Cinquante nuances de bleus

C’est bien simple, les semaines passent à toute allure. Là, par exemple, ça fait quatre mois et trois jours que j’ai écrit mon dernier billet et j’ai l’impression que c’était il y a deux minutes.

Faut dire que le rythme est soutenu, hein. Taf à temps plein, trois enfants à gérer seule une semaine sur deux, voire plus, la madre toujours malade… L’enfer des mois de juin et de septembre pour les parents (« seuls les vrais savent », comme dirait facebook-cet-objet-de-Satan), les inscriptions aux activités, les documents administratifs à remplir en douze exemplaires pour chaque enfant, les devoirs chronophages, le retour du mauvais temps et des 8000 chaussettes à étendre… Sérieux, mon temps libre se situe entre 21h48 et 22h53, à un moment où mon cerveau est à plat et je me demande quand ça s’arrête, l’infernal tempo.

Je ne me plains pas, hein… j’adore avoir eu tous ces enfants, mes garçons sont charmants même s’ils m’obligent à gueuler quasi-quotidiennement, ma fille est un rayon de soleil même quand elle me réveille trois fois par nuit (ce qui me tue à petit feu, heureusement qu’elle reprend ses bonnes habitudes de temps en temps), mon homme est toujours formidable, à tous niveaux…

Et je progresse de fou sur la barre.

Parce qu’en plus de mon planning de dingo, figure-toi que je m’impose trois à quatre séances de sport hebdomadaires en plus de mon unique cours de pole.

Foskifo.

Et ça paye.

Donc au boulot en loucedé dans une salle de réunion après la cantoche, ou chez moi entre 22h et 22h45 quand j’ai vraiment la foi et que j’ai signé les cahiers/vidé le lave-vaisselle/plié le linge/appelé mon père-ma sœur-mon pote-ma meuf-hohoooohoho… je transpire.

Au programme : 450 fessiers, 10 minutes d’abdos montre en main, 5 minutes de gainage aïe-aïe-aïe, 40 pompes pectoraux et 8 pompes triceps (ou deux montées de barre sans les jambes, à la force des bras) et des assouplissements.

Parfois je me demande pourquoi je m’inflige ça alors que je pourrais mater la fin de Narcos sur Netflix (dont la musique du générique m’habite, et aussi parfois les images un peu violentes qui viennent visiter mes rêves) ou refaire ma pédicure.

Et puis je vois mes bras et mes abdos se dessiner (pour les bras, c’est une première)(j’ai toujours aimé les filles aux bras musclés), je repasse sous la barre des 60 kg (c’est tout frais ça date d’hier mais bordel de bordel ça fait plaisiiiiiiir), et surtout, j’arrive à faire une nouvelle figure qui me semblait inatteignable jusqu’alors, du genre la tête en bas le cul en haut qui ne tiennent qu’à la force des épaules et des mains…

Fais gaffe parce que je suis à deux doigts de coller des vidéos de mes exploits.

Dès que j’aurai suffisamment de mémoire sur mon téléphone.

Putain d’iPhone 8 Go.

En attendant, j’immortalise mes bleus, une véritable collection. Tu serais étonné de voir les traces que ça laisse sur les cuisses, l’arrière des chevilles, les hanches, la peau fine de l’intérieur des bras. Entre les douleurs musculaires, les brûlures, les chocs, les tendons distordus… on peut qualifier cette discipline de masochiste. Et très exigeante.

Regarde.

fullsizerender

Les progrès n’en sont que plus exquis, et rendent fière.

Alors voilà, la vie passe à toute blinde et ça ne laisse pas beaucoup de temps pour écrire. Faut choisir : devenir une (vieille) pro de la barre et défier la gravité et la feignasserie ou prendre le temps de vivre des trucs suffisamment intéressants et nouveaux pour en tirer des textes passionnants.

Genre PAS comme celui-ci, tavu.

Je discutais ce midi avec l’homme courtois, et il riait en disant que j’avais trouvé la plénitude, l’harmonie amoureuse et sexuelle, et que c’était précisément dans ces moments là qu’on n’avait plus rien à dire. Juste à savourer.

Il y a peut-être de ça.

Trop heureuse pour transformer mes tripes en jolis mots ? Ou trop prise par la tornade du quotidien qui empêche de… laisser naître la poésie ?

Peut-être un peu des deux.

Mais en attendant je progresse en pole, et quelque part, ça compense.

Cet article a été publié dans Du sang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Cinquante nuances de bleus

  1. Sir John dit :

    Excellent, comme toujours avec vous.
    Bonne reprise!

  2. jeanne dit :

    Oh oui des vidéos!
    Et encore des mots!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s