22 mois

dcu-trio

Promis après j’arrête avec les titres anniversaire. Mais je t’avais prévenu, j’ai un truc avec les dates et une mémoire d’éléphant. Que je subis et aussi que je cultive, parce que vu comme ça peut être encombrant parfois, autant que ça serve le reste du temps.

22 mois, donc.

Non, c’est pas l’âge de ma fille, faut suivre, là-bas, au fond. Elle a même pas encore de quenottes, même si elle a déjà les sympathiques symptômes avant-coureurs, à base de maladies qui t’empêchent de dormir et de popopopo liquide liquide liquiiiiide.

Ouais, ami de la poésie bonsoir, et spéciale dédicace à ce gros punk de Joey, pour ceux qui connaissent leurs classiques (sinon, écoute Ma Benz, espèce d’inculte). Team Didier, d’ailleurs, si je veux coller à l’actualité de la plus haute importance. Même si c’est moche de taper et que j’aurais aimé qu’il ne tombe pas dans ce piège. Mais team Didier quand même et sus aux petits sournois qui tentent de camoufler les humiliations sous le trop facile argument de l’humour-vide-de-toute-drôlerie-en-plus.

J’aime pas les sournois. J’aime les punks.

Mais je m’égare.

Donc 22 mois qui n’est pas l’âge de ma fille, c’est le temps qu’il nous aura fallu, à mon mistalovalova et moi, pour aboutir notre petite ascension nordiste.

Mazel tov, psartek, toussa toussa, non ?

Sérieux, ça fait quatre ans que j’en cause, et même si j’ai deux ans d’avance sur mon planning (j’avais calé le truc pour mes 40, j’en ai 38 demain)(soit dit en passant), il était temps que ça se passe vraiment, de façon cool et librement consentie.

Alors voilà, comme ma fille qui n’a ni dents ni 22 mois est entrée à la crèche (je tiens à remercier tout particulièrement ces parents qui ont eu l’immense délicatesse de se casser vivre à Bangkok en milieu d’année, reconnaissance éternelle à jamais au-delà de l’infini), et que je n’ai pas encore repris le boulot (vive la France, vive le troisième enfant), et que mon mec est en horaires décalés que c’est relou d’être réveillée à 5 du mais que c’est cool de le retrouver à 15h, j’y ai dit « tiens, mais oh, et si on passait la seconde ? »

Non parce qu’avant j’avais mis la progression sur pause : c’est compliqué de se lancer dans de l’alpinisme de haut niveau quand on ne sait jamais à l’avance si la baise va être interrompue dans 30, 15 ou 4 minutes par un bébé qui pleure.

Ouais, j’ai besoin d’avoir l’esprit tranquille pour ouvrir tous mes chakras.

Donc on la jouait efficace mais sans risque, et c’était fort plaisant, j’ai d’ailleurs toujours défendu les baises simples et rapides.

Et puis j’ai redécouvert l’existence du temps libre (que ma reprise du boulot prévue dans un mois va réduire à néant mais life is life nana nanana).

Donc la seconde nous passâmes.

Surtout qu’un certain bras droit de mon homme, dont l’initiale est aussi un R, a refait surface sur le thème « Hey, salut, si vous êtes toujours saucés pour tricoter à trois, je suis là »…

Et moi j’étais toujours saucée. Mais vu que le R-troisième-du-nom est semble-t-il un super chaud de la chaussette et un gros routard du cul, je trouvais con de ne pas être en mesure de profiter pleinement de toutes les configurations possibles.

Parce que je te rappelle que moi, le Nord, d’accord, mais uniquement en version sudiste. Genre la rencontre des Chtis et des Marseillais, la pluie et le beau temps, le beurre et l’argent du beurre, bref, la double sinon rien.

Ouais. J’assume.

Et que donc avant de m’attaquer à la double entreprise par deux humains faits de chair et de sang, il fallait que je potasse un peu mon sujet. Avec objet. Et mon homme, ce merveilleux professeur. Histoire aussi de réussir à tenir l’acrobatie du trio plus de deux minutes, rapport que je peux monter vite, parfois.

Alors voilà, on s’y est collés, joyeusement. Un beau jouet tout en verre au midi, et mon amoureux au septentrion. On a pris notre temps (l’homme est très doué pour ne pas brûler les étapes), et hormis le passage où il a libéré le Texas pour mieux entreprendre le Minnesota avant de l’envahir à nouveau (j’ai été obligée de prendre une carte pour cette métaphore)(et décidément, un seul point cardinal sollicité m’est désagréable quand les deux me sont délicieux)(je ne saurais expliquer pourquoi), c’était vraiment chouette.

Et moins déroutant que je ne le craignais.

« A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes », dit un proverbe qui me semble totalement à propos.

Me voilà donc prête pour la grande farandole.

Que j’appréhende un peu, puisque ça devrait être moins light que mon unique expérience en la matière, mais je crois bien que j’ai hâte.

Ah oui, parce que je t’ai pas dit, mais mes cycles sont revenus. Avec leur lots de montées hormonales.

Ça donne chaud, ça fait faire des rêves pas très catholiques.

Et ça redonne envie d’écrire.

 

 

Cet article a été publié dans Du sexe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour 22 mois

  1. Zoumpapa dit :

    Ha ouais. Direct la double. Alors ça tombe bien que tu veuilles écrire à nouveau, parce que le retour d’expérience, écrit avec ton talent, ne manquera pas de piment! 🙂
    Bon je tente de me relancer au taf, j’irais bien dormir, mais pas possible, Monsieur le 3ème a jugé utile de faire la fiesta cette nuit…pourtant normalement ils les fait, ses nuits. Tchû!

    • R. dit :

      D’où ton fils fait ses nuits alors qu’il est bien plus jeune que ma fille qui les fait pas ??? C’est un scandale. Bon enfin, ça m’apprendra à nichonner, aussi… 😉

  2. Zoumpapa dit :

    Ouais…kestu veux, c’est pas une pisseuse :-). C’est clair, faut arrêter de nichonner, Au tour de Monsieur!

  3. jeanne dit :

    Noooon pas arrêter de nichonner !

    • R. dit :

      Hé hé t’inquiète je suis une nichonneuse longue durée. Même si parfois, très fugacement, entre 3 et 4 du après plusieurs nuits chaotiques, je me demande pourquoi ce petit masochisme. Mais c’est tellement délicieux le reste du temps, et puis c’est ma dernière fois alors… m’en fous je continuuuue !!! 😊

  4. Anne O nym dit :

    …Et merci d’écrire encore, j’aime beaucoup.

  5. Sir Jon dit :

    Quel force dans ce retour! Délectation…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s