par rencontrer leur alter ego ou moitié.
    Luxure, joie, partages intenses et sérénité!
    Un réel plaisir que de lire ces lignes…
    Enjoy!
    Sir John.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s